DE | FR

Origine du Covid: L'OMS veut surveiller les laboratoires chinois

Bild

Alors que la Chine rejette fermement les critiques de l'OMS sur son manque de coopération pendant la pandémie, l'organisation onusienne vient de demander de contrôler certains laboratoires du pays.



L'OMS poursuit son enquête en Chine sur les origines du Covid. A cette fin, elle vient de faire une demande pour le «contrôle des laboratoires» où les premiers cas de Covid-19 ont été identifiés en Chine.

Pression croissante à Genève

En janvier, l'envoi en Chine par l'OMS d'une mission d'experts n'avait pas permis de faire toute la lumière sur le coronavirus qui a déjà fait plus de 4 millions de morts à travers le monde. Et l'organisation internationale basée à Genève fait face depuis des mois à une pression croissante pour qu'elle mène une nouvelle enquête approfondie sur les origines du Covid-19.

«Nous attendons de la Chine qu'elle soutienne cette nouvelle phase du processus scientifique en partageant toutes les données pertinentes dans un esprit de transparence. De même, nous attendons de tous les Etats membres qu'ils soutiennent le processus scientifique en s'abstenant de le politiser»

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur de l'OMS

Pour aller plus loin, l'OMS estime qu'il faut mener des études ou des actions dans cinq principaux domaines, dont «des contrôles des laboratoires et des établissements de recherche concernés actifs dans la région où les premiers cas humains ont été identifiés en décembre 2019», a indiqué le directeur général de l'organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Différentes investigations

Outre les contrôles des laboratoires chinois, l'OMS souhaite mener des «études intégrées» portant sur:

Mais ce n'est pas tout. L'organisation souhaite aussi mener des études qui donnent la priorité aux zones géographiques où la circulation du SARS-CoV-2 a été signalée le plus tôt.

Pékin rejette toutes les critiques

L'agence demande aussi que soient menées «des études liées aux marchés d'animaux à Wuhan et dans les environs, y compris des études suivies sur les animaux vendus au marché de gros de Huanan», ainsi que «des études liées aux activités visant à retracer l'historique des animaux, assorties de travaux supplémentaires en épidémiologie et épidémiologie moléculaire, y compris les premières séquences du virus».

La nouvelle phase de l'étude s'annonce toutefois délicate. Pékin a rejeté vendredi les critiques du Dr Tedros sur le manque supposé de coopération de la Chine.

Pourquoi les Suisses boudent-ils le vaccin?

Plus d'articles sur le Covid

Les Anglais pourront choisir de porter le masque ou non, malgré le variant Delta

Link zum Artikel

La Russie bat (encore) un nouveau record de contamination au Covid

Link zum Artikel

Le personnel de soins réticent au vaccin? Les EMS répondent

Link zum Artikel

Près de 55% de la population suisse est vaccinée ++ 3096 cas en 72h

Link zum Artikel

La transmission du Covid-19 de l'animal à l'homme jugée «très probable» par l'OMS

Une étude de l'OMS a conclu que la transmission à l'homme du virus du Covid-19 par un animal intermédiaire est une hypothèse «probable à très probable».

Les spécialistes de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estiment que des animaux d'élevage ont joué un rôle important dans la transmission du coronavirus, en Chine et ailleurs. Un incident de laboratoire reste en revanche «extrêmement improbable», estiment-ils dans un rapport.

Les experts privilégient la théorie généralement admise de la transmission naturelle du virus d'un animal réservoir - probablement la chauve-souris - à l'homme, par l'intermédiaire d'un autre animal qui n'a pas …

Lire l’article
Link zum Artikel