DE | FR

Voici pourquoi les Suisses se montrent solidaires envers les Ukrainiens

Une réfugiée ukrainienne à sa sortie du train à la gare de Zurich, en mars 2022.
Une réfugiée ukrainienne à sa sortie du train à la gare de Zurich, en mars 2022.image: keystone
Depuis le début de la guerre en Ukraine, les Suisses font preuve d'une grande solidarité envers les réfugiés ukrainiens. Un expert a évoqué à Arcinfo plusieurs sources de motivation possibles à cet élan généralisé.
13.04.2022, 07:1314.04.2022, 06:08

Et étonnamment, selon Etienne Piguet, vice-président de la Commission fédérale des migrations (CFM), l'ethnie et la religion ne constituent pas un élément central dans une interview publiée mercredi dans Arcinfo.

Plusieurs facteurs favorables

«Dans le cas de l'Ukraine, on assiste à une juxtaposition d'une multitude de facteurs particulièrement favorables à l'accueil», indique Etienne Piguet. Le professeur distingue quatre éléments principaux.

  • La proximité géographique avec la zone de conflit.
  • La soudaineté de l'attaque russe. «Quand quelque chose de très brusque se produit, on est émus, on réagit», note Etienne Piguet.
  • La lisibilité du conflit avec un agresseur et des victimes clairement identifiables.
  • L'absence d'alternatives de protection. «J’ai le sentiment dans le cas ukrainien qu’il y a la conviction au sein de l’administration et de la population que les pays limitrophes comme la Pologne sont déjà à la limite, et donc qu’il n’y a pas tellement d’alternatives possibles à part l’accueil en Suisse», explique Etienne Piguet.

Et parmi les autres sources de motivation

Le profil des réfugiés, majoritairement des femmes et des enfants, joue également un rôle. Il s'agit de personnes pour lesquelles on a le plus d'ouverture et c'est une constante historique, relève Etienne Piguet.

Du coup, les Suisses sont-ils racistes?

Pour le vice-président de la Commission fédérale des migrations, le traitement différencié des réfugiés ukrainiens et des autres réfugiés ne révèle pas forcément une fermeture raciste de la Suisse et de l'Union européenne.

Il reconnaît cependant que le racisme et la peur de l'islam jouent un rôle dans les politiques d'asile européennes.

«Même si cela peut être un élément facilitateur, ce n'est pas parce que les réfugiés sont blancs et chrétiens que nous allons forcément davantage les accueillir», ajoute-t-il. Pour lui, le Kosovo, en 1999, constitue un «contre-exemple». Pendant une courte période, la Suisse avait accueilli des dizaines de milliers de personnes, qui ne venaient pas d'Europe de l'Ouest et étaient majoritairement musulmanes. (mbr/ats)

Témoignage d'une famille de réfugiés

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Après le cinéma, soutenir la musique suisse? «La discussion peut reprendre»
Le conseiller national socialiste, Baptiste Hurni, avait demandé, en 2021, au Conseil fédéral, de faire un rapport sur les plateformes de streaming, pour éventuellement légiférer en la matière. Il nous explique en quoi le «oui» du jour à la lex Netflix le motive à reprendre cette discussion. Et comment il compte le faire.

Un oui, un grand oui pour la «Lex Netflix». Plus grand que les partisans de la loi eux-mêmes ne l'auraient espéré. La modification de la loi sur le cinéma, incluant une obligation pour les plateformes de streaming tels que Disney+ ou Netflix (d'où le surnom de la votation) de réinvestir 4% de leur chiffre d’affaires réalisé en Suisse dans des productions helvétiques et de proposer au moins 30% de contenus européens dans leur catalogue, a passé la rampe de la population à hauteur de 58% d'opinions favorables ce dimanche 15 mai.

L’article