DE | FR
Dès la fin de l'année 1912, la population suisse a réuni des fonds pour constituer une aviation militaire nationale.
Dès la fin de l'année 1912, la population suisse a réuni des fonds pour constituer une aviation militaire nationale.Illustration: Marco Heer
vintage

Quand l'armée suisse finançait ses avions grâce à un crowdfunding

Au début du 20e siècle, l’engouement pour l’aviation a gagné l’armée. Après des débuts hésitants, la Suisse a également mis en place sa première force aérienne dès 1914.
19.03.2022, 08:16
Andrej Abplanalp / musée national suisse

Ce rêve d’aviation a très rapidement mué en «rêve de supériorité militaire». Dès le début, des avions, ainsi que des ballons à air chaud, ont été utilisés à des fins de reconnaissance militaire. Cela a également été le cas en Suisse, où les premiers vols de ce type ont eu lieu début septembre 1911. Le pilote Ernst Failloubaz (1892-1919), âgé de 18 ans seulement, s'est employé à convaincre l’armée suisse d’effectuer des missions de reconnaissance aérienne. Ce plan a échoué suite à l’atterrissage forcé au cours duquel un Dufaux-5 fut détruit.

Ernst Failloubaz lors des premiers vols de reconnaissance de l’armée en 1911.
Ernst Failloubaz lors des premiers vols de reconnaissance de l’armée en 1911.Image: ETH Bibliothek Zurich
Le blog du Musée national suisse
Des histoires passionnantes sur l'histoire de la Suisse plusieurs fois par semaine: on y parle des Romains, des familles d'émigrants ou encore des débuts du football féminin.
blog.nationalmuseum.ch/fr

Néanmoins, le vif scepticisme du commandement de l’armée n’était pas partagé par tous. Peut-être aussi en raison du réarmement rapide et massif opéré par les forces militaires dans toute l’Europe et ainsi, du risque d’être distancé qui grandissait quasiment de semaine en semaine. Le 2 décembre 1912, la Société suisse des officiers a donc décidé de lever des fonds pour la création d’une aviation militaire nationale. Un franc succès, avec au total 1,7 million de francs ainsi récoltés. Dès lors, plus rien ne s’est opposé à l’ajout d’une nouvelle composante à l’armée et à l’acquisition d’une flotte d’avions.

Appel aux dons pour la création ...
Appel aux dons pour la création ...Image: Archives fédérales suisses
... d’une aviation militaire suisse, 1912.
... d’une aviation militaire suisse, 1912.Image: Archives fédérales suisses

Fin juillet 1914, Theodor Real a été chargé de constituer une troupe d’aviation. Cet ingénieur mécanicien et pionnier de l’aviation – premier à traverser la frontière suisse en avion – est ainsi devenu le premier commandant de l’aviation militaire suisse. Il a pu compter sur le soutien d’éminents pilotes, parmi lesquels de véritables «acrobates de l’air», tels qu’Oskar Bider, Edmond Audemars, Alfred Comte ou François Durafour. Ceux-ci avaient déjà réalisé de nombreuses premières mondiales et débordaient d’enthousiasme.

1 / 6
Pionniers du vol en Suisse
source: musée national suisse
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L’illustre troupe brûlait d’envie de décoller rapidement. Il leur manquait, cependant, encore un élément: les avions! Certes, six biplans ont été commandés au constructeur aéronautique allemand Luftverkehrsgesellschaft. Mais dans le chaos de la Première Guerre mondiale, aucune livraison n’était possible. Il a donc fallu se contenter, dans un premier temps, d’avions privés, dont certains avaient été mis à disposition par les pilotes eux-mêmes, tout comme les mécaniciens. En outre, trois appareils de fabricants étrangers ont été réquisitionnés lors de l’exposition nationale à Berne.

Aéroport de Dübendorf, 1915: la première flotte aérienne de l’armée suisse était composée d’appareils très divers.
Aéroport de Dübendorf, 1915: la première flotte aérienne de l’armée suisse était composée d’appareils très divers.Image: ETH Bibliothek Zurich

Ce n’est qu’en 1916 que l’armée suisse a reçu ses premiers avions, à savoir six biplans Haefeli DH-1 et six biplans Wild W-1. Les deux types d’appareils, fabriqués par la société thounoise Konstruktions Werkstätte (K+W), étaient en réalité des prototypes destinés exclusivement à des missions de reconnaissance.

Un an plus tard, en 1917, la Suisse a acheté cinq Nieuport 23 C-1 à la France. Ce furent les premiers avions de l’armée suisse aptes au combat aérien.

Les débuts des Forces aériennes suisses.Vidéo: YouTube/Bundesarchiv
La première fois…
Il y a une première fois à tout. Cette série met à l’honneur les premières historiques de la Suisse et aborde des thèmes aussi variés que les premiers passages piétons et la toute première initiative populaire. Les articles sont rédigés en collaboration avec les Archives fédérales suisses.
>>> Plus d'articles historiques sur: blog.nationalmuseum.ch/fr
watson adopte des perles sélectionnées du blog du Musée national suisse dans un ordre aléatoire. L'article «Le premier avion militaire suisse» est paru le 14 février.
blog.nationalmuseum.ch/fr/2022/02/premier-avion-militaire-suisse

Le premier vol de l'hélicoptère Ingenuity

1 / 11
Le premier vol de l'hélicoptère Ingenuity
source: sda / nasa/jpl-caltech/msss / handout
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Le crash d'un F-35 en mer de Chine

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Anticommunisme, complotisme: la culture au temps de la guerre froide
Durant les décennies de la guerre froide, l’antagonisme Est-Ouest et la peur du communisme se sont emparés de la société tout entière. Et la culture n’a pas été épargnée, y compris en Suisse.

Entre 1945 et 1989, ces longues décennies de guerre froide, on savait parfaitement d’où venaient les méchants: de l’Est – de l’Union soviétique, de Russie ou de tous ses Etats satellites d’Europe de l’Est, à commencer par la RDA. Une idée développée avec assiduité dans les films et les romans de cette époque, depuis Le Troisième homme, ce grand classique de 1950, à L’Espion qui venait du froid de 1965, sans oublier Octobre Rouge, thriller sous-marin écrit par Tom Clancy en 1984 et adapté à l’écran en 1990.

L’article