DE | FR
Esther Mamarbachi, toujours professionnelle à l'antenne de la RTS, a changé de visage mais... n'a pas craqué!
Esther Mamarbachi, toujours professionnelle à l'antenne de la RTS, a changé de visage mais... n'a pas craqué!twitter

Esther Mamarbachi quitte la RTS émue aux larmes

Lundi, la journaliste et productrice de la RTS Esther Mamarbachi a assisté à sa dernière séance de rédaction. Dans une vidéo où elle commente les séquences cultes de sa carrière, les larmes sont remontées.
28.02.2022, 13:5401.03.2022, 09:19

Vingt-deux ans de métier dans la grande tour de la RTS, ça ne s'oublie pas en un simple petit apéro d'adieu. Lundi, la journaliste et productrice Esther Mamarbachi a participé à sa dernière séance de rédaction si l'on en croit le présentateur du 19:30 Philippe Revaz:

Une journée forte en émotions. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux de la chaîne publique, la journaliste a commenté quelques séquences cultes de sa carrière. En introduction, c'est un message pour les équipes qu'elle a voulu partager:

«Vous pouvez être à l'antenne, bonne ou pas, mais grâce aux autres. J'ai envie de rendre hommage à... (grande inspiration) toutes ces personnes et... je le dis avec un peu d'émotion»

Une émotion qui a fait monter les larmes jusqu'au bord des yeux. Esther Mamarbachi, toujours professionnelle à l'antenne (c'est décidément un métier), a changé de visage mais... n'a pas craqué! Belle performance.

Lors de l'annonce de son départ, nous avions de notre côté ressorti quelques punchlines de la journaliste, histoire de faire mieux connaissance avec celle qui, désormais, rejoindra la conseillère d'Etat genevoise Fabienne Fischer. Son rôle? Conseiller la politicienne du mieux qu'elle pourra dans ses apparitions et interventions publiques. Bonne (nouvelle) route! (fv)

«Poutine, si j'étais ta mère...»: le speech gênant de l'actrice Annalynne McCord

Plus d'articles sur la Suisse

Pourquoi la Suisse a-t-elle les trains les plus lents d'Europe?

Link zum Artikel

«Vous vous sentez discriminés», l'enquête de trop à la SSR?

Link zum Artikel

Le piratage de Swissport est plus grave que prévu

Link zum Artikel

Les nouveaux avions F-35 américains de la Suisse pourraient être... italiens

Link zum Artikel

Tabac et internet: interdire la pub qu'aux jeunes, c'est possible?

Link zum Artikel

Berne se prépare contre d'éventuelles pénuries d'électricité

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cette UDC veut limiter le statut S, mais que disent cantons et communes?
D'ici l'automne, la Confédération s'attend à accueillir 120 000 réfugiés ukrainiens. Actuellement, il y a encore environ 60 000 places libres. L'UDC met en garde contre les coûts à venir. Et voici ce qu'en pensent les cantons et les communes.

La conseillère nationale UDC argovienne, Martina Bircher, suggère de restreindre le statut de protection S. Selon elle, il faudrait réfléchir à ne l'accorder qu'aux Ukrainiens originaires de régions où se déroulent des combats. Actuellement, l'essentiel des affrontements s'est déplacé vers l'Est. Bircher ne remet pas en cause l'aide aux réfugiés, mais les conséquences financières «énormes» pour la Suisse, que ce soit pour la Confédération, les cantons ou les communes.

L’article