DE | FR

L'air du Valais s'est purifié et c'est (un peu) grâce au Covid

La diminution de la circulation routière en raison des mesures sanitaires a, en partie, permis au canton de voir la qualité de son air s'améliorer.
26.08.2021, 11:5526.08.2021, 16:03

Les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 ont entraîné une diminution du trafic routier et une baisse du niveau de dioxyde d'azote dans l'air en Valais. Plus globalement, la qualité de l'air s'est améliorée en 2020, affirme jeudi le canton.

Selon le rapport sur la protection de l'air, les niveaux de particules fines et de dioxyde d'azote ont «rarement dépassé les valeurs limites journalières» en 2020 en Valais. En ce qui concerne le dioxyde d’azote (NO2), «la valeur limite annuelle de 30 μg/m3 est respectée depuis 2013 sur l’ensemble du territoire».

Dans le cas particulier de Sion, par exemple, elle est respectée pour la seconde fois en 2020, «mais à l’aide des effets de diminution du trafic routier provoqués par les mesures sanitaires» liés à la pandémie de Covid-19, souligne le rapport.

L'Ozone, lui, continue de battre des records

La pollution de l'ozone continue à dépasser les valeurs limites. «Les niveaux d’immission (réd: l'accumulation d'un polluant) se situent, toutefois, plus bas par rapport aux deux années précédentes», indique le canton.

Dans ce contexte, l'évolution du climat pose problème. Les autorités soulignent que «le réchauffement climatique présente un risque d’augmentation d’événements météorologiques favorisant la production d’ozone» . Réduire les pollutions émises par l'industrie, le commerce, les ménages et les transports reste ainsi une priorité. (jah/ats)

Est-ce que le covid long existe vraiment? On fait le point.

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'UE attend que la Suisse «lui propose des solutions crédibles»
Petros Mavromichalis, ambassadeur de l'Union européenne à Berne, estime que l'UE a fait des «concessions majeures», et attend des propositions de la Suisse.

L'Union européenne (UE) ne fait pas pression sur la Suisse en l'excluant du programme de recherche «Horizon Europe», assure son ambassadeur en Suisse Petros Mavromichalis. Elle attend «qu'on lui propose des solutions crédibles» pour avancer dans les négociations.

L’article