DE | FR

Contact perdu avec les systèmes de contrôle à Tchernobyl

L'armée russe a pris le contrôle de la centrale nucléaire et l'Agence internationale de l'énergie atomique ne reçoit plus d'informations.
09.03.2022, 07:4909.03.2022, 11:38

Les systèmes permettant de contrôler à distance les matériaux nucléaires de la centrale de Tchernobyl en Ukraine ont cessé de transmettre des données à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AEIA), a-t-elle indiqué mardi. Le site de la pire catastrophe nucléaire de l'histoire est sous le contrôle de l'armée russe.

De quoi parle-t-on?

Rafael Grossi, le chef de l'AIEA - organisme de surveillance de l'ONU dans le domaine du nucléaire - «a indiqué que la transmission à distance des données des systèmes de contrôle des garanties installés à la centrale nucléaire de Tchernobyl avait été coupée», a affirmé l'AIEA dans un communiqué.

L'AIEA utilise le terme «garanties» pour décrire les mesures techniques qu'elle applique aux matières et activités nucléaires, dans le but de dissuader la propagation des armes nucléaires par la détection précoce de l'utilisation abusive de ces matières.

Tchernobyl.
Tchernobyl.Image: Shutterstock

Qu'est-ce qu'il s'est passé?

Plus de 200 techniciens et gardes sont bloqués sur le site, travaillant treize jours d'affilée sous surveillance russe. L'AIEA a demandé à la Russie de les autoriser à effectuer des rotations, le repos et les horaires fixes étant essentiels à la sécurité du site.

Avec une transmission de données à distance coupée et le régulateur ukrainien ne pouvant contacter la centrale que par courrier électronique, Rafael Grossi a réitéré son offre de se rendre sur le site, ou ailleurs, pour obtenir de toutes les parties un «engagement en faveur de la sûreté et de la sécurité» des centrales électriques ukrainiennes.

«Je suis profondément préoccupé par la situation difficile et stressante dans laquelle se trouve le personnel de la centrale nucléaire de Tchernobyl et par les risques potentiels que cela comporte pour la sécurité nucléaire.»
Rafael Grossi, le chef de l'AIEA

Une autre centrale occupée

L'armée russe occupe, depuis vendredi, également la centrale nucléaire de Zaporojie, dans le sud-est de l'Ukraine, où des frappes de son artillerie, selon les Ukrainiens, ont provoqué un incendie – dont Moscou nie être à l'origine.

Zaporojie est la plus importante centrale d'Europe. Ses réacteurs ont été mis en service entre 1984 et 1995. Ils sont de conception moderne comparé à Tchnernobyl, première centrale construite dans le pays, en 1970, où les réacteurs étaient bien moins sécurisés. (jah/ats)

Immersion dans un centre d'accueil en Ukraine

Sur l'épineux dossier des sanctions contre la Russie

Les sanctions vont-elles faire chuter l'ISS? Moscou menace

Link zum Artikel

La Suisse et ses sanctions contre la Russie font rire les américains

Link zum Artikel

Les sanctions de l'UE contre la Russie que la Suisse a adoptées

Link zum Artikel

Les sanctions contre la Russie portent leurs fruits (et nous touchent aussi)

Link zum Artikel

Washington va prendre de nouvelles sanctions contre la Russie

Link zum Artikel

Les yachts des oligarques sont dans le viseur d'une taskforce internationale

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le soldat américain le moins vivant du monde va aider Zelensky
Il s'appelle «Spot». C'est un chien. Enfin, un robot. Bref, un chien-robot. Conçue par la société Boston Dynamics, cette bestiole intègre au compte-gouttes, depuis 2016, les rangs des armées du monde. Si une école militaire française en a testé un en 2021, dès cette semaine, c'est l'Ukraine qui va pouvoir en profiter.

Faisons d'abord un peu connaissance avec ce soldat du futur:

L’article