DE | FR
Image: shutterstock

Une marche lesbienne à Paris dimanche, voici pourquoi c'est historique

Pour revendiquer la PMA et lutter contre l'invisibilisation, une centaine de personnes prennent d'assaut les rues de la capitale française. On vous explique pourquoi cette marche, par et pour les lesbiennes, marque un tournant pour la France.
23.04.2021, 13:2423.04.2021, 16:12

Elles sont lesbiennes et accompagnées d'alliés subissant, comme elles, des oppressions de la société. Pour faire entendre leurs voix, la marche lesbienne aura lieu dans tout Paris, le dimanche 25 avril, dès 14h. Entre revendications, héritages et projet de loi, voici ce qu'il faut savoir.

Qui organise la marche lesbienne?

Un collectif d'une centaine de personnes réunies sous le nom de Collages lesbiens. Leur spécialité? Coller des affiches aux slogans coups de poing depuis février 2020, dans plusieurs villes.👇

Par les collages, le collectif cherche à donner la parole aux lesbiennes, selon lui, «souvent invisibilisées». En s'appropriant l'espace public, Collages lesbiens veut lutter contre toutes les formes d'oppressions systémiques telles que le sexisme, l'homophobie, la transphobie ou encore le racisme.

Pourquoi la marche lesbienne, ce n'est pas la Gay Pride?

Parce que les revendications, dans le sillage des mouvements féministes, sont spécifiques à la PMA. Dans les grandes lignes, le collectif Collages lesbiens attend donc de l'Etat français:

  • La gratuité de la PMA anonyme par défaut pour toutes et tous, sans conditions.
  • L'auto conservation des gamètes.
  • Le choix du donneur revenant aux couples et non plus aux médecins.

Autre différence non négligeable: le cortège de la marche sera uniquement mené par des lesbiennes. Ce n'est que le reste de la marche qui pourra être accessible à tout le monde. Une non-mixité bien tranchée que le collectif assume. Comme les organisatrices l'expliquent, ce choix a été fait car la manifestation, principalement tournée vers les questions de la PMA, «concerne davantage les femmes».

La marche lesbienne, vraiment la première?

Pas vraiment. La dernière, historique, avait lieu dans les années 1970 à Paris, grâce à un mouvement «radical» porté par les «Lesbiennes de Jussieu». Depuis, plus rien. Du moins, pas d'une aussi grande ampleur.

La particularité de notre marche, c’est que les réseaux sociaux, les relais médiatiques et la mobilisation des lesbiennes de toute la France permettent d’en faire la première grande marche à l’échelle nationale.
Collages lesbiensneonmag

Le collectif Collages lesbiens a donc décidé de reprendre le flambeau. Une décision notamment galvanisée par la suspension du projet de loi bioéthique, présenté au Conseil des ministres français en juillet 2019. Lequel contient l’extension de la PMA à toutes les femmes et prend la poussière au sein de l'Assemblée nationale. La marche lesbienne devrait donc permettre un nouvel élan hautement important pour la France.

(mndl)

Copin comme cochon: les collègues de bureau qui courent

Vidéo: watson

Découvrez l'effet du changement climatique sur la planète

1 / 11
Découvrez l'effet du changement climatique sur la planète
source: google earth / google earth
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Devinez qui est gay? Un élu russe lance une téléréalité homophobe
On n'a sans doute jamais vu autant d'hommes à moitié nus, huilés et faisant du strip-tease à la télévision russe.

L'homosexualité est une chose très naturelle. Que ce soit chez les pingouins, les cygnes pleureurs, les humains, les girafes, les punaises de lit ou les macaques japonais, Mère Nature trouve l'homosexualité acceptable. Tout le contraire de la Mère Russie. Au pays de Poutine, les humains homosexuels seront désormais révélés à la télévision. Et ce, dans la nouvelle émission de téléréalité «Je ne suis pas gay», animée par le député russe homophobe Vitali Milonov.

L’article