DE | FR
Giovanni Sammali (à gauche) et Antony Picard.
Giovanni Sammali (à gauche) et Antony Picard. Image: sda

Un nouveau journal gratuit apparaît dès vendredi en Romandie

Ce nouvel hebdomadaire sera distribué à plus de 20 000 exemplaires dans la ville de La Chaux-de-Fonds. Il se veut une réponse à la fusion de L'Express et L'Impartial en Arcinfo.
23.02.2022, 12:4623.02.2022, 13:00

Un hebdomadaire local fait son apparition, dès ce vendredi, dans les boîtes aux lettres de nombreux Neuchâtelois. Le Ô – c'est son nom – sera distribué gratuitement à La Chaux-de-Fonds.

Pourquoi créer ce journal?

Son éditeur est Antony Picard commente:

«Depuis la fin de L’Impartial et de L’Express, devenus Arcinfo, je suis persuadé que La Chaux-de-Fonds, capitale des Montagnes, ne peut se passer d’une voix médiatique propre.»

L'idée de créer un journal chaux-de-fonnier avec une ligne rédactionnelle variée et de qualité trottait, depuis déjà quelques années, dans la tête de celui qui édite, depuis 2007, l'hebdomadaire la Semaine dans le Jura bernois et ancien directeur du Courrier neuchâtelois (également un gratuit, aujourd'hui disparu).

Il y aura quoi dans ce journal?

Dans ses pages, le Ô mettra en lumière à l'actualité de la ville avec des interviews, des enquêtes ou encore des dossiers. La culture aura également une place de choix dans l'hebdomadaire tout comme les sujets visant un public jeune.

«Nous ne voulons pas faire du positivisme à outrance. Nos articles seront a priori tous bienveillants, mais si quelque chose nous dérange, nous le dirons également.»
Giovanni Sammali, rédacteur en chef.

Qui écrira dans ce journal?

Pour réaliser son projet, Anthony Picard a composé une équipe mêlant journalistes chevronnés, acteurs culturels importants de la ville et jeune plumes locales. Le rédacteur en chef, qui entrera en fonction le 2 mars, n'est autre que l'actuel chef du service de la communication de la Ville de la Chaux-de-Fonds, Giovanni Sammali, qui quittera son poste en fin de semaine.

Plusieurs chevronnés et de jeunes plumes prometteuses composent, en outre, l’équipe rédactionnelle: François Hainard (culture), Françoise Boulianne, l’écrivaine Dunia Miralles, Pascale Béguin, Olivier Kohler, François Nussbaum, l’illustrateur Nicolas Sjöstedt ou encore l’humoriste Vincent Kohler. Aux côtés de Justin Paroz, stagiaire de cette rédaction, s’exprimeront aussi de jeunes talents du cru comme Eleanor Pescante et l’écrivaine Julie Guinand notamment.

A l’instar de Valère Gogniat (Le Temps), des journalistes chaux-de-fonniers «en exil» signeront à l’occasion des sujets ou Tribunes.

Qui seront les concurrents du journal?

L'hebdomadaire, qui paraîtra tous les vendredis, devra faire sa place aux côtés notamment d'Arcinfo ou du mensuel de la ville, le Tourbillon. «Nous ne sommes pas inquiets pour cette cohabitation, chaque média a une ligne éditoriale qui lui est propre et proposera un contenu différent à la population», a tenu à rassurer le nouveau rédacteur en chef du Ô.

Quel est l'avenir financier de ce journal?

Anthony Picard, par son entreprise, a déposé un capital de 100 000 francs et a pu compter également sur des financements privés. «J'ai établi un plan sur trois ans pour que le Ô soit rentable», a détaillé l'éditeur. Il sait néanmoins que la tâche sera complexe pour ancrer l'hebdomadaire dans la vie chaux-de-fonnière. (jah/ats)

Dans l'actu: les Suisses en Ukraine: «Je suis encore plus déterminé à rester!»

Plus d'articles sur la météo en Suisse

C'est pas le printemps et pourtant la Suisse bat des records de température

Link zum Artikel

En ce 1er janvier, il a fait chaud et on n'est pas loin du record

Link zum Artikel

Les pluies verglaçantes provoquent de multiples accidents en Suisse

Link zum Artikel

Météo: une tempête va secouer votre dimanche soir

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Suisse estime qu'elle a fait (presque) tout juste avec les réfugiés
L'accueil des réfugiés ukrainiens en Suisse, quoiqu'imparfait, a été efficace. C'est, en substance, ce qu'affirme le Département de justice et police (DFJP) dans un premier bilan de la gestion de cette crise historique.

La guerre en Ukraine a provoqué l'exil de plus de six millions de personnes. C'est le plus grand mouvement de fuite en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, souligne vendredi le Département de justice et police (DFJP). De plus, il est extrêmement rapide. Près de 50 000 réfugiés sont arrivés en Suisse en moins de trois mois. C'est davantage que durant toute la crise du Kosovo en 1999.

L’article