DE | FR

«Ségrégation raciale» à l'Université de Columbia?

Image: Shutterstock
Branle-bas de combat à New York! En voulant célébrer les minorités, l'Université de Columbia est accusée de racisme et de démagogie par les conservateurs. Mais que se passe-t-il vraiment? On vous explique.
17.03.2021, 16:18

Réclamés depuis de nombreuses années par les étudiants, la grande université américaine a décidé d'organiser des événements célébrant l'identité ethnique, sexuelle et sociale de chacun.

Les conservateurs crient au scandale

Aux Etats-Unis, le média de droite, Fox News, a repris l'information et de nombreux conservateurs ont accusé l'Université de vouloir restaurer la ségrégation, en divisant les gens. Candace Owens, une des voix les plus fortes du mouvement, par ailleurs afro-américaine, a interpellé Columbia sur Twitter avec des mots forts:

«Toutes mes félicitations à l'université de Columbia d'avoir restauré la ségrégation en tentant d'être inclusif. Juste une question: si un élève est métisse Noir - Blanc, à quelle cérémonie doit-il participer?»

La réaction de l'Université

Ils ont répondu à la polémique en ré-expliquant leur démarche: «les événements que nous proposons ont été mal représentés par certains. Nous voulons célébrer la diversité et non l'inverse».

L'interprétation d'un spécialiste des Etats-Unis

La semaine passée, c'était la polémique avec le créateur de BD pour enfants, Dr. Seuss. Cette semaine, c'est l'Université de Columbia. Demain, ce sera autre chose. Les conservateurs américains adorent créer des polémiques là où il n'y en a pas. Cela leur permet d'attiser la polémique, tout en attirant de l'audience.
David Sylvan, Professeur en relations internationales et en science politique au Graduate Institute de Genève.
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Intimidation LGBT à l'Uni de Genève: «Nous ne nous autocensurerons pas»
L'organisatrice de la conférence interrompue mardi livre son témoignage à watson. Nous avons aussi recueilli le point de vue de la coordinatrice du groupe LGBTIQ+ du Parti socialiste genevois.

Mardi soir, il n’y a pas que les fiches du conférencier Eric Marty qui ont été déchirées par des activistes LGBTIQ+. «Les miennes aussi», raconte l’organisatrice de la conférence, Nathalie Piégay, directrice du Département de français moderne de l’Université de Genève, où les faits se sont produits. Eric Marty, professeur à l’Université de Paris, invité à présenter son livre «Le sexe des modernes» (éditions Le Seuil), n’avait pas prononcé trois mots lorsqu’une «trentaine d’activistes masqués», rapporte Nathalie Piégay, ont fait irruption dans la salle Ferdinand-de-Saussure, située dans le bâtiment d’Uni Bastions.

L’article