DE | FR
keystone

Offensive pour la vaccination: le Conseil fédéral a choisi ses armes

L’«offensive pour la vaccination» est lancée. Le Conseil fédéral a défini son plan de match en trois volets. Voici ses contours en un coup d’oeil.
13.10.2021, 15:3014.10.2021, 08:39

Comment augmenter le taux de vaccination avant l’hiver? Le Conseil fédéral a répondu à cette question en lançant ce mercredi son «offensive pour la vaccination». Son point de départ: un faible taux de vaccination en comparaison internationale, avec 71,2% des personnes âgées de plus 18 ans entièrement vaccinées.

Il faudrait que ce taux de vaccination soit d’environ 93% chez les plus de 65 ans et de 80% chez les personnes de 18 à 65 ans – sans compter les individus déjà guéris – pour qu’il soit possible de lever les mesures en vigueur, écrit le Conseil fédéral.

Il poursuit:

«Le rythme de vaccination actuel est insuffisant, alors que les températures se mettent à baisser et que la pandémie pourrait à nouveau s’accélérer»

Le plan se compose de trois volets. Le quatrième – le fameux bon de 50 francs pour conseil à la vaccination – a été jeté à la poubelle face à la levée de boucliers des cantons.

Semaine nationale de la vaccination

Comme prévu, le Conseil fédéral a décidé d’organiser une semaine nationale de la vaccination. Dates choisies: du 8 au 14 novembre. L’objectif est d’informer un maximum de personnes des avantages de la vaccination, «grâce à une communication claire, en plusieurs langues et basée sur des données fiables». Thèmes abordés:

  • L’efficacité, la sécurité et les effets secondaires des vaccins.
  • Les risques sanitaires liés à une infection.
  • Les possibilités de vaccination.

Outre une campagne médiatique nationale, les cantons, les communes et d’autres partenaires sont appelés par le Conseil fédéral à informer la population en organisant des séances d’information ou des événements locaux. De son côté, le Conseil fédéral enverra une lettre à la population pour souligner l’importance de la vaccination.

Coût de l'opération (à la charge de la Confédération): maximum de 15,2 millions de francs.

Unités de consultation et de vaccination mobiles

Deuxième mesure: l’augmentation du nombre d’unités de consultation et de vaccination. Celles-ci doivent permettre aux personnes qui n’ont pas encore reçu leurs doses d’avoir facilement accès à une consultation et à une vaccination spontanée, en allant à leur rencontre et en leur évitant des déplacements.

Le nombre de ces unités est actuellement de 50 et pourra être sensiblement augmenté.

Coût de ce volet: jusqu’à 220 000 francs par unité de vaccination supplémentaire, mais au maximum 38 millions de francs.

Informations individuelles

Troisième et dernier volet: la Confédération souhaite également conseiller individuellement les personnes encore indécises vis-à-vis de la vaccination. Ces activités de conseil se dérouleront via:

  • Des discussions de groupe.
  • Des contacts personnels ou téléphoniques.
  • La fonction de «chat» individuel sur les réseaux sociaux.

«Les conseillers répondront aux besoins d’information de la population et les aideront, par exemple, à trouver un centre de vaccination ou à contacter un médecin ou un traducteur», indique le Conseil fédéral.

Il assure enfin que:

«Les conseillers ne sauront pas et ne demanderont pas si la personne qu’ils approchent a été vaccinée ou pas»

Coût total: maximum 43 millions francs.

Pour rester dans le thème:

Vidéo: watson

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Les politiciens lucernois ne veulent pas du vote à 16 ans
L'initiative était issue des rangs des Verts. Glaris est actuellement le seul canton à accorder le droit de vote à 16 ans.

Le canton de Lucerne n'abaissera pas le droit de vote à 16 ans. Le parlement lucernois a refusé lundi par 61 voix contre 58 une initiative issue des rangs des Verts. Il a ainsi suivi l'avis du gouvernement et de la commission des institutions politiques.

L’article