ciel couvert
DE | FR
Suisse
Sciences

Don d'organe: les Suisses seront tous présumés donneurs volontaires

Des chirurgiens et des infirmiers procedent a une transplantation d'organe dans un bloc operatoire du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, CHUV, le mardi 15 septembre 2020 a Lausanne. En sui ...
Image: KEYSTONE

Les Suisses seront tous donneurs d'organes présumés

Le Parlement est tombé d'accord ce mercredi: nous serons tous présumés donneurs d'organes, à moins d'exprimer explicitement un refus avant notre décès.
22.09.2021, 15:2722.09.2021, 15:49
Plus de «Suisse»

C'est un changement fondamental qui vient d'être adopté en matière de dons d'organes en Suisse: chacun sera désormais présumé donneur volontaire, à moins de s'y être expressément opposé de son vivant.

Ci-dessous, les clés pour comprendre le débat👇

C'est la fin d'un long débat politique

Les deux Chambres ont parlé. Le National rejoint le Conseil des Etats pour accepter le contre-projet à l'initiative populaire «Pour sauver des vies en favorisant le don d'organes».

Ce contre-projet avait été proposé par le Conseil fédéral. Non pas qu'il ne s'oppose à la facilitation du don d'organes. Mais l'initiative ne réglait pas explicitement les droits des proches, et cela lui posait problème.

Le petit ajout? L'avis des proches

Le contre-projet introduit donc une nuance: en cas de doute, la famille a son mot à dire. Les proches pourront s’opposer à un prélèvement d’organes si cette décision respecte la volonté présumée du défunt.

Aujourd'hui, le projet du Conseil fédéral complété aux Chambres apparaît comme une solution aboutie.

Qu'est-ce qui change?

Désormais, les personnes ne souhaitant pas donner leurs organes après leur mort devront l’indiquer expressément. Un nouveau registre permettra aux personnes d’annoncer simplement leur refus.

Les conditions requises pour un don d’organes resteront les mêmes qu’aujourd’hui: seules les personnes en état de mort cérébrale à l’hôpital entreront en ligne de compte. En cas de décès en dehors de l’hôpital, le don d’organes restera impossible.

Ce passage au consentement présumé devrait permettre d'augmenter le nombre de dons d’organes et améliorer ainsi les chances des personnes en attente de transplantation.

En Suisse, 1457 patients sont actuellement sur la liste d'attente pour une transplantation. L'an dernier, 72 patients sont décédés faute de donneur.

Du coup, suis-je donneur potentiel dès maintenant?

Dans l’hypothèse où l’initiative est retirée et qu’il n’y a pas non plus de référendum, le texte entrera en vigueur début 2023.

La manif anti-pass de Lausanne en images
1 / 9
La manif anti-pass de Lausanne, en images
partager sur Facebookpartager sur X
On a testé un escape game inspiré de Shining
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les néonazis suisses reprennent du poil de la bête
Depuis l’attaque terroriste du Hamas, l'extrême droite surfe sur une nouvelle vague antisémite en Suisse aussi. Des militants appellent à la violence, nient l’Holocauste et propagent la haine contre les Juifs et les non-Blancs.

Il est effrayant de voir à quel point l'antisémitisme rampant devient de plus en plus visible dans notre société. Cela ne concerne pas seulement les islamistes et les extrémistes de gauche, mais aussi les néonazis. La haine propagée par les fans suisses d’Hitler s'accentue depuis le 7 octobre 2023. Les militants d'extrême droite gagnent en popularité sur les réseaux sociaux.

L’article