DE | FR

Un salaire minimum dans le Valais? Le PS dit oui!

Le Parti socialiste du Valais romand rejoint ses partenaires de gauche pour lancer une initiative pour un salaire minimum cantonal. Mais cette proposition a-t-elle des chances d'aboutir?
10.04.2022, 11:0510.04.2022, 18:40
Le Parti socialiste valaisan veut introduire un salaire minimum cantonal.
Le Parti socialiste valaisan veut introduire un salaire minimum cantonal. source: shutterstock

L'idée d'un salaire minimum cantonal a été acceptée par le Parti socialiste du Valais, qui rejoint ainsi ses partenaires de gauche. Ils vont alors lancer une initiative pour le mettre en place. Cette décision a été actée samedi à St-Maurice, lors d'un congrès du parti.

Justice sociale en Valais

Emmanuel Amoos, conseiller national s'est demandé «comment il est possible qu'une personne puisse être pauvre en Valais alors qu'elle travaille». Afin que «notre canton avance lui aussi vers davantage de justice sociale et une meilleure répartition des richesses», le PS du Valais romand soutient donc cette initiative évoquée en octobre dernier par le POP Valais-Wallis.

Ce dernier était alors à la recherche de partenaires pour relancer l'idée du salaire minimum généralisé dans le canton. Conscient de son poids électoral limité (30 membres actifs et environ 80 sympathisants), le POP a appelé d'autres forces politiques à le rejoindre sur ce sujet, déclarait son président Frédéric Nouchy.

«Le texte final de l'initiative sera construit en collaboration avec ces futurs partenaires», ajoutait-il. Les préavis de partis principalement à gauche et des syndicats étaient alors «plutôt favorables».
Frédéric Nouchy, président du POP
Le POP Valais-Wallis empoigne le sujet du salaire minimum "sous l'impulsion de notre base", a fait savoir mercredi en conférence de presse Frédéric Nouchy président du parti (au centre).
Le POP Valais-Wallis empoigne le sujet du salaire minimum "sous l'impulsion de notre base", a fait savoir mercredi en conférence de presse Frédéric Nouchy président du parti (au centre).Image: sda

22 francs de l'heure

Le POP Valais-Wallis espérait pouvoir déposer un texte d'initiative au début 2022 puis se lancer dans la récolte de signatures. Dans le dossier présenté en octobre, aucun montant n'était encore arrêté.

Le parti souhaiterait toutefois fixer le salaire minimum à 22 francs de l'heure (3696 francs par mois pour 42 heures par semaine), avec une exception pour le secteur de l'agriculture dans lequel la rémunération pourrait être de 18 francs de l'heure, explique le POP.

Pas la première tentative

Ce n'est pas la première fois que le Valais se penche sur ce dossier. En mai 2014, les citoyennes et citoyens avaient rejeté à 82% l'initiative fédérale pour un salaire minimum à 4000 francs et à plus de 80% le texte cantonal qui fixait le montant à 3500 francs.

5 cantons l'ont déjà adopté

Dans le reste du pays, cinq cantons ont déjà introduit le salaire minimum généralisé entre 2017 et 2021. Il s'agit de Neuchâtel (montant fixé à 20 francs de l'heure), du Jura (20 francs), du Tessin (entre 18.75 et 19.25 francs) de Genève (23 francs) et de Bâle-Ville (21 francs), premier canton alémanique à l'instaurer.

Au niveau national, l'initiative populaire de l'Union syndicale suisse (USS) pour un salaire minimum a été rejetée en mai 2014 par 76.3% des votants. Le refus le plus modéré était alors venu de Bâle-Ville (62.3%). (ats/myrt)

Dans le reste de l'actu 👇

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Berne pourrait surveiller nos messageries privées, alertent les experts
Des spécialistes indépendants, des politiciens et des juristes s'inquiètent: une ordonnance de la Confédération pourrait mettre en péril le cryptage des services de messagerie.

Que ce soit Threema, Signal ou Protonmail, tous utilisent le cryptage pour protéger la communication numérique des utilisateurs.

L’article