DE | FR
Un pompier regarde les dégâts causés par le bombardement d'un centre commercial à Kiev.
Un pompier regarde les dégâts causés par le bombardement d'un centre commercial à Kiev.Image: sda
Sondage

La guerre en Ukraine vous stresse (et on vous comprend)

Il y a exactement 25 jours Vladimir Poutine a envoyé ses troupes envahir l'Ukraine et on peut dire que ça vous préoccupe. Voici les résultats de notre sondage.
21.03.2022, 11:0321.03.2022, 18:01
Suivez-moi

Ce n'est un secret pour personne, la guerre en Ukraine a rajouté une dose de stress supplémentaire à votre quotidien. watson vous a demandé comment vous viviez cette période si particulière. Pour ceux qui ne l'ont pas encore fait, voici le sondage:

Ukraine = guerre

A la question: Si j'évoque l'Ukraine, vous pensez à quoi? Vous êtes 87% à répondre: guerre et dévastation. Une première impression sans appel qui montre que la guerre actuelle a démoli toutes impressions positives que l'on pouvait avoir sur la huitième destination touristique d'Europe.

News addict

La guerre en Ukraine est incontournable dans les médias, mais est-ce que vous essayez pour autant de l'éviter ? Eh bien non, vous êtes 63% à consulter quotidiennement les articles et à vous abonner aux alertes actu. Vous avez un côté «addict». C'est peut-être une bonne nouvelle pour nous, journalistes, mais pensez à vous reposer un peu.

Ah oui, prenez soin aussi de votre santé mentale, car émotionnellement, cela vous touche beaucoup.

Faire le job

On reproche quelques fois aux journalistes de répandre des informations anxiogènes. Mais vous êtes 49% à considérer qu'il serait irresponsable de ne pas parler de la guerre en Ukraine et 38% d'entre vous considèrent que les journalistes ne font que leur job en vous informant.

Le bon vieux JT

On vous a demandé quelle était votre première source d'information. Et vous êtes 43%, oui, oui, 43% à répondre, le bon vieux journal télévisé. Les réseaux sociaux ne sont pas très loin derrière avec 33%. Comme quoi le rendez-vous du 19h30 reste incontournable.

Une dose de stress en plus

A la question de l'impact que la guerre en Ukraine a sur votre moral, la majorité d'entre vous avoue être stressé par la situation, mais vous êtes aussi 36% à vous intéresser à la politique internationale depuis le début du conflit.

Et la Suisse dans tout ça?

Nous sommes à près de 2000 km des premières villes ukrainiennes, mais on vous a demandé si vous pensiez que notre pays pouvait être l'une des cibles de ce conflit. Et vous êtes plutôt pessimistes, bon, à 51%, mais un peu craintifs quand même.

Ah oui, et à propos de la menace nucléaire, vous êtes 62% à penser qu'elle est plausible et que cette période instable n'a rien de rassurant.

Comment va le moral?

Bon, et puis pour clore ce sondage, on vous a demandé comment vous alliez.

En gros, vous allez bien (version polie), mais un peu stressé. Alors pour vous souhaiter un bon lundi, voici un chaton. C'est cadeau.

Pionniers du vol en Suisse

1 / 6
Pionniers du vol en Suisse
source: musée national suisse
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Des motards contre le harcèlement

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une rave sauvage à Montagny (FR): La majorité des fêtards ont décampé
Les lieux sont désormais débarrassé des fêtards venus déranger les riverains et surtout la faune. La police était toujours sur place vendredi matin.

La majorité des fêtards qui se sont rendus à Montagny-les-Monts FR pour une rave sauvage ont quitté les lieux. La police, qui était intervenue en nombre jeudi, était toujours sur place vendredi matin pour s'assurer de la remise en état des lieux.

L’article