DE | FR

La sécurité alimentaire est assurée en Suisse selon Guy Parmelin

La sécurité alimentaire de la Suisse est assurée, a dit le conseiller fédéral Guy Parmelin devant les délégués de l'UDC, réunis samedi en assemblée générale à Coire. Les liens de dépendance directs de la Suisse par rapport à l'Ukraine et la Russie sont relativement faibles.
09.04.2022, 13:0910.04.2022, 09:10
La sécurité alimentaire de la Suisse est assurée, a dit le conseiller fédéral Guy Parmelin devant les délégués de l'UDC le samedi 9 avril.
La sécurité alimentaire de la Suisse est assurée, a dit le conseiller fédéral Guy Parmelin devant les délégués de l'UDC le samedi 9 avril. Image: sda

L’approvisionnement en denrées alimentaires de la population en Suisse est assuré, tout comme la disponibilité des moyens de production, a dit le conseiller fédéral vaudois, Guy Parmelin. Les engrais nécessaires aux cultures de cette année ont déjà été dans une large mesure livrés aux exploitations.

La Confédération suit en continu la situation et prend les mesures nécessaires pour garantir la production agricole. Début mars, elle a abaissé les droits de douane sur les fourrages afin de faciliter les importations, a poursuivi Guy Parmelin.

Si de graves pénuries devaient se profiler, la Confédération pourrait utiliser les réserves obligatoires de différentes denrées, comme le sucre, le riz, les huiles et graisses comestibles, le blé ou les fourrages.

Approvisionnement mondial précaire

Toujours est-il que la sécurité de l’approvisionnement mondial restera précaire. À ce jour, le taux d’auto-approvisionnement brut de la Suisse atteint 57%, et son taux d’auto-approvisionnement net avoisine les 50%.

Le conseiller fédéral promet d'accorder plus d’attention que par le passé à la question de l’auto-approvisionnement dans l’élaboration de la future politique agricole. Une adaptation de la production indigène serait possible à moyen terme, avance le conseiller fédéral à la tête du Département fédéral de l'économie (DEFR).

Conséquences sur l'agriculture suisse

Il faut savoir qu’aujourd’hui 60% des surfaces arables suisses sont consacrées à la production de fourrages. Ces surfaces pourraient être réaffectées à la culture, par exemple, de pommes de terre, de céréales panifiables ou d’oléagineux pour augmenter le taux d’auto-approvisionnement.

«Mais cela n’aurait de sens que si les consommatrices et consommateurs mangeaient moins de produits d’origine animale, comme la viande ou les œufs»
Guy Parmelin, conseiller fédéral

Cela ne serait cependant pas sans conséquence, a souligné le conseiller fédéral. Les cheptels devraient être réduits pour tenir compte de la diminution des fourrages disponibles. (ats/myrt)

Pour rester dans le thème de la sécurité 👇

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Zelensky et Cassis ont parlé au WEF de Davos: voici les 3 points à retenir
Les présidents ukrainien et suisse, Volodymr Zelensky (virtuellement) et Ignazio Cassis (physiquement), ont pris la parole à l'occasion du lancement du Forum économique mondiale de Davos. Voici en substance le résumé de leurs discours très attendus.

C'est devant tout le gratin de l'économie mondiale, réuni lundi au cœur des montagnes grisonnes pour le Forum économique mondial (WEF), que le président ukrainien a donné l'un de ses (innombrables) discours depuis le début de l'offensive. Ovationné à deux reprises par la foule enthousiaste, il a débuté sa prise de parole virtuelle par... une mise en garde:

L’article