DE | FR

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Le Conseil fédéral a fait son choix: Il opte pour l'avion de chasse américain F-35A, pour remplacer, à terme, les F/A-18, eux aussi américains. Trente-six appareils devraient être commandés pour un total inférieur à six milliards de francs.



Le Conseil fédéral a pris sa décision concernant le futur avion de combat de l’armée suisse. Son choix se porte sur le F-35A du fabricant américain Lockheed Martin, a-t-il communiqué mercredi dans l’après-midi. Il proposera au Parlement l’acquisition de 36 de ces appareils, pour un coût inférieur à six milliards de francs, l’enveloppe approuvée à 51,1% par le peuple le 27 septembre dernier, sans qu’il sache alors quel modèle serait retenu.

Le gouvernement a par ailleurs décidé d’acquérir pour deux milliards de francs cinq unités de feu du système de défense sol-air de longue portée (DSA LP) Patriot, du constructeur Raytheon, également américain. Ce missile a pour fonction première d’intercepter des missiles ennemis. En verticalité, il est capable d’atteindre 20 000 mètres et «largement» plus de 50 kilomètres en horizontalité. F-35A et Patriot assureront à eux deux la défense aérienne de la Suisse.

Sur trente ans, la période d’exploitation prise en compte, les coûts globaux du F-35A devraient atteindre 15,5 milliards de francs, soit 2,5 milliards de moins que la dépense maximale envisagée. Il s’agit de l’offre la moins chère des quatre modèles qui se disputaient le marché suisse: Outre le F-35 de Lockheed Martin, le F/A-18 Super Hornet de Boeing, l’Eurofighter d’Airbus avec leadership allemand, le Rafale du français Dassault. Le coût global, sur 30 ans également, du missile Patriot, devrait s’élever, lui, à 3,5 milliards environ.

Pourquoi l'avion de combat F35A spécifiquement?

Les arguments du Conseil fédéral en faveur du F-35A, dit furtif, ne sont pas que financiers. Ils sont aussi techniques. Nous reproduisons ici une partie de l’argumentaire transmis à la presse:

Là où il est moins bon

Les raisons fournies par le Conseil fédéral pour justifier son choix, font du F-35A le plus performant des quatre appareils jusqu'ici en compétition. En termes d’«utilité globale» (son association avec le système DSA LP Patriot), il obtient la meilleure note, «336 points», 95 de plus que son poursuivant direct.

Là où le F-35A est moins bon, c’est dans le domaine des
affaires compensatoires. Lockheed Martin, c’est-à-dire les Etats-Unis, est tenu d’honorer dans les quatre ans 60% de la valeur de la commande.

Le choix du F-35A pourra apparaître comme le moins risqué sur un plan à la fois commercial, militaire et technologique. Diffusé à grande échelle dans le monde, le F-35A est moins cher que ses concurrents. Il équipe ensuite de nombreuses armées du bloc occidental, Japon compris, qui a décidé de passer commande de cet appareil. Plus près de nous, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie, Le Royaume-Uni et la Pologne possèdent des F-35A américains (pas l’Allemagne, qui «vole» en Eurofighter comme la France en Rafale). Coopération et interopérabilité, au sein même de l’Otan dont la Suisse est un «passager clandestin», pouvaient donc plaider en faveur du F-35A.

Des EuropéensAllemagne et France en tête – vont certainement faire un brin la leçon à la Suisse, mais pas plus qu’à la Belgique ou aux Pays-Bas, pourtant signataires du Traité de Rome en 1957, acte fondateur de l’Union européenne qui viendra plus tard. L’aviation militaire suisse demeure fidèle à son partenaire, les Etats-Unis. On attend maintenant la réaction de la gauche, qui a promis de lancer une initiative populaire si le Conseil fédéral décidait d’acquérir un appareil américain. Pour contester ce choix. Aujourd’hui acté.

En parlant d'avion, on ne se lasse pas de voir voler Sommer...

1 / 14
Explosion de joie de la Nati après l'arrêt de Sommer
source: keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Voici comment l'armée suisse entend se mettre au vert d'ici 2050

La ministre de la défense Viola Amherd a dévoilé un premier plan d'action pour le climat dans le domaine de l'armée. Le but est clair: afficher une neutralité carbone d'ici 2050. Plusieurs pistes sont à l'étude.

L'armée suisse se veut plus verte. Sa ministre Viola Amherd a annoncé vouloir renforcer l'engagement de son département en faveur de l'environnement, via une charte et un plan d'action pour l'énergie et le climat. Objectif: afficher une neutralité carbone d'ici 2050.

Il existe «un lien étroit et évident» entre les thématiques écologiques et le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS), a relevé Viola Amherd.

La Valaisanne a indiqué que son …

Lire l’article
Link zum Artikel