DE | FR

En Suisse, un quart des smartphones ne sont pas suffisamment protégés

Image: keystone
Et pour couronner le tout, près de 3% des Suisses n'effectuent jamais la moindre mise à jour et 23% ne le font que de manière occasionnelle.
24.03.2022, 05:0524.03.2022, 08:17

Un smartphone sur quatre est insuffisamment protégé contre la perte de données et le piratage informatique en Suisse, selon une analyse de Comparis diffusée jeudi. La non-mise à jour régulière du téléphone est en cause, ce qui est assez critique, car la durée de vie des smartphones s'allonge:

«C'est précisément la raison pour laquelle des mises à jour régulières sont indispensables pour la sécurité et la stabilité des appareils»
Jean-Claude Frick, expert numérique chez Comparis

Les femmes mettent à jour leur téléphone moins souvent que les hommes. Elles ne sont que 69% à le faire systématiquement, contre 78% des hommes. Les personnes âgées renoncent également plus souvent aux mises à jour que les jeunes.

La complexité de l'installation et un appareil trop ancien sont les principaux arguments avancés pour justifier la non-mise à jour du smartphone. Le manque d'espace de stockage et la durée du processus sont également invoqués. (ats/jch)

Un peu d'humour avec Copin comme cochon: Les quotes sur Instagram

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Radovan Vitek va faire le ménage à Crans-Montana
La station valaisanne s'apprête à subir de gros changements, annonce son propriétaire Radovan Vitek. Des licenciements sont prévus.

Actionnaire majoritaire des remontées mécaniques de Crans-Montana (CMA) et propriétaire d'une dizaine de sociétés dans la station, le milliardaire tchèque Radovan Vitek souhaite remettre de l'ordre dans ses entreprises valaisannes. Des licenciements sont prévus, mais leur ampleur n'est pas encore connue.

L’article