DE | FR
Le chef de l'armée de Poutine, le général Valeri Gerassimov, préfère rester un pas derrière Vladimir Poutine, décembre 2021.
Le chef de l'armée de Poutine, le général Valeri Gerassimov, préfère rester un pas derrière Vladimir Poutine, décembre 2021.Bild: keystone

Poutine joue au chef de guerre (et il est mauvais)

Le président russe met désormais la main à la pâte pour prendre des décisions tactiques sur le champ de bataille, selon un article du Guardian. Il échouerait lamentablement.
18.05.2022, 08:5118.05.2022, 12:16
Yasmin Müller
Yasmin Müller
Yasmin Müller
Suivez-moi

485 soldats russes tués, une perte de 70 véhicules militaires et au moins un bataillon de perdu. C'est le bilan estimé d'une traversée ratée du fleuve Severski Donets, dans le Donbass, la semaine dernière. Le président russe en personne en aurait donné l'ordre.

C'est du moins ce qu'explique «une source militaire occidentale» au journal britannique The Guardian. D'après le quotidien, le président russe Vladimir Poutine prend désormais des décisions opérationnelles et tactiques «au niveau d'un colonel ou d'un brigadier».

Et c'est ainsi que Poutine participe notamment à la détermination des mouvements des troupes dans le Donbass.

Une armée incompétente?

La défaite près de la rivière Severski Donets a été si grave que certains blogueurs militaires russes ont déclaré à leurs centaines de milliers de partisans que l'armée russe était incompétente, comme l'écrit le groupe de réflexion américain Institute for the Study of War (ISW). Un signe rare de mécontentement interne à la Russie.

L'un de ces blogueurs a même affirmé qu'il fallait être «particulièrement stupide» pour tenter cette traversée. Si l'ordre émanait vraiment du président russe, ces affirmations sont potentiellement explosives.

Bien qu'elles mènent une offensive depuis un mois déjà, les forces russes n'ont jusqu'à présent pas réussi à faire une percée dans le Donbass. L'une des principales raisons? Elles échouent constamment à encercler les forces ukrainiennes. En outre, ces dernières ont réussi à repousser les troupes russes hors de la ville déjà conquise de Kharkiv.

Alors que la semaine dernière, on disait encore que le chef de l'armée de Poutine, le général Valeri Gerassimov, était tombé en disgrâce auprès de son président, d'après le Guardian, Poutine continue de collaborer étroitement avec lui :

«Nous pensons que Poutine et Gerasimov sont impliqués dans des décisions tactiques à un niveau qui devrait normalement être pris par un colonel ou un brigadier»

Il devrait avoir mieux à faire

Dans l'armée suisse, les brigadiers, en tant qu'officiers supérieurs d'état-major, commandent une brigade, qui correspond à la plus petite unité opérationnelle. Les brigadiers coordonnent donc les activités quotidiennes d'une telle unité. Il en va de même au sein de l'armée russe.

Comparée aux armées occidentales, l'armée russe travaille plutôt de haut en bas. L'invasion qui piétine a, toutefois, contraint Moscou à envoyer des militaires de haut rang et des généraux plus près de la ligne de front, où jusqu'à 12 d'entre eux ont déjà été tués, selon les forces armées ukrainiennes.

Ben Barry, ancien brigadier de l'armée britannique et expert en guerre terrestre à l'International Institute for Strategic Studies (IISS), estime que Poutine s'immisce dans une action qui ne devrait pas le concerner:

«Un chef de gouvernement devrait avoir mieux à faire que de prendre des décisions militaires. Il devrait définir la stratégie politique au lieu de se disperser dans les affaires courantes»

Plus d'images de véhicules russes détruits en Ukraine

1 / 13
Plus d'images de véhicules russes détruits en Ukraine
source: sda / sergey kozlov
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Maurer attaqué après avoir qualifié le conflit ukrainien de «guerre par procuration»
Lors d'une intervention devant des collègues de parti à Appenzell Rhodes-Extérieures, le ministre des Finances, l'UDC Ueli Maurer, a parlé des conséquences de la guerre en Ukraine pour la Suisse. A cette occasion, il a pris ses distances avec la position officielle du Conseil fédéral. Son choix de mots n'a pas du tout été apprécié au Parlement.

Le ministre des Finances Ueli Maurer (UDC) a déjà prouvé à plusieurs reprises, pendant la pandémie de Covid, qu'il ne mâche pas ses mots lors de ses apparitions publiques et qu'il n'est pas rare qu'il critique les décisions de ses collègues du Conseil fédéral. Il s'offre «le luxe d'avoir sa propre opinion», a-t-il expliqué pour justifier ses déclarations, avec lesquelles il a parfois poussé le principe de collégialité à l'extrême.

L’article