DE | FR
Jongler avec des montagnes de couches fait partie du quotidien pendant des années quand on a des enfants.
Jongler avec des montagnes de couches fait partie du quotidien pendant des années quand on a des enfants.photo: karin keller
Mme durabilité

La durabilité compatible avec les enfants? Voici six défis à relever

Est-il possible de vivre en respectant l'environnement avec des enfants? Avec des rejetons qui remplissent des couches jetables durant des années, produisent des déchets alimentaires à chaque repas et font les yeux doux aux jouets en plastique? Oui, c'est possible. Du moins, on peut essayer. Comme le font notre rédactrice invitée et sa famille.
03.09.2021, 11:4303.09.2021, 18:02
karin keller
Partenariat de contenu avec le WWF
Ce blog est le résultat d’un partenariat avec le WWF. Les articles sont rédigés par Jennifer Zimmermann, journaliste indépendante. Comme «Madame Durabilité» Jennifer Zimmermann souhaite également un équilibre durable entre sa vie professionnelle et sa vie privée, elle prend des vacances. Cet article a donc été rédigé par son collègue Karin Keller.

Karin est rédactrice et blogueuse, elle a deux enfants (3 et 6 ans) et essaie de vivre de manière aussi durable et minimaliste que possible. Elle aime son abonnement végétarien, dormir suffisamment et les voyages en famille. Quand elle ne court pas après la phrase parfaite ou ses enfants, elle écrit des listes et lit des romans policiers.

Si vous souhaitez en savoir plus sur votre côté durable, répondez aux questions du calculateur d’empreinte écologique. Ce contenu n’a pas été payé.

Les enfants et la durabilité: tel est le sujet difficile que Jennifer, «Madame Durabilité», m'a confié pendant ses vacances. Le fait d'avoir des enfants n'est pas écologique en soi, puisque chaque être humain supplémentaire sur terre pollue l'environnement et le climat. D'autant plus si cette personne est née en Europe de l'ouest.

Avec mon mari, j'ai deux enfants. Et il s'agit maintenant de limiter les dégâts et vivre aussi durablement que possible avec, malgré et peut-être à cause de ces enfants.

Je passe ici en revue nos efforts au quotidien:

Jouets et vêtements

Top

  • Nous achetons généralement des vêtements et des chaussures de seconde main pour les enfants, nous procédons à des échanges dans le quartier, nous réparons nous-mêmes les trous dans les pantalons et nous apportons les chaussures cassées chez le cordonnier.
  • Nos jouets sont aussi multifonctionnels que possible. Ils peuvent ainsi être utilisés pendant longtemps et pour différents jeux. Nos préférés: animaux en caoutchouc, blocs de construction, Lego et voitures. Les jouets neufs ne sont pas offerts «juste comme ça», mais surtout en guise de cadeaux pour les anniversaires et Noël.​
  • Nous empruntons des livres et des jouets à la bibliothèque et à la ludothèque.
  • Pas besoin de kit de bricolage coûteux pour se livrer à des travaux manuels. Un peu de colle et tout ce que vous pouvez trouver dans la boîte de recyclage – et vous voilà fin prêt à créer des œuvres d'art. Nous peignons et dessinons souvent sur de vieilles enveloppes et des emballages en carton. Histoire d'utiliser ces matériaux plusieurs fois.

Mouais

  • Même si nous faisons des efforts, un ménage de quatre personnes consomme et achète beaucoup. Cadeaux, jouets et objets pratiques pour faciliter le quotidien des parents, tout cela s'additionne.

Flop

  • Les enfants grandissent et utilisent un grand nombre de vêtements et chaussures. Nous faisons souvent des achats en conséquence et finissons par jeter les vêtements usés.
Une rangée de chaussures de seconde main venues tout droit de magasins d'occasion.
Une rangée de chaussures de seconde main venues tout droit de magasins d'occasion.photo: karin keller

Niveau de difficulté

L'offre vaste de vêtements et jouets de seconde main permet de ne pas avoir à acheter de nouveaux objets en permanence. La plupart du temps, les gens de notre entourage sont également heureux de transmettre leurs objets usagés. Bien sûr, les enfants aimeraient acheter TOUT IMMÉDIATEMENT, mais ils ont tendance à crouler sous les jouets et ne plus savoir qu'en faire. Quant aux vêtements, ils ne se soucient pas vraiment de savoir s'ils sont neufs ou anciens. Généralement, ils sont même ravis de savoir que leur pantalon a déjà été porté par le garçon ou la fille qui vit à côté.

