ciel couvert
DE | FR
6
Suisse
Restaurants

Certificat Covid: «Ils nous font chier, je vends mon restau ce soir!»

Restaurant, Scapino
Image: DR

Certificat Covid: «Ils nous font chier, je vends mon restau ce soir!»

Les cafés-restaurants réagissent de manière contrastée à la décision du Conseil fédéral d'étendre le certificat Covid. Si certains sont résignés à s'adapter, encore une fois, Loïc Liechti a, lui, pris une décision radicale. Le Chaux-de-Fonniers veut vendre son établissement.
09.09.2021, 05:5709.09.2021, 09:26
Suivez-moi

Les restaurateurs s'y attendaient, mais ça ne les enchante pas pour autant. Dès lundi, ils seront en première ligne de l'extension du certificat Covid, décidée ce mercredi par le Conseil fédéral. «Pour l'instant, la terrasse est encore ouverte, mais après, je vais perdre une bonne partie de ma clientèle», confie Sylvie Borella, patronne du Café du Nord à Sion.

Même si elle prédit que la situation sera compliquée financièrement, la Valaisanne a décidé de ne pas paniquer. Elle n'a, d'ailleurs, pas encore commencé à s'organiser. A Saignelégier (JU), Maurice Paupe, patron du Café de la Poste a déjà un début de plan en tête. «Durant les coups de feux, c'est moi qui irai devant la porte contrôler. Quitte à se faire engueuler, autant que ce soit moi plutôt qu'une serveuse.»

«Ce qui va m'embêter, c'est qu'on risque de se faire traiter de dictateurs ou de moutons»
Sylvie Borella, Café du Nord

Lassé de se battre,
il ferme son restau

Et si certains restaurateurs préfèrent se montrer philosophes, Loïc Liechti a, lui, pris une décision radicale. «Ils nous font chier pour nous faire chier. Je vais mettre mon restaurant en vente ce soir», affirmait le patron du Scapino, juste après la conférence de presse du Conseil fédéral.

«Je ne peux pas ajouter un salaire juste pour faire la sécurité»
Loic Liechti, restaurateur

L'entrepreneur chaux-de-fonniers - déjà contraint de fermer son entreprise de foodtrucks à cause de la pandémie - est lassé de se battre. Et pourtant, son établissement est réputé et reconnu au sein de la métropole horlogère. «Avant, on était toujours plein, il y a vraiment eu une dégringolade à cause du Covid», déplore-t-il.

Trop, c'est trop

La décision de mercredi est donc la goutte de trop pour Loïc Liechti: «Après tout ce qu'on a traversé, je ne peux pas encore me permettre d'avoir 50% de clients en moins parce qu'ils ne sont pas vaccinés», souligne-t-il.

«S'il y a du monde, je n'arriverai pas à contrôler et s'il n'y a personne, je ne peux pas tourner»
Loic Liechti, restaurateur

Le patron regrette également l'absence de délai entre l'annonce d'Alain Berset et son entrée en vigueur. «Même si les gens décidaient d'aller tous se faire vacciner, le temps qu'ils fassent leurs deux doses, ce serait deux mois d'enfer

Loïc Liechti va donc mettre des annonces sur les réseaux sociaux et contacter sa gérance pour connaître la procédure, afin de remettre son restaurant. Pour la suite, il imagine postuler en tant que cuisinier dans différents établissements. «Ou sinon, je pourrais relancer un foodtruck, il me reste encore du matériel...» Le jeune entrepreneur a peut-être encore le virus.

Une année de confinement, en images

1 / 15
Une année de confinement, en images
source: keystone / ennio leanza
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Rhubarbe, un motard qui a du chien

Video: watson
6 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
6
L'Usam demande à la Confédération d'enquêter sur La Poste
L'Union suisse des arts et métiers (Usam) s'inquiète de possibles violations du droit des subventions par La Poste. Le géant jaune «devrait prouver qu'il n'alloue pas de moyens financiers à des domaines d'activité non subventionnés».

L'Union suisse des arts et métiers (usam) s'inquiète de possibles violations du droit des subventions par La Poste lorsque le géant jaune s'étend sur le marché privé. Elle a demandé au Contrôle fédéral des finances (CDF) de mener des vérifications.

L’article