Suisse
Santé

Suisse: les physiothérapeutes romands affichent leur colère

Les physiothérapeutes romands en ont marre et le font savoir

A Lausanne, la "marche des physios" s'est activée depuis la Riponne jusqu'à Bel-Air en passant par les places de la Palud et de St-François.
A Lausanne, la «marche des physios» s'est activée depuis la Riponne jusqu'à Bel-Air en passant par la place St-François.Keystone
C'est un projet du Conseil fédéral, présenté cet été, qui prévoit une diminution du temps de consultation et de nouveaux tarifs a mis le feu aux poudres.
02.11.2023, 23:3903.11.2023, 10:42
Plus de «Suisse»

Les physiothérapeutes romands ne veulent pas de la réforme du Conseil fédéral sur la durée des consultations et leurs tarifs. Ils l'ont fait savoir jeudi en fin de journée lors d'une manifestation à Lausanne. Ils exigent l'abandon des propositions du gouvernement.

Rassemblés dès 17h00 à la place de la Riponne au centre-ville de la capitale vaudoise, quelque 450 physiothérapeutes sont venus dire non à la proposition du Conseil fédéral, non à une baisse de qualité de la physiothérapie et non à une baisse de temps de la séance. La «marche des physios» s'est ensuite déplacée jusqu'à Bel-Air en passant par les places de la Palud et de St-François.

A l'avant, une grande banderole affichait «Physios en colère», suivi du cortège et ses nombreuses banderoles et pancartes. «Economie sensible, physios mauvaise cible», «32 francs la séance, quelle indécence», «Physios plein le dos, Pharma plein les poches» ou encore «Physios en danger», pouvait-on y lire.

Sur les réseaux sociaux, les hashtags n'ont pas manqué: #jesuisphysio #SauvonsLaPhysio #SantéPourTous #ManifestationPhysio2023.

Séance raccourcie

Cette manifestation s'est déroulée dans le contexte d'un projet du Conseil fédéral présenté cet été et mis en consultation jusqu'au 17 novembre. Il prévoit une diminution du temps de consultation et de nouveaux tarifs chez les physiothérapeutes. L'objectif est, selon le gouvernement, de freiner les coûts de l'assurance maladie. Cette annonce avait aussitôt provoqué la colère de la branche:

  • Concrètement, le Conseil fédéral veut réduire la durée minimale des consultations, de 30 minutes à 20 minutes pour les séances dites «de base» ou «classiques»;
  • S'agissant du prix d'une séance de physiothérapie simple, il serait abaissé de 48 à 32 francs.

A noter que si Berne est intervenu, c'est faute d'un accord entre la faîtière des physios et les assureurs maladie.

«Le projet du gouvernement compromet les soins et met en péril la survie des cabinets»
Physioswiss

L'association suisse de physiothérapie a d'ailleurs lancé une pétition qui a dépassé à ce jour les 167'000 signatures, sur un objectif fixé à 120'000. Elle vise désormais les 200'000 paraphes d'ici la mi-novembre.

Résolution adoptée

La faîtière se défend en arguant que les coûts de la physiothérapie ne représentent que 1,76% des coûts totaux de la santé de plus de 86 milliards de francs en 2022. Elle avance aussi que les coûts de la santé sont impactés par le vieillissement de la population et l'augmentation des maladies non transmissibles pour lesquels la physiothérapie diminue la morbidité et la médication:

«Et au contraire, la physiothérapie freine l'augmentation des coûts de la santé en diminuant les temps d'hospitalisation, le nombre d'examens médicaux, d'interventions chirurgicales et l'utilisation de médicaments»
Physioswiss

Dans une résolution adoptée le 26 octobre, l'assemblée générale des physios de Suisse romande a exigé l'abandon des propositions du Conseil fédéral et l'ouverture de négociations avec les assureurs pour le maintien de la qualité des soins et de la reconnaissance de leur travail. Elle refuse que sa profession «serve de cible politique dans un contexte d'augmentation des primes maladie». (ats/jch)

Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Des scientifiques suisses imaginent un implant contre l'endométriose
Des chercheurs de l'EPFZ et de l'Empa ont développé un implant en hydrogel pour prévenir l'endométriose, maladie qui touche 10% des femmes. Cette innovation fait également office de contraceptif.

Environ 10% des femmes souffrent d'endométriose. Les causes exactes de cette maladie ne sont pas encore bien connues. Il se pourrait néanmoins que, pendant les règles, le sang remonte le long des trompes de Fallope et pénètre dans la cavité abdominale. Ce sang contient des cellules de la muqueuse utérine (endomètre) qui se déposent dans la cavité abdominale et peuvent provoquer des inflammations, des douleurs et la formation de tissu cicatriciel.

L’article