Alimentation et achats

Top

  • Grâce aux «abonnements légumes» et aux conseils sur ce qui est de saison et ce qui ne l'est pas, nous mangeons de manière saisonnière, régionale et biologique.
  • Nous utilisons un système sophistiqué de planification des repas. Nous n'achetons donc pratiquement que ce que nous mangeons réellement.

Mouais

  • L'alimentation végétarienne et végane est bonne pour le climat. Nous essayons de manger peu de produits animaux. Mais les fromages et les yaourts ainsi que les saucisses lors des barbecues sont chez nous des incontournables des jeunes et moins jeunes.
  • Nous, parents, buvons principalement du lait d'avoine, les enfants raffolent du lait de vache et en boivent un verre tous les soirs. Mais bon, au moins, nous achetons le lait de vache dans la bouteille en verre consignée d'une laiterie locale.

Flop

  • Nos enfants adooorent les saucisses, c'est pourquoi nous ajoutons régulièrement des gendarmes (ou similaire) dans la boîte à snacks.
Le mardi est le jour de l'abonnement légumes. La question principale: comment faire entrer les légumes verts dans la bouche des enfants?
Le mardi est le jour de l'abonnement légumes. La question principale: comment faire entrer les légumes verts dans la bouche des enfants?photo: karin keller

Niveau de difficulté

L'alimentation est une question importante pour tous les parents. Elle doit être saine, fraîche et de préférence biologique. Cependant, il est fastidieux de toujours cuisiner frais, de suivre la saisonnalité des produits et de faire manger x variétés de choux à monsieur ou à son enfant en hiver. Ils préfèrent de loin la glace, les chips et le salami. Mais cela en vaut doublement la peine: une alimentation durable est généralement aussi saine.

Laver et nettoyer

Top

  • Depuis quelque temps, nous ne nous lavons qu'avec des savons écologiques, exempts de tout microplastique, parabène, agent de blanchiment, etc.​
  • Nous n'utilisons pratiquement jamais de gobelets (sauf lorsque les enfants ont des problèmes gastro-intestinaux).
  • Nous n'achetons que des produits de nettoyage durables et n'utilisons souvent que de l'eau et du savon.

Mouais

  • Les vêtements des enfants peuvent être portés même s'ils sont déjà un peu sales. La surcharge de lessive est ainsi réduite à un niveau tolérable.
  • Nous lavons habituellement à 40°C. Si le linge est plein de saletés, il faut parfois pousser la lessive à 60°C.

Flop

  • Enfants rime avec lessive. Nous faisons certainement deux à trois fois plus de lessives que si nous n'étions que deux.
Une fois la balade dans les montagnes de couches terminée, nous nous rendons aussi régulièrement dans les montagnes de lessive. Les enfants font largement augmenter ces dernières.
Une fois la balade dans les montagnes de couches terminée, nous nous rendons aussi régulièrement dans les montagnes de lessive. Les enfants font largement augmenter ces dernières.photo: karin keller

Niveau de difficulté

Avoir des enfants signifie devoir nettoyer et laver davantage. Les enfants aiment passer du temps dehors, jouer dans la boue, dans la forêt, dans les prés, dans le bac à sable. Ils ont un malin plaisir à éclabousser les fenêtres de leurs mains sales. Ils laissent des miettes de pain dans tout l'appartement. Mais la durabilité est également possible ici. Mieux, elle simplifie la vie: si l'on renonce à l'idée que l'appartement et les enfants doivent toujours être parfaitement propres, il y aura moins à faire.

