DE | FR

Nous devrions pouvoir nous débarrasser des mesures de restrictions dès août

Bild

La campagne de vaccination avance bien: les fabricants sont ravis de leur collaboration avec la Confédération, et les cantons sont prêts à recevoir leurs doses. On vous résume ce qu'il faut retenir de la conférence de presse du jour.



Des vaccins en veux-tu, en voilà

Avec l'irruption des nouveaux variants du coronavirus, la rapidité du déploiement des vaccins est cruciale, a souligné le président de la Confédration, Guy Parmelin. D’ici à fin juillet, la Suisse recevra 8.1 millions de doses des vaccins déjà autorisés (Moderna, Pfizer/Biontech), a précisé le ministre de la santé, Alain Berset. La procédure d’évaluation pour le vaccin d’Astrazeneca est en cours chez Swissmedic.

Les deux fabricants ont alors garanti qu'ils pourraient livrer dans les délais. Si d’autres vaccins venaient à être autorisés, ces quantités pourraient fortement augmenter.

Des cantons sur les starting-blocks

La Confédération transmettra directement les doses aux cantons. Ceux-ci sont prêts à les recevoir et les injecter, a confirmé la vice-présidente de la Conférence des directeurs de la santé (CDS), Rebecca Ruiz. Cependant, tant qu'il n'y aura pas eu confirmation de livraison de vaccins par l'OFSP, ils ne seront pas disponibles.

L'important est d'assurer un développement stable de la vaccination. Si la Suisse peut recevoir les vaccins et les distribuer, la campagne sera un succès, a estimé M. Berset. «Nous avons une bonne situation», a déclaré Berset. Il y a six mois, personne n'aurait pensé que la campagne de vaccination serait aussi avancée, a-t-il ajouté. Toutes les personnes vulnérables devraient être vaccinées d'ici le 20 avril.

La lumière au bout du tunnel

Plus de la moitié des personnes vaccinées auront reçu leur deuxième dose d'ici fin juin, a précisé Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle des infections de l'OFSP. A partir du mois d'août, sans nouveau variant qui échappe au vaccin, il y aura assez de personnes vaccinées pour que les mesures de restrictions ne soient plus nécessaires, a-t-elle ajouté.

Au-delà de l'accès aux vaccins et de la logistique, il est nécessaire qu'une grande partie de la population soit prête à se faire vacciner pour la réussite de cette campagne.

Qui est vacciné? Qui ne le peut pas?

Jusqu'à présent, plus de 1.25 million de doses de vaccin ont été administrées et 465'782 personnes ont déjà reçu deux doses.

La vaccination est actuellement déconseillée aux enfants de moins de 16 ans et aux femmes enceintes.

(ats/ade)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Face aux tensions du virus, la Suisse sécurise ses chefs

Les menaces de mort à l'encontre du Conseil fédéral ont explosé depuis plusieurs mois. Logiquement renforcé, le dispositif de sécurité entourant les Sept sages est tenu secret par les autorités mais des experts nous ont dévoilé quelques indices.

Depuis plusieurs mois, le Conseil fédéral a une nouvelle fonction. Servir de défouloir à tous les insatisfaits de la pandémie. «Nous sommes face à un climat particulier, les gens ressentent le besoin d'exprimer leur mécontentement contre les personnes que nous protégeons. En 2020, nous avons constaté une nette augmentation du nombre de lettres de menaces reçues et un ton plus virulent, allant parfois jusqu'à l'appel au meurtre», confirme Cathy Maret, porte-parole de la police fédérale (Fedpol).

Lire l’article
Link zum Artikel