Suisse
Sciences

Covid: «L'échange entre politique et science doit être plus intensif»

Covid: «L'échange entre politique et science doit être plus intensif»

Walter Thurnherr chancelier confédération science politique conseil fédéral
Image: Shutterstock
Dans un entretien avec le TagesAnzeiger sur la gestion de la pandémie, le chancelier fédéral Walter Thurnherr estime que le monde politique n'a pas assez collaboré avec les scientifiques.
19.07.2021, 08:10
Plus de «Suisse»

Le chancelier de la Confédération Walter Thurnherr pointe un manque de coopération en Suisse entre le monde politique et le monde scientifique au cours de la pandémie de Covid-19. Les rapports ne sont pas assez clairs et parfois tendus, remarque-t-il.

Echange plus intensif

Les contacts entre les deux mondes sont aussi rares, indique le chancelier dans un entretien diffusé lundi par le TagesAnzeiger.

«L'échange entre la politique et la science doit être à l'avenir plus intensif et institutionnalisé»
Walter Thurnherr, chancelier de la Confédération

Pendant la pandémie, des scientifiques ont donné des conférences de presse, dont les politiciens ne connaissaient même pas l'existence, poursuit-il.

«C'était clairement trop tard»

Walter Thurnerr estime en outre que le Conseil fédéral n'a pas mis sur pied suffisamment tôt la task force scientifique Covid-19. Le groupe de travail a été institué le 30 mars 2020. «C'était clairement trop tard».

La politique suisse fonctionne par essence avec des majorités et non sur des preuves scientifiques, ajoute le chancelier. Souvent, le monde politique n'a utilisé la science que pour dire des vérités désagréables ou pour confirmer ses propres politiques, selon lui.

(ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le PS et l'UDC ont un bel avenir en commun
Un électorat social, de droite et de gauche, est né le 3 mars lors de la votation sur la 13e rente AVS. Un monstre? Au contraire, une opportunité dont le PS et l'UDC sauront jouer à leur convenance? Les objets d'entente ne manquent pas.

La votation sur la 13ᵉ rente AVS constitue un précédent: le 3 mars, l’électorat UDC a voté avec la gauche. Les responsables du parti national-conservateur en étaient blêmes. La base a torpillé les mots d’ordre émis un mois plus tôt par l’assemblée des délégués, qui recommandait massivement le rejet de la 13ᵉ rente et approuvait l’initiative des Jeunes PLR pour un relèvement de l'âge de la retraite à 66 ans, balayée par le peuple à près de 75%. Etait-il possible d’être plus déconnecté?

L’article