Voyages et mobilité

Top

  • Nous n'avons pas de voiture. Lorsque nous en avons besoin, nous avons recours à un modèle de car sharing.
  • Nous prenons très peu l'avion. Depuis que nous avons des enfants (soit depuis 6 ans), nous n'avons pris que deux fois des vols court-courriers.
  • Nous vivons en ville de Zurich et nous nous déplaçons généralement à vélo. Nous avons un vélo de transport, idéal pour transporter les enfants et du matériel.
  • Nous partons certes souvent en vacances, mais le plus souvent en Suisse ou dans les pays voisins. Les enfants trouvent tout excitant.​
  • Nous préférons les transports publics à la voiture. C'est beaucoup plus facile avec les enfants parce qu'ils peuvent bouger presque librement.

Mouais

  • Depuis que nous avons des enfants, nous voyageons plus souvent en voiture pour des raisons pratiques. En raison du Covid-19, nous sommes également plus enclins à partir en vacances ou ailleurs en voiture, car nous nous sentons plus à l'aise que dans un système de transport public bondé.

Flop

  • Nous sommes une famille qui aime voir du pays et nous voyageons donc beaucoup.
Depuis le Covid-19, nous partons plus souvent en vacances en voiture. Mais en temps normal, nous optons plus souvent pour les transports publics et le vélo (de transport).
Depuis le Covid-19, nous partons plus souvent en vacances en voiture. Mais en temps normal, nous optons plus souvent pour les transports publics et le vélo (de transport).photo: karin keller

Niveau de difficulté

Notre manière de voyager n'est pas toujours confortable. Il n'est pas très amusant de rouler à vélo sous une pluie battante et de voyager avec des sacs chargés dans les transports publics. Mais «l'aventure» est beaucoup plus excitante qu'en voiture. Et nous savons que nous apportons ainsi notre contribution importante dans le domaine de la mobilité. Nous trouvons que cela vaut le coup.​

Salle de bain et hygiène

Top

  • Les soins pour les enfants ne sont pas compliqués, du moins en ce qui concerne l'hygiène: de l'eau et un peu de savon (solide) de temps en temps suffisent. Pas besoin de laver les plus petits tous les jours et la baignoire ne doit pas être remplie à ras bord.

Flop

  • Les soins dentaires sont importants. Ainsi, nous achetons souvent du dentifrice et des brosses à dents, le premier dans des tubes en plastique. Il existe des alternatives durables, mais nous ne les avons jamais essayées. Nous avons déjà tenté des brosses à dents en bois et l'expérience a été peu concluante: les enfants ont essayé de les mordre et n'ont pas vraiment rigolé.
  • La crème solaire finit aussi souvent dans le panier d'achat. Cependant, les substances chimiques et perturbateurs endocriniens contenus dans les crèmes sont nocives pour l'environnement. Jusqu'à aujourd'hui, nous avons ignoré les alternatives respectueuses de l'environnement.

Niveau de difficulté

Lorsqu'ils sont encore en bas âge, les enfants n'ont pas besoin de beaucoup de produits de soins. Cela va dans le sens de la durabilité, car moins de déchets sont produits et l'environnement n'est pas pollué par des produits chimiques. Cependant, l'usage du dentifrice, des brosses à dents et de la crème solaire réduit nos efforts à néant.

Déchets et recyclage

Top

  • Nous avons toujours des gourdes, des tasses à café et des sacs à provisions en coton à portée de main.
  • Nous avons remplacé le papier ménage, les lingettes humides, etc. par des chiffons en tissu éponge. Et croyez-moi: la consommation en la matière est élevée chez les enfants, car les petits visages et petites mains doivent être nettoyés en permanence.
  • Nous jetons peu, donnons les vieux jouets, les articles ménagers et les vêtements. Nous réutilisons les emballages (par exemple, le papier alu, les bocaux à confiture), par exemple pour du bricolage.
  • Nous sommes de fervents adeptes du recyclage et trions les déchets, même pendant les vacances et lorsque nous pique-niquons dans le parc.

