DE | FR

La Suisse assure en Bulgarie

Image: KEYSTONE
La Suisse a rempli sa mission à Sofia. Victorieuse 3-1 de la Bulgarie, elle a entamé sur une victoire sa campagne de qualifications pour la Coupe du monde 2022.
25.03.2021, 20:0327.03.2021, 20:58

Mercredi, Vladimir Petkovic avait émis le souhait que ses joueurs débloquent très vite la situation. Mais même dans ses rêves les plus fous, le «Mister» n'avait jamais imaginé vivre un tel scénario au Vasil Levski Stadium. Après seulement 12 minutes et une poignée de secondes, son équipe menait déjà... 3-0. Jamais dans son histoire, la Suisse n'avait compté un tel avantage au score, si tôt dans une partie.

La Suisse a trouvé pour la première fois l'ouverture à la 7e minute avec une tête imparable de Breel Embolo, sur un centre de Ricardo Rodriguez. Xherdan Shaqiri devait ensuite entrer en scène pour donner la balle du 2-0 à Haris Seferovic (10e), avant de fabriquer un but qui sera finalement accordé à Steven Zuber, mais qui doit beaucoup à la fébrilité du gardien Plamen Iliev (13e).

A peine commencée, la messe fut donc dite. Les Suisses n'avaient plus qu'à gérer tranquillement cette rencontre. Jusqu'à la pause, leur prestation n'a comporté aucune fausse note. Mais à la reprise, une erreur de Remo Freuler permettait à Kiril Despodov de battre Yann Sommer, sur une frappe sans doute légèrement déviée par Nico Elvedi. Ce but, venu d'ailleurs, a redonné un peu de vie à des Bulgares qui avaient été jusque-là d'une insigne faiblesse.

Les lointains héritiers des héros de 1994 ont pu alors nourrir le fol espoir d'une improbable remontada. Quelques instants après le but de Despodov, Yann Sommer connaissait ainsi une frayeur sur un coup franc du nouvel entrant, Spas Delev. A l'heure de jeu, ce fut le capitaine Georgi Kostadinov qui était tout proche de marquer devant un Yann Sommer, qui avait une fois de plus préféré défendre sa ligne plutôt que l'espace.

Le temps était venu pour la Suisse de hausser le curseur. Mais elle en fut bien incapable et a présenté, en seconde période, son visage des mauvais soirs. Avec une fébrilité, des oublis et une concentration défaillante, qui tranchaient avec sa magnifique entame de match. A la 75e, Vladimir Petkovic introduisait Denis Zakaria et Ruben Vargas pour Shaqiri et Zuber. Après avoir survolé son sujet en première période, Xherdan Shaqiri pouvait voir dans ce changement une sorte de sanction dictée par une certaine suffisance. Mais on sait aussi que l'autonomie du maître à jouer de l'équipe de Suisse est toujours aussi limitée.

Malgré toutes les réserves suscitées par cette seconde période laborieuse, la Suisse quitte Sofia avec les trois points qu'elle était venue chercher. Et c'est là l'essentiel. Elle se doit d'enchaîner dimanche à Saint-Gall contre la Lituanie, pour demeurer sur la bonne orbite: celle qui doit l'emmener l'an prochain au Qatar. (ats)

Thèmes

Plus d'articles sur le sport

Le président de la Licra suisse: «La Une de ce journal est raciste»

Link zum Artikel

«Ça fait bizarre de payer mon coach physique, qui est mon petit ami»

Link zum Artikel

«L'ex-président a pleuré tellement il était ému quand il a vu le car»

Link zum Artikel

Il était le grand espoir du foot suisse: que devient Davide Chiumiento?

Link zum Artikel

Stan Wawrinka, roi de France et petit sujet en Suisse

Link zum Artikel

La marque On prépare une nouvelle chaussure pour les records sur route

Link zum Artikel

«Xherdan Shaqiri a commis une erreur et aurait dû s'excuser»

Link zum Artikel

Christian Constantin en a-t-il marre du FC Sion?

Link zum Artikel

Lucien Favre accueilli sous les ovations à Nice

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«L'ex-président a pleuré tellement il était ému quand il a vu le car»
Le FC Portalban-Gletterens (FR), néo-promu en 1ère ligue, fera tous ses déplacements cette saison avec son luxueux bus peint aux couleurs du club. Un ovni dans cette division, où les équipes se contentent de louer, au mieux, des véhicules quelconques.

Quand on lui demande s'il a acheté un car en prévision de prendre des valises en 1ère ligue, José Fonseca se marre. «C'est plutôt pour avoir la place de mettre des frigos avec du champagne dedans!» Le président du FC Portalban-Gletterens (FR), néo-promu, est confiant. «On vise la première moitié du classement», pose-t-il, redevenu sérieux.

L’article