DE | FR

Les cas de paludisme sont en augmentation à Genève. Prudence!

Bild

Image: Shutterstock

Depuis les vacances de Pâques, les cas de paludisme sont en augmentation à Genève. Et c'est (un peu) la faute du Covid.



Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) tirent la sonnette d'alarme: depuis quelques semaines, son service de médecine tropicale constate une résurgence des cas de paludisme dans la ville du bout du lac.

La cause? Le retour de touristes ayant voyagé dans des régions tropicales. Focalisés sur les dépistages Covid requis par les pays de destination, certains voyageurs ont tendance à négliger les mesures de protection existantes contre les maladies tropicales, expliquent les HUG.

Incidence en augmentation

La prévention du paludisme est pourtant d’importance vitale dans certaines zones à risque. Dans certaines d'entre elles, l’incidence de la maladie augmente à cause de la paralysie des programmes de lutte entraînée par la pandémie.

Il s'agit notamment de l'Afrique sub-saharienne et de quelques régions d’Asie, d’Amérique et d’Océanie. Les HUG encouragent toute personne qui envisage de voyager dans un pays tropical à consulter son médecin traitant ou un centre de médecine avant le départ.

Paludisme, malaria, de quoi parle-t-on?

Le paludisme, appelé également malaria ou fièvre des marais, est une maladie infectieuse propagée par la piqûre de certaines espèces de moustiques. Sa forme cérébrale peut être mortelle si elle n’est pas traitée rapidement. Aucun vaccin n’est disponible pour cette maladie, mais il existe des moyens efficaces de prévention: moustiquaire, sprays répulsifs et prise préventive de médicaments. (asi)

Envie de partir en voyage? Ces photos vont vous calmer:

1 / 22
19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant
source: facebook
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Les requérants d'asile seront davantage vidéosurveillés

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel

Voici comment les villes et les cantons romands agissent pour le climat

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Deux jours après les faits, l'homme qui a giflé le président de la République est jugé. Il écope de quatre mois de prison ferme. Il revendique un geste symbolique et politique.

Le procès a débuté peu après 14 heures. Deux jours après avoir giflé le président français Emmanuel Macron lors de son déplacement dans la Drôme, Damien Tarel s'est retrouvé devant les juges. Le verdict? Quatre mois de prison avec mandat de dépôt. Il va donc être directement incarcéré.

Le procureur requérait 18 mois de prison ferme à son encontre, après avoir écouté ses explications. Il demandait également de prononcer une interdiction définitive d'exercer une fonction publique, ainsi …

Lire l’article
Link zum Artikel