stratus fréquent-1°
DE | FR
Suisse
Santé

Les tiques suisses transportent le dangereux virus Alongshan

Les tiques passent par trois stades de développement: larve (six pattes), nymphe et adulte (tous deux avec huit pattes). A tous ces stades, elles ont besoin de sang pour survivre. La partie inférieure ...
Les tiques sont notamment à l'origine de la maladie de Lyme.Image: SUVA

Les tiques suisses transportent un nouveau virus dangereux

La liste des agents pathogènes transportés par les tiques s'allonge: pour la première fois, des chercheurs de l'Université de Zurich ont détecté le virus Alongshan (ALSV), découvert en Chine en 2017, dans des tiques suisses.
09.12.2022, 05:58
Dario Pollice / ch media

C'est bien connu, les tiques sont la lie de l'humanité. Non seulement parce qu'elles n'ont pas une tête spécialement sympathique. Mais aussi, et surtout, parce qu'elles peuvent transmettre divers agents pathogènes, des virus aux bactéries, en passant par les parasites.

Citons par exemple les bactéries à l'origine de la maladie de Lyme, ou encore le virus de la méningo-encéphalite verno-estivale (FSMEV), qui peut provoquer des inflammations du cerveau et des méninges.

Une sinistre découverte

Il semblerait que la liste des agents pathogènes s'allonge encore. Des chercheurs de l'Institut de virologie de l'Université de Zurich ont pu détecter pour la première fois dans notre pays le virus Alongshan (ALSV) dans des tiques, comme l'a communiqué l'université mercredi.

Découvert pour la première fois en Chine en 2017, le virus ALS appartient à la famille des «flavivirus», tout comme le virus FSME - avec lequel il partage plusieurs symptômes.

Ainsi, plusieurs patients ont ainsi souffert de fièvre et de maux de tête après une piqûre de tique - symptômes typiques qui témoignent normalement d'une infection par le virus FSME. Or, aucune des personnes concernées ne présentait les anticorps contre le virus FSME. Au lieu de cela, les virologues ont trouvé un virus à ARN jusqu'alors inconnu: le virus Alongshan.

Pas encore de vaccin contre le virus de la SLA

En Suisse, les chercheurs de l'Université de Zurich ont trouvé la séquence génétique complète des virus SLA dans de nombreux échantillons de tiques collectés en 2021 et 2022 dans plusieurs régions du pays.

Cornel Fraefel, directeur de l'Institut de virologie, a été surpris: «Ce qui nous a étonnés, c'est que nous avons pu détecter les virus SLA bien plus souvent que les virus FSME dans les échantillons de tiques», indique-t-il dans un communiqué.

Selon les chercheurs, ce nouveau virus pourrait déjà être pertinent pour la santé publique en Suisse. En effet, les symptômes d'une infection par le virus de la SLA seraient similaires à ceux d'une infection par le virus de la FSME.

En collaboration avec le laboratoire national de référence pour les maladies transmises par les tiques et le laboratoire de Spiez, les virologues s'apprêtent à étudier la situation épidémiologique des virus de la SLA dans notre pays.

Contrairement au virus de la FSME, il n'existe actuellement ni vaccin ni méthode de détection pour le virus de la SLA. L'équipe de Cornel Fraefel développe actuellement un test sérologique permettant de détecter les infections par ce nouveau virus.

Et maintenant, des photos de biscuits ratés

1 / 24
Et maintenant, des photos de biscuits ratés
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Ces employés de Swissport jouent au basket avec des valises

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Berne dépense des millions pour des vaccins Covid dont personne ne veut
La Confédération et les cantons ont déjà dû jeter plus de neuf millions de doses de vaccin Covid-19 périmées. Et ce n'est pas fini, car le taux de vaccination étant au plus bas, les stocks sont pleins et de nouvelles livraisons sont attendues.

Le nombre de doses de vaccin anti-Covid administrées dans notre pays est pratiquement au point mort depuis plusieurs semaines. En moyenne, seules 1500 personnes se font encore vacciner chaque jour, dont la plupart se font administrer le deuxième rappel, c'est-à-dire le vaccin Omicron. C'est ce que montrent les données actualisées mardi par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

L’article