assez dégagé
DE | FR
Suisse
Réseaux sociaux

«Quoicoubeh!» Une jeune Vaudoise parle du mot qui agace

Image

«Quoicoubeh!» Une jeune Vaudoise parle du mot qui fâche

C'est à la fois le mot le plus tendance, le plus drôle et le plus insupportable de l'année. Tout dépend le camp dans lequel on a le malheur de se trouver. Si elle ne veut absolument rien dire, cette locution diabolique vient tout de même de se voir menacer d'heures de colle dans une école. Coup de fil à une pré-ado romande qui a des choses à défendre!
24.04.2023, 18:5005.05.2023, 13:06
Suivez-moi
Plus de «Suisse»
screublellkje&%
Quoi?
FEUR!

Oui, ça, vous connaissez. Et puis, «coiffeur» est un mot qui existe dans le dictionnaire. Les esprits les plus rationnels (et conservateurs?) parviennent à comprendre le cheminement de pensée, même si ça avait déjà le don d'agacer au moins la moitié de la population (adulte) dans les années huitante. En 2023, rebelote. Mais si pousser son interlocuteur à dire «quoi?» est un défi qui n'a pas d'âge, les versions varient selon les époques.

Aujourd'hui?

screublellkj e&%
Quoi?
Quoicoubeh!

Si vous n'avez jamais eu affaire à cette horreur, deux raisons possibles: soit vous vivez dans un mayen valaisan sans aucun réseau, ni humain à la ronde, soit vous faites gaffe de ne jamais, mais alors vraiment jamais, croiser de petits individus machiavéliques de moins de 18 ans. Si tel est votre cas, grand bien vous fasse. Pourquoi? Parce que c'est actuellement un véritable raz-de-marée lexical. Au point qu'une école française brandit désormais la menace de plusieurs heures de colle au moindre «quoicoubeh» qui résonnerait en classe ou dans le préau.

En vérité, personne n'est en mesure de savoir si ce nouveau règlement n'est pas une simple blague qui fait son beurre sur les réseaux sociaux. Qu'importe, c'est bien suffisant comme exutoire, face à ce fléau.

Le principal danger de ce petit jeu scientifiquement agaçant est plus trivial: ça ne veut rien dire. RIEN! Oh, on ne demande pourtant pas une étymologie détaillée, avec projection PowerPoint et coup de fil à un linguiste. Juste un lien quelconque, une preuve, une trace, une anecdote qui témoignerait de sa naissance officielle, une référence, même la plus misérable. Rien. Mais. Genre. Rien. Du. Tout.

«Cette expression n’a aucun sens, elle fonctionne davantage comme un piège qui se referme sur l’interlocuteur»
Oui, on a cru comprendre, très cher site Orthodidacte.

Mais alors... quoi? «Quoicoubeh!» Grrr. Comme le célèbre «quoi? / ffeur!», l'unique objectif de cette ânerie consiste donc à se moquer bruyamment de la victime qui osera prononcer la question interdite. Et c'est évidemment sur TikTok que cette ignominie s'est propagée à une vitesse prohibée, en début d'année. Et on tient même le coupable de cette propagation: un certain @camskolavache, qui est tout à fait conscient du mal qu'il a fait aux tympans des plus vieux.

Histoire de confronter les coupables à cette arme aussi orale que fatale, on a lancé un coup de fil (sur What's App of course) à une pré-ado que l'on connaît très (très, très) bien. Logiquement, cette jeune fille de bientôt 13 ans a déjà eu le loisir de polluer les nerfs de l'auteur de cet article avec l'affreux «quoicoubeh!». Et ce, du petit-déj au coucher (mais heureusement pas tous les jours).

Alors, t'es fière d'emmerder les adultes avec cette expression?

«Ouais, c'est drôle!»

Drôle, mais enfin pourquoi diable? «Je sais pas, simplement parce que ça veut absolument rien dire et que ça énerve les grands.» On lui soumet la supposée menace de retenue, brandie par cette école française et, là, surprise:

«Ah, ah! C'est trop bien de punir les élèves qui disent "quoicoubeh". Depuis que tout le monde connaît le truc, c'est chiant. En plus, mon petit frère de 6 ans le fait tout le temps, ça me saoule!»

La demoiselle nous partage d'ailleurs une anecdote personnelle récente: «En vrai, on le dit pas trop classe. Mais une fois, un pote l'a fait à notre prof de français. Mais c’est un peu une victime, il a aucune autorité, alors il a pas réagi, c'était nul!» Cette ancienne fan de l'expression s'est-elle déjà retrouvée dans le rôle de la victime? «Pfff, ouais... un pote m'a coincé récemment.»

Tendance depuis janvier dernier, «quoicoubeh» commence donc déjà à s'essouffler dans les préaux. Même si des variantes commencent à poindre. «Ouais, aujourd'hui j'entends aussi des "quoicoubaca" ou des "quoicoubacàsable".» On décide de rendre les armes et d'abandonner cette bataille générationnelle.

Elle nous marmonne un dernier truc incompréhensible au bout du fil qu'on ponctue par un «hein??» d'usage.

Eh merde.

Voici Pearl, le plus petit chien du monde
1 / 9
Voici Pearl, le plus petit chien du monde
source: guinnessworldrecords
partager sur Facebookpartager sur X
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Voici combien de travailleurs étrangers sont venus en Suisse en 2023
Près de 100 000 travailleurs étrangers venus en Suisse l'an dernier.

En 2023, l’immigration nette en Suisse s’est établie à 98 851 personnes, en hausse de 17 506 personnes par rapport à 2022. La demande persistante de main-d'œuvre est principalement à l'origine de cette progression.

L’article