DE | FR

L'évacuation de la Zad du Mormont a coûté 239 000 francs au contribuable

Image: sda
Le Conseil d'Etat vaudois a donné des détails sur l'opération policière ayant conduit à l'expulsion de la colline occupée par les militants du climat.
07.07.2021, 19:5108.07.2021, 17:04

Concernant l’occupation de la colline du Mormont (VD), le Conseil d'Etat vaudois a répondu à plusieurs questions du Parlement.

Sur la légalité de l'évacution

Il souligne avoir agi selon ses prérogatives et les principes offerts par le cadre légal lors de l'évacuation de la Zad. Et relève le caractère proportionné de l'opération qui faisait suite à une décision de justice.

  • En l’occurrence, le Tribunal d’arrondissement de la Côte a rendu une décision le 24 février 2021, ordonnant aux zadistes de quitter les lieux dans les 20 jours, faute de quoi ils seraient évacués.
  • Les zadistes ne s’étant pas exécutés dans le délai imparti, le propriétaire, le cimentier Holcim, a requis l’exécution de la décision, le 29 mars.
  • La police cantonale est intervenue le lendemain.
Cinq mois d'occupation
La colline du Mormont, près d'Eclépens (VD), a été occupée entre octobre 2020 et fin mars 2021 par des zadistes, pour empêcher une extension de la gravière d'Holcim. Leur évacuation par la police, à fin mars, a fait débat, notamment au Parlement.

Sur l'évacuation en elle-même

Concernant l’évacuation, le Conseil d’Etat relève l’incertitude qui entourait une opération d’une telle envergure, de surcroît en pleine pandémie. Elle a été préparée dans un court laps de temps, sans connaître précisément le nombre de personnes présentes sur le site.

Ce contexte a conduit les forces de l’ordre à anticiper les moyens nécessaires pour l’évacuation, qui s’est finalement déroulée sans heurts majeurs.

Combien cela a coûté?

Les services de police ont pris en charge 144 personnes lors de l’évacuation. Le gouvernement précise qu’il ne lui appartient pas, ni à la police cantonale, de définir les responsabilités pénales des personnes concernées.

Concernant le coût de l’opération, le montant, qui couvre l’engagement du groupement latin de sécurité et de maintien de l’ordre, se monte à environ 239 000 francs, soit 30 centimes par habitant du canton. L'opération a nécessité l'engagement de plus de 600 personnes.

Parmi elles, des personnes du milieu médical ou encore des pompiers. Leur appui était nécessaire, notamment pour sécuriser les militants perchés dans les arbres, souligne le Conseil d'Etat.

Ce qui n'a pas trop fonctionné

Le Conseil d’Etat rend également public le rapport des observateurs indépendants, mandatés par la cheffe du Département de l’environnement et de la sécurité (DES) Béatrice Métraux, pour assister à l’opération. S’ils donnent une appréciation globale positive, les observateurs formulent un certain nombre de remarques:

  • Des défauts dans l'usage des messages de sommation.
  • Une logistique du ravitaillement en eau et nourriture défaillante.
  • L'absence de signe distinctif visible permettant l'identification des policiers en cas de problème.

Et maintenant?

Validée par le canton, l'extension fait actuellement l’objet d’un recours au Tribunal fédéral. Par ailleurs, une motion a été déposée au Grand Conseil, qui exige de protéger durablement la colline du Mormont. (jah/ats)

L'évacuation de la ZAD du Mormont, en images

1 / 19
L'évacuation de la ZAD du Mormont, en images
source: sda / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Pourquoi les autocollants «Stop pub» pourraient bientôt disparaître
Ceux qui ne veulent pas de publicité doivent coller la mention «Stop pub» sur leur boîte aux lettres. La conseillère nationale Vert'libérale Katja Christ veut changer ce système: seules les personnes affichant explicitement la mention «Publicité OK» recevraient encore de la publicité. La Poste n'est pas d'accord.

Recevoir des montagnes de flyers et de prospectus colorés dans sa boîte aux lettres est énervant. Du moins, c'est l'avis de 60% des ménages suisses, qui se défendent en affichant un autocollant «Stop pub».

L’article