DE | FR

Face au «massacre» en Ukraine, ce fameux bistrot romand ferme le mercredi

Le restaurant Le Cardinal, une institution à Neuchâtel, a décidé d'agir pour «ne plus financer le massacre du peuple ukrainien».
14.04.2022, 16:54
Véritable institution culinaire, le <em>Cardinal</em> fermera ses portes un jour par semaine.
Véritable institution culinaire, le Cardinal fermera ses portes un jour par semaine.image: instagram

Adresse prisée des Neuchâtelois, Le Cardinal a fait le choix de la solidarité: chaque mercredi, à partir du 13 avril, la brasserie gardera portes closes.

Celui que ses habitués surnomment affectueusement le «Cardoche» s'en est expliqué sur les réseaux sociaux:

«Nous serons fermés chaque mercredi (à partir du 13/04) afin de limiter notre consommation de gaz, et ainsi ne plus financer le massacre du peuple ukrainien»

Une décision qui risque d'impacter lourdement l'institution gourmande neuchâteloise, mais surtout son personnel. A la question d'une cliente sous la publication si les employés n'allaient «pas y perdre», Le Cardinal a confirmé: «Ils n'auront effectivement pas les pourboires liés à cette journée d'activité». Quoi qu'il en soit, la démarche semble avoir été saluée par plusieurs clients, comme l'attestent les commentaires enthousiastes sous les publications. (mbr)

Copin comme cochon: Les gens sur LinkedIn

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

«Les Russes veulent faire tomber l'Est pour mieux revenir sur Kiev ensuite»

Link zum Artikel

Le dégel dévoile les cadavres des soldats russes et c'est un problème

Link zum Artikel

Kiev séduit les déserteurs russes en masse, mais Moscou a une riposte

Link zum Artikel

Comment Poutine met en scène son «chien sanguinaire» en Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Violences, vidéos trash et porno: la police de Bâle fortement critiquée
Les forces de l'ordre bâloises sont sous le feu des critiques après les révélations d'une enquête. Des incidents pénalement répréhensibles se seraient produits.

La police bâloise est régulièrement critiquée. L'essentiel de la charge vient des milieux politiques de gauche à qui l'on reproche un usage disproportionné de la force. Des incidents violents et pénalement répréhensibles se seraient produits à plusieurs reprises, notamment au sein de la section d'intervention. C'est ce que révèlent les recherches de SRF Investigativ. Plusieurs policiers de cette troupe ont été condamnés par la justice.

L’article