DE | FR

Comment la Suisse protège les réfugiés ukrainiens des abus

Des dizaines de milliers de Suisses ont proposé des places dans leur logement pour les réfugiés. Quels sont les critères de sélection de ces hôtes et comment s'assurer qu'ils sont vraiment de bonne foi ? Eléments de réponses.
31.03.2022, 12:0031.03.2022, 12:35
Suivez-moi

«Jeune homme vivant seul cherche à héberger jeune femme ukrainienne, sans enfant». Cette annonce vous semble déplacée? Rassurez-vous, elle est totalement fictive. La rédaction de watson n'est pas encore tombée sur ce type de proposition, mais elle pose une question importante sur l'accueil des réfugiés ukrainiens qui sont en majorité des femmes et des enfants. Quels sont les critères de sélection des hôtes suisses et comment limiter les risques pour les réfugiés?

Logistique et casier judiciaire

La procédure d'inscription pour proposer une chambre ou un logement est relativement simple. Sur le site de l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) ou de l'ONG Campax, il ne faut que quelques minutes pour remplir le formulaire et devenir famille d'accueil. Dans un premier temps, les critères sont essentiellement d'ordre logistique (voir ci-dessous).

Extrait du formulaire d'inscription pour les familles d'accueil sur le site de l'OSAR. Les questions pratiques comme la possibilité de fermer sa chambre à clef font partie des critères à remplir
Extrait du formulaire d'inscription pour les familles d'accueil sur le site de l'OSAR. Les questions pratiques comme la possibilité de fermer sa chambre à clef font partie des critères à remplir

Avez-vous un animal de compagnie? Quelle est votre situation professionnelle? Combien de salles de bains avez-vous à disposition? Après avoir rempli le formulaire, les hôtes seront contactés par l'organisme si une correspondance se produit entre des demandes de logement de réfugiés et leur proposition d'accueil des hôtes. Selon Eliane Engeler, porte-parole de l'OSAR, l'organisation est consciente du risque d'exploitation des personnes réfugiées.

«Nous demandons un extrait de casier judiciaire, la famille d'accueil envoie des photos du logement, un entretien téléphonique a lieu avec des collaborateurs expérimentés du domaine de l'asile et du social, tout cela avant le placement»
Eliane Engeler, porte-parole OSAR

Toutefois, l'OSAR précise que les visites, qui étaient autrefois effectuées chez l'habitant avant l'arrivée des personnes réfugiées, sont désormais difficiles à mettre en place face à l'afflux de demandes.

«Il est évident qu'en cette période de crise, il n'est pas possible de visiter toutes les familles d'accueil à l'avance»
Eliane Engeler, porte-parole OSAR

Après leur placement dans des familles d'accueil, l'OSAR met en place un suivi et propose une hotline disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 aussi bien pour les hôtes que pour les réfugiés. Eliane Engeler explique que ce suivi peut être effectué par les cantons eux-mêmes ou par des organisations partenaires.

Homme seul cherche femme seule

Revenons à la base de données et aux propositions de logements. Le fichier mis en place par l'OSAR et l'ONG Campax permet de faire correspondre les critères des hôtes et ceux des réfugiés. Lorsque la personne qui cherche un logement s'enregistre auprès d'un centre fédéral d'asile, la recherche de correspondance est effectuée et le «match» apparaît.

Ainsi, selon une personne qui travaille avec des professionnels de l'asile, le système informatique propose le «matching», mais c'est l'expérience et l'œil du professionnel qui fait la sélection finale. Par exemple, certains professionnels se méfient lorsqu'ils tombent sur le profil d'un homme seul avec enfant qui propose son logement à une femme seule. Le filtrage humain est toujours nécessaire pour évaluer les annonces sérieuses des plus fantaisistes.

«Je salue l'expérience des professionnels qui effectuent le "matching", car ils vont au-delà des critères de la base de données»
Patricia (nom d'emprunt), bénévole dans le domaine de l'asile

Ça, c'est pour la base de données officielle, mais pour ceux qui répondent aux annonces d'hébergements sur les réseaux sociaux comme celle-ci, les filtres et autres vérifications d'identité ou de casier judiciaire sont inexistants.

Un homme propose le contact de ses amis qui veulent héberger une famille de réfugiés jusqu'au mois de juin.
Un homme propose le contact de ses amis qui veulent héberger une famille de réfugiés jusqu'au mois de juin.Facebook

Raison pour laquelle l'OSAR rappelle qu'il est indispensable pour les personnes réfugiées de toujours s'adresser aux structures officielles pour trouver un logement.

«Nous demandons à toutes les personnes réfugiées de ne pas accepter une quelconque offre privée qu’elles reçoivent à la gare ou par exemple sur les réseaux sociaux. Les placements dans des familles d’accueil faits par l'OSAR se font directement depuis les centres fédéraux d’asile.»

Seules ces structures bénéficient des gardes fous pour éviter que des personnes vulnérables, majoritairement des femmes et des enfants, ne logent chez des hôtes qui n'auraient pas les meilleures intentions.

Nouvelles inondations en Australie mercredi 30 mars 2022

1 / 13
Nouvelles inondations en Australie mercredi 30 mars 2022
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Témoignage d'une famille de réfugiés

Plus d'analyses sur ce qui se passe en Ukraine

Pourquoi la Russie n'a pas encore gagné la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Les réfugiés ont la même voiture que nous» Ça vous choque?

Link zum Artikel

Ukraine: comment la cyber-guerre peut tout faire basculer (en Suisse aussi)

Link zum Artikel

L'invasion de l'Ukraine «était écrite»: aurions-nous été aveugles?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une rave sauvage à Montagny (FR): La majorité des fêtards ont décampé
Les lieux sont désormais débarrassé des fêtards venus déranger les riverains et surtout la faune. La police était toujours sur place vendredi matin.

La majorité des fêtards qui se sont rendus à Montagny-les-Monts FR pour une rave sauvage ont quitté les lieux. La police, qui était intervenue en nombre jeudi, était toujours sur place vendredi matin pour s'assurer de la remise en état des lieux.

L’article