DE | FR
Image: Shutterstock

Vaud veut abattre deux loups

Suite à plusieurs attaques sur des bovins dans le Jura vaudois, le canton de Vaud sollicite un tir de loup auprès de la Confédération. Il estime que les conditions permettant la régulation sont réunies.
02.08.2021, 16:2502.08.2021, 17:01

La saison de l'estivage a débuté à la mi-juin. Depuis, plusieurs attaques attribuées à une meute de loups ont été constatées sur des veaux dans la région du Marchairuz, relève le Département vaudois de l'environnement et de la sécurité dans un communiqué diffusé lundi.

«Le loup ne peut être régulé que si la meute concernée s’est reproduite avec succès pendant l’année durant laquelle la régulation a été autorisée»
Le canton de Vaud dans son communiqué

Ainsi, les autorités cantonales estiment que les conditions pour un tir de régulation sont réunies et ont adressé une demande en ce sens à la Confédération. Rappelons que depuis la révision de l’ordonnance sur la chasse entrée en vigueur mi-juillet, les populations de loups peuvent être régulées dès lors que deux bovins au moins ont été tués sur une période de quatre mois, pour autant que des mesures de protection raisonnables aient été mises en place.

Par ailleurs, le canton tient à assurer les éleveurs de son soutien et se dit conscient de leurs difficultés. La Direction générale de l'environnement suit de près la situation sur le terrain en étroite collaboration notamment avec la Fondation Landry et les propriétaires de bétail. (ats)

Pour le 1er août, on a demandé aux gens de jouer les Guillaume Tell

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Berne dépense 500 000 francs par an pour surveiller... les loups
Déjà en 2021, le gouvernement annonçait alors dépenser quatre millions de francs par année pour limiter les dégâts des grands prédateurs.

La Confédération investit 1,1 million de francs par an pour la surveillance des grands prédateurs. Le loup occupe à lui seul la moitié de ce budget.

L’article