Mouais

  • Grâce à la planification des repas, nous produisons peu de déchets alimentaires. Mais les enfants laissent trop souvent des choses peu appétissantes à leurs yeux dans leur assiette à l'heure du repas. Et cela finit à la poubelle. Au mieux dans le compost.
  • Nous faisons notre possible pour utiliser moins de plastique et faisons régulièrement nos courses dans des magasins qui proposent des produits non emballés dans des récipients à remplir. Or, nous manquons souvent de cohérence, parce que manger de la crème glacée sur le pouce se révèle finalement bien sympa, les frites au four sont emballées dans du plastique, et les services de plats à emporter et de livraison sont tentants dans une vie de famille stressante.​

Flop

  • Un très mauvais bilan en raison des couches, ou plutôt les couches jetables. Pendant quatre ans avec notre premier enfant, trois ans avec le second.
Nous nageons dans le compost. Nous produisons de moins en moins de déchets plastiques, mais notre compartiment à compost déborde.
Nous nageons dans le compost. Nous produisons de moins en moins de déchets plastiques, mais notre compartiment à compost déborde.photo: karin keller

Niveau de difficulté

Pas si facile à appliquer. Souvent, dans le quotidien familial, on n'a tout simplement pas le temps ou le courage d'également accorder la place requise à ses ambitions «zéro déchet». Mais avec un peu d'implication, ce n'est pas un effort si important. N'oublions pas qu'il existe de nombreux produits qui permettent de laisser facilement peu de déchets derrière soi.​

Et toi?

Comment vis-tu de manière durable avec ta famille? As-tu des conseils ou des suggestions? Dis-le-nous dans les commentaires!

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Mon «moi stressé» face à mon «moi relax» – un débat avec moi-même
Quelle est la maladie numéro un dans notre société? On le sait toutes et tous: c'est le stress. Il est considéré comme, en partie du moins, responsable de presque tout, des maladies cardiovasculaires aux maladies psychiques, en passant par les maladies gastro-intestinales. C'est la raison pour laquelle j'ai décidé de vivre de manière plus détendue. Si seulement c'était aussi simple.

«Moi stressé»: «Arfff, oh non! Marre de ce bruit de réveil! Je le déteste! Je déteste le lundi, le mercredi, le jeudi ou n'importe quel autre jour!
«Moi relax»: «Inspire... expire.... Et commence par penser aux choses que tu attends avec impatience. Le premier café du matin – qu'il y a-t-il de plus beau?»
«Moi stressé»: «Je suis crevée!»
«Moi relax»: «Pas cool. Dormir suffisamment t'aiderait à réduire ton stress.»
Mon «moi stressé»: «C'est clair. Mais mes deadlines s'en fichent que je réduise mon stress.»
«Moi relax»: «Les deadlines sont plus importantes que ton sommeil? Il faudrait peut-être réfléchir à répartir les priorités. Essaie de chiller de temps en temps, comme disent les ados.»
«Moi stressé»: «En parlant d'ados... Ils devraient aussi se lever de temps en temps. Leur silence matinal et leur mauvaise humeur ne contribuent pas vraiment à la réduction de mes hormones de stress.»
«Moi relax»: «Je suis stressée par de simples ados qui ne font rien d'autre que de ne pas me parler? Come on! Ce n'est pas une raison.»
«Moi stressé»: «Les raisons du stress sont très individuelles. Et oui, je suis stressé par le silence des agneaux adolescents. J'ai donc toujours l'impression que quelque chose leur pèse et que je devrais intervenir.»
«Moi relax»: «N'importe quoi! La seule chose qui les stresse, c'est une mère stressée.»
«Moi stressé»: «Aaaaaaah!»
«Moi relax»: «Quoi?»
«Moi stressé»: «Mon agenda! Comment vais-je faire tout ça aujourd'hui? Je vais encore devoir travailler de nuit. Et je ne pourrai pas manger à midi..»
«Moi relax»: «Pourquoi est-ce que je regarde mon programme avant même d'avoir bu mon premier café? Inspire, expire, prends ta première gorgée de café. Ferme les yeux. Mmmh, délicieux!»

L’article