DE | FR
Loup

Image: Shutterstock

Vaud veut abattre deux loups

Suite à plusieurs attaques sur des bovins dans le Jura vaudois, le canton de Vaud sollicite un tir de loup auprès de la Confédération. Il estime que les conditions permettant la régulation sont réunies.



La saison de l'estivage a débuté à la mi-juin. Depuis, plusieurs attaques attribuées à une meute de loups ont été constatées sur des veaux dans la région du Marchairuz, relève le Département vaudois de l'environnement et de la sécurité dans un communiqué diffusé lundi.

«Le loup ne peut être régulé que si la meute concernée s’est reproduite avec succès pendant l’année durant laquelle la régulation a été autorisée»

Le canton de Vaud dans son communiqué

Ainsi, les autorités cantonales estiment que les conditions pour un tir de régulation sont réunies et ont adressé une demande en ce sens à la Confédération. Rappelons que depuis la révision de l’ordonnance sur la chasse entrée en vigueur mi-juillet, les populations de loups peuvent être régulées dès lors que deux bovins au moins ont été tués sur une période de quatre mois, pour autant que des mesures de protection raisonnables aient été mises en place.

Par ailleurs, le canton tient à assurer les éleveurs de son soutien et se dit conscient de leurs difficultés. La Direction générale de l'environnement suit de près la situation sur le terrain en étroite collaboration notamment avec la Fondation Landry et les propriétaires de bétail. (ats)

Pour le 1er août, on a demandé aux gens de jouer les Guillaume Tell

Plus d'articles «Actu»

Les inondations à New York créent des torrents dans le métro

Link zum Artikel

Crise des opiacés: 1,1 milliard et ils échappent au procès

Link zum Artikel

Aux Etats-Unis, ce champion de bouffe avale 76 hot-dogs en 10 minutes

Link zum Artikel

Certif Covid pour les profs à l'UNIGE ++ Le Portugal allège ses restrictions

Link zum Artikel

Analyse

Ce qu’on n’ose pas se dire sur le terrorisme en Suisse avant le vote

Le 13 juin, le peuple est appelé à voter sur la loi accordant à la police des moyens supplémentaires de lutte contre le terrorisme. Une gêne entoure ce scrutin, qui ne porte pas seulement sur le djihadisme ou les néonazis, mais sur tout type d'activisme susceptible de prendre une forme radicale, que ce soit le féminisme ou la cause écologiste. Prévenir le passage à la violence, telle est la mission du service de renseignement suisse.

Un train peut en cacher un autre. Disons qu’un gros train peut en cacher de plus petits. Ce gros train, c’est un gros mot: «Terrorisme». Il fait l’objet d’une loi sur laquelle nous voterons le 13 juin. Il s’agira de dire si oui ou non, nous voulons accorder plus de moyens préventifs à la police dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Soyons clairs – la chose n’étant que très rarement dite, y compris par l’autorité fédérale: Le terrorisme islamiste.

Mais la cheffe du Département de justice et …

Lire l’article
Link zum Artikel