DE | FR

L'air du Valais s'est purifié et c'est (un peu) grâce au Covid

La diminution de la circulation routière en raison des mesures sanitaires a, en partie, permis au canton de voir la qualité de son air s'améliorer.



Les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 ont entraîné une diminution du trafic routier et une baisse du niveau de dioxyde d'azote dans l'air en Valais. Plus globalement, la qualité de l'air s'est améliorée en 2020, affirme jeudi le canton.

Selon le rapport sur la protection de l'air, les niveaux de particules fines et de dioxyde d'azote ont «rarement dépassé les valeurs limites journalières» en 2020 en Valais. En ce qui concerne le dioxyde d’azote (NO2), «la valeur limite annuelle de 30 μg/m3 est respectée depuis 2013 sur l’ensemble du territoire».

Dans le cas particulier de Sion, par exemple, elle est respectée pour la seconde fois en 2020, «mais à l’aide des effets de diminution du trafic routier provoqués par les mesures sanitaires» liés à la pandémie de Covid-19, souligne le rapport.

L'Ozone, lui, continue de battre des records

La pollution de l'ozone continue à dépasser les valeurs limites. «Les niveaux d’immission (réd: l'accumulation d'un polluant) se situent, toutefois, plus bas par rapport aux deux années précédentes», indique le canton.

Dans ce contexte, l'évolution du climat pose problème. Les autorités soulignent que «le réchauffement climatique présente un risque d’augmentation d’événements météorologiques favorisant la production d’ozone» . Réduire les pollutions émises par l'industrie, le commerce, les ménages et les transports reste ainsi une priorité. (jah/ats)

Et toujours en parlant de Covid, est-ce que le covid long existe vraiment? On fait le point.

Plus d'articles sur le Covid

L'appel des scientifiques pour un assouplissement des mesures anti-Covid

Link zum Artikel

Peut-on faire un Covid long tout en étant vacciné?

Link zum Artikel

Ils sont UDC, ministres de la santé et soutiennent la loi Covid

Link zum Artikel

Le deuxième référendum contre la loi Covid a abouti

Link zum Artikel

Voici une crème solaire à bitume pour rafraîchir et dépolluer les villes

Les îlots de chaleur urbains sont de véritables enjeux de santé publique. Une start-up américaine a mis au point un produit qui limiterait le rayonnement solaire et décomposerait les polluants.

L'été, les villes se transforment rapidement en véritable four. Le bitume noir absorbe 80% à 95% du rayonnement solaire et emmagasine la chaleur, provoquant un effet réchauffant même la nuit.

À Paris, par exemple, l'îlot de chaleur urbain produit des températures nocturnes environ 2,5°C supérieures à celles des zones rurales voisines, et la journée, la différence peut atteindre 10°C, selon une étude de l'Agence Parisienne du Climat.

Les enjeux sur la santé sont conséquents: selon une étude de …

Lire l’article
Link zum Artikel