averses éparses
DE | FR
Suisse
RTS

RTS: souffrance au travail, des femmes aussi visées par des témoignages

Pascal Crittin, directeur de la RTS, Berne, 16 avril 2021.
Pascal Crittin, directeur de la RTS, Berne, 16 avril 2021.image: keystone

RTS: souffrance au travail, des femmes aussi visées par des témoignages

D'après les informations recueillies par watson, des femmes, aussi, seraient soupçonnées de comportements inadéquats, et la problématique de la souffrance au travail l'emporterait sur le harcèlement proprement dit.
01.07.2021, 14:5801.07.2021, 17:59
Plus de «Suisse»

Alors qu’à 9h29 ce matin tombait un communiqué de presse de la RTS, relatif à l’enquête du Collectif de défense (CDD), les employés de l’audiovisuel public pouvant se libérer de leurs tâches, se connectaient à la conférence interne consacrée au contenu de cette investigation. Il était même possible d’y assister en présentiel, dans le studio 4 de la RTS, à Genève, et dans la limite de 195 places, Covid oblige. A 11h30, la présentation des faits reprochés, associée à l’annonce de mesures devant lutter contre le harcèlement et la souffrance au travail, prenait fin.

Qui a pris la parole?

C’est Pascal Crittin, le directeur de la RTS, qui a pris la parole en premier, avant de la transmettre au CDD, un organe indépendant, représenté par quatre avocats, trois femmes et un homme. Mandaté par la RTS et le Syndicat suisse des mass médias, suite à l’enquête du Temps du 29 octobre dernier sur des faits de harcèlement présumés dans l’audiovisuel public, le CDD a recueilli, au sein de la RTS, plus de 200 témoignages à charge. La séance de ce matin était en quelque sorte le débrief de ces témoignages.

Rappel des annonces faites ce matin

  • Deux enquêtes indépendantes détermineront si des agissements de harcèlement ont été commis par deux collaborateurs toujours en poste à la RTS. Les deux personnes mises en cause seront suspendues le temps des enquêtes.
  • Cinq entretiens seront menés «avec des personnes actives à la RTS pour leur rappeler la politique de tolérance zéro concernant les agissements problématiques et les discriminations», selon le communiqué de la RTS.
  • Neuf personnes, aujourd’hui à la retraite ou ayant quitté la RTS, seront informées du fait qu’elles sont mentionnées dans les témoignages. Des enquêtes de responsabilité de la hiérarchie seront menées sur les cas avérés.
  • La Société suisse de radiodiffusion (SSR) entend prendre 25 mesures pour lutter contre le harcèlement et la souffrance au travail au sein de la RTS.

Ce que sait watson

Gestes et propos reprochés

Les gestes et propos reprochés seraient les suivants (la liste ci-après n’est peut-être pas exhaustive): des baisers dans le cou, des remarques sur les tenues, des mains baladeuses, notamment sur les cuisses.

Hommes visés

Les cinq personnes soupçonnées de discriminations sont des hommes. Ces discriminations seraient principalement liées au genre. Mais aucune information n’a été donnée sur le sexe des personnes supposément discriminées. D'une façon générale, la présentation faite ce matin a respecté un anonymat intégral, quant aux noms et aux lieux.

Des femmes visées par des témoignages

Parmi les personnes suspectées de «comportements inadéquats», il y a des femmes. Le service de la communication de la RTS le confirme à watson. Apparemment, ces femmes ne seraient pas visées par les accusations de harcèlement dont il a été fait état par ailleurs. On ignore leur nombre.

Malaise général

Les deux heures de présentation de ce matin ont été principalement consacrées à la souffrance au travail, selon nos informations, et non à des questions de harcèlement. Cela concernerait une mauvaise gestion des ressources humaines, le sentiment de manquer de considération, de stagner dans sa carrière.

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Ma première critique, je me suis fait détruire»: Joël Dicker sort son 7ᵉ roman
A l'occasion de la publication de son septième roman, Un Animal Sauvage, nous sommes allés à la rencontre de l'écrivain suisse le plus lu de la planète. Entre le travail d'écriture, la création de sa propre maison d'édition et une séance de course à pied, comment le Genevois gère-t-il le quotidien? Interview.

Genève, une chambre de l'Hôtel Fairmont, moquette rouge moelleuse et vue sur le jet d'eau, dans la lumière grise de février. Il est 12h20, Joël Dicker nous reçoit avec un peu de retard. En plein marathon promotionnel pour son dernier livre, Un Animal Sauvage, il vient d'avaler une salade sur le pouce. Il s'excuse avec un large sourire et une franche poignée de main. On ne s'attendait pas à autre chose de la part de l'écrivain le plus rigoureusement sympa de la littérature francophone.

L’article