ciel clair-3°
DE | FR
Suisse
vaccin

Pour Daniel Koch, «mieux vaut se faire vacciner par conviction»

Pour Daniel Koch, «mieux vaut se faire vacciner par conviction»

Daniel Koch a
L'ancien «Monsieur Coronavirus» Daniel Koch a travaillé en tant qu'expert de la pandémie pour l'UEFA, lors du championnat Euro 2020 qui s'est tenu dans plusieurs villes européennes cet été.Image: sda
Cela faisait longtemps que la Suisse n'avait plus entendu l'ancien expert de la confédération s'exprimer sur le Covid-19. Daniel Koch donne son avis sur l'actuelle stratégie de vaccination.
12.11.2021, 06:2012.11.2021, 10:30

Certains pays comme l'Autriche ont restreint l'accès à certains lieux comme les restaurants aux seules personnes vaccinées ou guéries. L'ancien «Monsieur Coronavirus» Daniel Koch n'est pas convaincu que la Suisse devrait faire de même. Il assure, dans Le Nouvelliste:

«Mieux vaut se faire vacciner par conviction que par obligation. Les fronts se sont suffisamment durcis jusqu'à présent»

Ne plus fixer des objectifs en termes de taux de vaccination

Dans une interview avec le journal valaisan, il estime qu'à court terme les fronts ne bougeront plus. «La grande partie des Suisses qui souhaitaient se faire vacciner l'ont fait. La part restante ne le fera pas, pour ne pas perdre la face», précise-t-il. Il faut donc trouver des solutions pour faire baisser la pression entre les deux camps, conclut-il.

Interrogé sur la condition d'une levée du certificat Covid, l'ancien fonctionnaire fédéral répond qu'il s'agit d'une question d'ordre politique et non épidémiologique:

«Il ne faut plus fixer des objectifs en termes de taux de vaccination à atteindre, mais plutôt insister sur le fait que le vaccin ne permet pas d'éliminer le virus, mais qu'il évite la plupart des hospitalisations et protège des formes graves de la maladie. Quant à la vaccination des moins de 12 ans, je n'en vois pas la nécessité pour l'instant, car il y a très peu de formes graves dans cette classe d'âge».
Daniel Koch

La règle des «2G»

Interrogé dans les journaux de CH Media, le directeur de l'Association médicale mondiale (WMA) Frank Ulrich Montgomery ne partage pas cet avis et plaide pour que la règle des 2G – soit limiter l'accès de certains lieux aux seules personnes vaccinées ou guéries – soit thématisée en Suisse.

Selon lui, le certificat «2G» (geimpft pour vaccinés et genesen pour immunisés) ne doit pas être introduit sur l'ensemble du territoire, mais de façon différenciée. Le directeur de la WMA plaide également pour que la durée du certificat Covid soit évaluée sur la base de critères scientifiques:

  • Sa validité devrait être équivalente à la durée de l'immunité apportée par le vaccin;
  • S'il peut être scientifiquement prouvé que l'on perd la protection vaccinale complète après six mois, la validité du certificat doit prendre fin après six mois;
  • Il fait sens de l'introduire dans le quartier des banques à Zurich, beaucoup moins sur la prairie du Grütli.

En Suisse, le certificat est actuellement valable pendant 12 mois après la seconde injection. Les experts de la Confédération ont indiqué cette semaine que passer au certificat «2G» ne se justifiait pas encore en Suisse. (ats/jch)

Manifestation à Lausanne contre le Certificat Covid

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des politiciens suisses se rendent à Taïwan et ça ne plaît pas à Pékin
Lundi, cinq membres du Conseil national devraient rencontrer la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen. Entre-temps, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a modifié la section de son site internet portant sur Taïwan. La nouvelle formulation est désormais moins proche de la Chine.

En août 2022, la visite de la responsable politique américaine Nancy Pelosi à Taïwan avait provoqué d'importantes tensions. La Chine considère cette république insulaire démocratique comme une province sécessionniste. Pékin a réagi à la visite de Pelosi par des exercices militaires. Des avions de combat ont ainsi pénétré dans l'espace aérien revendiqué par Taïwan.

L’article