Blogs
Watts On

Développer l’énergie solaire au profit de la mobilité

L'énergie photovoltaïque est un allié idéal de l'électromobilité
L'énergie photovoltaïque est un allié idéal de l'électromobilitébild: --- amag
Watts On

Développer l’énergie solaire au profit de la mobilité

L’avenir de la mobilité électrique – et d’une mobilité durable – passe immanquablement par un approvisionnement d’énergie fiable et aussi respectueux. Clyde, Helion et Solarify, trois jeunes sociétés suisses, collaborent et misent sur le développement de l’électricité solaire au service de la mobilité, sous la houlette d’AMAG.
21.02.2023, 10:2521.02.2023, 11:58
Jerome Marchon
Jerome Marchon
Suivez-moi
Plus de «Blogs»

Tout le monde, en Suisse, connaît AMAG, l’importateur historique des marques du groupe Volkswagen. Ce que l’on sait en revanche moins, c’est que la firme de Cham (ZG), au travers de sa division «AMAG Energy & Mobility», s’investit sans relâche dans les énergies renouvelables en vue de devenir le premier fournisseur de mobilité individuelle durable qui couvre le plus possible lui-même – et avec ses partenaires – les besoins supplémentaires en électricité. Ce nouvel écosystème s’articule autour de Clyde (véhicules électriques en abonnement), Helion (infrastructure photovoltaïque) et Volton (solutions de recharge), trois entités du groupe AMAG. Selon Martin Everts, directeur d’AMAG Energy & Mobility, dans les années à venir, le groupe investira pas moins de 100 millions de francs dans des installations photovoltaïques et bornes de recharge, tant en partenariat qu’en nom propre.

Nouveau partenaire

Depuis janvier dernier, Clyde s’est engagé dans un partenariat avec la start-up Solarify, spécialisée dans le développement de projets d’installations solaires aussi bien à l’adresse des entreprises que des particuliers. Concrètement, tout un chacun peut investir et devenir propriétaire, à hauteur de son investissement, d’une installation photovoltaïque sans être propriétaire d’une maison. Solarify centralise le développement du projet, organise son financement participatif, achète et confie à Helion l’installation des panneaux et, enfin, en exploite la production d’électricité. Chaque investisseur reçoit ensuite une part aux bénéfices réalisés par l’installation dans laquelle il a investi.

Image

Quel rôle pour la mobilité?

Clyde, avec le soutien d’AMAG, a investi dans une dizaine de projets de panneaux solaires gérés par Solarify en Suisse, pour un montant avoisinant un million de francs. En collaboration avec Volton, Clyde propose un abonnement automobile incluant l’électricité. Les abonnés bénéficient ainsi, sans coût supplémentaire, de l’électricité solaire produite par le «parc» de panneaux Solarify détenu par Clyde. Certes, les panneaux solaires ne livrent pas physiquement les bornes de recharge auxquelles les clients de Clyde ont accès, mais l’énergie utilisée est en contrepartie produite par les panneaux solaires de Solarify, puis réinjectée dans le réseau électrique local, améliorant ainsi le mix énergétique suisse.

Volton
Clyde a pour objectif de couvrir la consommation électrique de son parc auto par sa propre énergie.

Le photovoltaïque apparaît comme la technologie de production d’électricité idéale pour l’électromobilité en raison de ses relatives simplicité et flexibilité, des possibilités de stockage offertes par les véhicules (charge bidirectionnelle) et son faible impact environnemental.

Vers des solutions «tout compris»

Grâce à ses différents partenariats, AMAG Energy & Mobility souhaite proposer des solutions «tout compris» à ses clients, aussi bien commerciaux que privés, sous la forme d’un «one-stop shop». D'ici à quelques mois, la clientèle pourra obtenir, en un seul endroit et avec un seul interlocuteur, des conseils non seulement pour une nouvelle voiture, mais également sur les installations solaires et la gestion de l’énergie.

A propos de l'auteur

Image
bild: zvg
Jérôme Marchon est...
... un fan passionné de voitures depuis son plus jeune âge. Sa carrière professionnelle a pourtant commencé dans la finance. En parallèle de celle-ci, il contribue à créer un blog sur l'automobile, avant de fonder sa propre page, avant de prendre le poste de rédacteur en chef de la «Revue automobile». Depuis 2018, il travaille en tant qu'indépendant et écrit pour différents médias automobiles et généraux (print et web), en Suisse comme à l'étranger. Jérôme Marchon travaille également comme traducteur et conseiller en contenu rédactionnel pour des événements automobiles et des constructeurs automobiles.
Voici la première supercar développée en Afghanistan
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment la Suisse a fabriqué une machine pour cacher ses secrets
Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Suisse mit au point une machine de chiffrement plus performante qu’Enigma: la Nema.

Avant la Seconde Guerre mondiale, la Suisse n’avait aucune expertise en matière de cryptographie, c’est-à-dire de technique de chiffrement. Pourtant, en pleine guerre, des mathématiciens et ingénieurs commencèrent à concevoir leur propre machine à chiffrer. On la baptisa «Nema», abréviation de «Neue Maschine» (nouvelle machine). La Nema fut remise à la troupe en 1948 et resta en service jusque dans les années 1970. Elle ne fut déclassifiée qu’en 1992, et vendue en 1994 à des personnes intéressées au prix dérisoire de 50 francs.

L’article