DE | FR

Certificat Covid: «On est outrés que ça nous tombe encore dessus»

Depuis l'extension du certificat Covid lundi dernier, il y a des restaurants qui s'adaptent comme ils peuvent et d'autres qui ont déjà renoncé définitivement pour des raisons financières. Et puis il y a Le Maguet. Basé en Valais, l'établissement a décidé de fermer ses portes pour des raisons idéologiques.
16.09.2021, 18:4617.09.2021, 13:57
Suivez-moi

L'extension du certificat Covid n'a même pas une semaine que le paysage gastronomique romand est déjà bousculé. Certains trouvent des astuces pour accueillir tout le monde à l'extérieur, d'autres grognent mais s'adaptent et d'autres encore vont jusqu'à mettre la clef sous la porte, comme le bistrotier Loïc Liechti à La Chaux-de-Fonds.👇

De son côté, le restaurant familial Le Maguet, basé à Port-Valais, vient de prendre la décision radicale de fermer ses portes. Pas définitivement, mais jusqu'à nouvel ordre. Et de l'annoncer sur Facebook:

Entre les lignes, on sent une pointe d'amertume. Pourquoi autant d’annulations  en si peu de temps? Et est-ce l'unique raison de la fermeture? C’est au téléphone que Benjamin Maguet s'explique.

Un nombre important d'annulations

Dans les jours qui ont suivi l’instauration du pass sanitaire, le restaurant a essuyé plus d’une cinquantaine de désistements.

«On a fait les comptes rapidement et on a décidé que cela ne valait pas le coup de rester ouvert»

Pourquoi ces annulations? Pour Benjamin, c’est clair: le pass Covid. Et pas seulement de la part des non-vaccinés. «Une grande partie des personnes qui viennent chez nous sont des gens éduqués qui ne désirent tout simplement plus participer à ce qui se passe en ce moment.»

Des convictions profondes

Sans désistement, Le Maguet aurait-il aussi fermé ses portes? Celui qui, ado, manifestait déjà pour défendre ses convictions ne cache pas ses convictions:

«Parfois, dans la vie, on a besoin de l’audace de certains pour nous montrer le chemin à suivre, libre à chacun de décider ensuite»

Marre du chantage politique

C'est donc pour «loger tout le monde à la même enseigne» que Benjamin préfère fermer son établissement. Il dit «admirer les personnes qui luttent en ce moment contre une certaine forme d'oppression».

«Le certificat Covid crée un clivage malsain entre les vaccinés et les non-vaccinés, et c’est dommage d’en arriver là»

Aujourd'hui, la famille Maguet préfère ne plus prendre part au «jeu politique». Au risque de perdre leur entreprise familiale: «on ne sait pas quand nous allons pouvoir rouvrir. On va suivre nos chiffres et voir jusqu’où on arrive à tenir.»

Benjamin avoue qu'il voudrait reprendre les reines du restaurant avec son frère Jonathan, mais se demande dans quelles conditions cela pourra se faire. Le Maguet tentera de résister dès la semaine prochaine avec un service de livraison à domicile.

Et maintenant, on rigole avec le Caprices Festival

Un peu plus léger avec notre article de divertissement

Ce Belge est champion de cheval de bois et il est en Une de Sports Illustrated🏆

Link zum Artikel

Contre toute attente, Love Hard est un bon film de Noël

Link zum Artikel

Les boulets de la semaine

Link zum Artikel

Les pompiers australiens savent comment nous faire acheter des calendriers

Link zum Artikel
7 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
7
De l'armée à Instagram: Berne a déjà tout prévu sur le don d'organes
Le peuple suisse a accepté d'introduire le principe du consentement présumé pour le don d’organes, le 15 mai. Cela nécessite maintenant une vaste campagne d'information et les plans sont déjà prêts.

«Voulez-vous faire don de vos organes après votre mort ?» C'est précisément la question qui se posait à tous les citoyens suisses le 15 mai. Et le peuple a approuvé la modification de la loi sur la transplantation, toute personne ne souhaitant pas faire don de ses organes après sa mort devra s'inscrire dans un registre pour dire qu'il refuse le don.

L’article