DE | FR

Pour Daniel Koch, «mieux vaut se faire vacciner par conviction»

L'ancien «Monsieur Coronavirus» Daniel Koch a travaillé en tant qu'expert de la pandémie pour l'UEFA, lors du championnat Euro 2020 qui s'est tenu dans plusieurs villes européennes cet été.
L'ancien «Monsieur Coronavirus» Daniel Koch a travaillé en tant qu'expert de la pandémie pour l'UEFA, lors du championnat Euro 2020 qui s'est tenu dans plusieurs villes européennes cet été.Image: sda
Cela faisait longtemps que la Suisse n'avait plus entendu l'ancien expert de la confédération s'exprimer sur le Covid-19. Daniel Koch donne son avis sur l'actuelle stratégie de vaccination.
12.11.2021, 06:2012.11.2021, 10:30

Certains pays comme l'Autriche ont restreint l'accès à certains lieux comme les restaurants aux seules personnes vaccinées ou guéries. L'ancien «Monsieur Coronavirus» Daniel Koch n'est pas convaincu que la Suisse devrait faire de même. Il assure, dans Le Nouvelliste:

«Mieux vaut se faire vacciner par conviction que par obligation. Les fronts se sont suffisamment durcis jusqu'à présent»

Ne plus fixer des objectifs en termes de taux de vaccination

Dans une interview avec le journal valaisan, il estime qu'à court terme les fronts ne bougeront plus. «La grande partie des Suisses qui souhaitaient se faire vacciner l'ont fait. La part restante ne le fera pas, pour ne pas perdre la face», précise-t-il. Il faut donc trouver des solutions pour faire baisser la pression entre les deux camps, conclut-il.

Interrogé sur la condition d'une levée du certificat Covid, l'ancien fonctionnaire fédéral répond qu'il s'agit d'une question d'ordre politique et non épidémiologique:

«Il ne faut plus fixer des objectifs en termes de taux de vaccination à atteindre, mais plutôt insister sur le fait que le vaccin ne permet pas d'éliminer le virus, mais qu'il évite la plupart des hospitalisations et protège des formes graves de la maladie. Quant à la vaccination des moins de 12 ans, je n'en vois pas la nécessité pour l'instant, car il y a très peu de formes graves dans cette classe d'âge».
Daniel Koch

La règle des «2G»

Interrogé dans les journaux de CH Media, le directeur de l'Association médicale mondiale (WMA) Frank Ulrich Montgomery ne partage pas cet avis et plaide pour que la règle des 2G – soit limiter l'accès de certains lieux aux seules personnes vaccinées ou guéries – soit thématisée en Suisse.

Selon lui, le certificat «2G» (geimpft pour vaccinés et genesen pour immunisés) ne doit pas être introduit sur l'ensemble du territoire, mais de façon différenciée. Le directeur de la WMA plaide également pour que la durée du certificat Covid soit évaluée sur la base de critères scientifiques:

  • Sa validité devrait être équivalente à la durée de l'immunité apportée par le vaccin;
  • S'il peut être scientifiquement prouvé que l'on perd la protection vaccinale complète après six mois, la validité du certificat doit prendre fin après six mois;
  • Il fait sens de l'introduire dans le quartier des banques à Zurich, beaucoup moins sur la prairie du Grütli.

En Suisse, le certificat est actuellement valable pendant 12 mois après la seconde injection. Les experts de la Confédération ont indiqué cette semaine que passer au certificat «2G» ne se justifiait pas encore en Suisse. (ats/jch)

Manifestation à Lausanne contre le Certificat Covid

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Hillary Clinton pourrait-elle être candidate en 2024 face à Trump?

Link zum Artikel

Le président de Credit Suisse pensait être au-dessus des règles Covid-19

Link zum Artikel

Il ne manquait plus qu'un restaurant NFT à New York, le voici

Link zum Artikel

Les îles Tonga sont coupées du monde réel et virtuel à cause d'un volcan

Link zum Artikel
L'expérimentation animale en Suisse (et en six graphiques)
Soumise au peuple le 13 février prochain, l’initiative populaire «Oui à l’interdiction de l’expérimentation animale» demande l’interdiction totale de cette pratique en Suisse. Mais de quoi parle-t-on, concrètement? Tour d'horizon.

C'est peut-être bien la première question que l'on peut se poser au sujet de l'expérimentation animale en Suisse. En 2020, 556 107 animaux ont été utilisés dans des expériences, selon les données diffusées par l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV).

L’article