DE | FR
Bild

Les portes des toilettes sans genre sont grandes ouvertes

L’obligation de proposer des toilettes pour femmes et pour hommes sera bientôt supprimée dans le canton de Vaud. Des toilettes non genrées, c’est ce que comptent permettre tant les députés que le Conseil d’Etat.



Il y a cette distinction, historique et écrite dans la loi: les bars et restaurants doivent «être pourvus de deux sanitaires séparés au moins, l'un pour les femmes et l'autre pour les hommes. L’un des deux devant être accessible aux personnes handicapées.»

Cette obligation, les élus vaudois n’en veulent plus. Mardi, peu avant midi, ils ont chargé le gouvernement d’étudier un changement législatif qui supprime cette obligation.

«Les toilettes non genrées contribuent à lutter contre le fléau de l'homophobie et de la transphobie»

Vassilis Venizelos, élu écologiste à l’origine du texte

De plus, les toilettes non genrées permettraient notamment:

Vassilis Venizelos

Vassilis Venizelos Image: Keystone

Etendre à d’autres lieux

Pour être accepté à une très large majorité, le texte a été étendu pour s’assurer d’une coordination avec les communes et le Bureau de l'égalité entre femmes et hommes. L'objectif est aussi d’élargir la réflexion à d'autres lieux publics.

Ailleurs en Suisse, le canton de Lucerne a déjà franchi le pas en 2018, lorsque le Conseil d'Etat a adapté la réglementation cantonale et autorisé l'installation de toilettes unisexe dans les restaurants.

Un peu d'humour: voici la «femme blanche type» dans les films

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel
Thèmes

Un ex-élu socialiste veveysan condamné pour gestion déloyale

Lionel Girardin a été condamné à un an de prison avec sursis.

Lionel Girardin a été condamné, mardi à Vevey (VD), à douze mois de prison avec sursis et 40 jours-amende. La justice a estimé que l'ex-municipal socialiste avait bien fait preuve de gestion déloyale en avantageant sa propre société, plutôt que la fondation Apollo.

Pour mémoire, l'ex-municipal socialiste était accusé de gestion déloyale des intérêts publics, subsidiairement gestion déloyale. L'acte d'accusation lui reproche d'avoir empoché 74 000 francs, en favorisant sa propre société …

Lire l’article
Link zum Artikel