Suisse
Société

Berne désignée deuxième ville la moins stressante au monde

Il paraît que Berne est la deuxième ville la moins stressante du monde

Berne drapeau covid-19 stress ville classement zen pollution
Le centre-ville de Berne.Image: Shutterstock
Une société spécialisée dans le cannabis a étudié 500 villes en se basant sur plusieurs facteurs: environnementaux, économiques ou structurels. Le but? Désigner la plus zen du monde.
22.06.2021, 13:13
Plus de «Suisse»

Les vacances approchent et la vie «normale» reprend peu à peu. Après les confinements et la pandémie, une entreprise active dans la vente de cannabidiol (CBD) – une substance, composante du cannabis –, a voulu savoir où il faisait bon vivre, à travers le monde. Notre capitale, Berne, fait partie du top trois de ce classement!

Les facteurs pris en compte

Pour ce faire, chaque ville étudiée a reçu une note, prenant en compte les facteurs suivants:

  • La sécurité, la densité de population, l’égalité des sexes, le taux de chômage.
  • La pollution, les embouteillages, les conditions météo.
  • La stabilité socio-politique et l’accès aux soins.

Les cinq meilleures villes jugées les moins stressantes au monde:

  1. Reykjavik (Islande)
  2. Berne (Suisse)
  3. Helsinki (Finlande)
  4. Wellington (Nouvelle-Zélande)
  5. Melbourne (Australie)

Les pires villes, selon le classement:

  • Bombay (Inde)
  • Lagos (Nigeria)
  • Manille (Philippines)
  • New Delhi (Inde)
  • Bagdad (Irak)
  • La ville de Paris est classée à la 62ème place.

(jch)

What’s in/what’s out, les trends de ta semaine
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La qualité de l'air s'améliore au Tessin
Le canton enregistre la meilleure année depuis le début des mesures concernant les concentrations des trois principaux polluants, indique-t-il dans un rapport publié mercredi.

Ce résultat est dû à «des conditions météo exceptionnellement favorables à la dilution des polluants». Mais pas seulement: la nette diminution des valeurs enregistrées par rapport aux cinq années précédentes «démontre que nous sommes face à une solide évolution positive dictée avant tout par une diminution effective des émissions», souligne le rapport.

L’article