assez dégagé
DE | FR
Divertissement
Humeur

Selon «Vice», utiliser des GIFs, c'est un truc de boomers

Ce jeune homme a lu l'article de Vice et se sent mal: il vient de réaliser qu'il était un «boomer».
Ce jeune homme a lu l'article de Vice et se sent mal: il vient de réaliser qu'il était un «boomer».Image: unsplash / watson
Humeur

Selon Vice, les GIFs, c'est ringard... Et si j'aime être ringard?

Selon Vice, utiliser des GIFs, c'est un truc de boomers. Si Vice le dit, alors il faut arrêter... Sauf si vous aimez avoir votre libre arbitre, dans ce cas, voici un autre regard sur le cool et le ringard.
21.01.2022, 16:5621.01.2022, 20:51
Margaux Habert
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»

Vice, c'est un peu le Vogue de la décadence. Si Anna Wintour dit qu'il faut arrêter de porter des fringues à carreaux, on dit pardon madame et on arrête. Vice, c'est pareil, mais version trash et disruptif. «Sex, drugs and GIFs», avis d'experts à l'appui, avec mise en opposition des Millennials, de la Gen Z, des générations plus vintage et intellectualisation d'un thème dont tout le monde se fout.

En séance de rédaction, quand mon collègue nous a parlé de ce complexe sujet sur la ringardisation des images animées, il y a d'abord eu un moment de flottement. Sommes-nous devenus des boomers? Sommes-nous «cringe»? Ça sonnait un peu comme ça: «Si c'est Vice qui le dit, c'est que c'est vrai. This is parole d’évangile».

GIF animéJouer au GIF
Image: giphy

Boomers disruptifs

Si c'était ladepeche.fr qui avait décrété que le GIF, c'est ringard, on ne l'aurait pas su. Pas lu, non plus. On aurait continué à s'envoyer des GIFs et pas des liens de ladepeche.fr, sans savoir que nous sommes désormais des boomers à carreaux.

Une fin du GIF qui rappelle l'époque du LOL. Un temps, c'était la «fame» absolue d'écrire LOL à tout bout de champ, sur un T9 (si vous ne savez pas ce qu'est un T9, c'est que vous êtes trop jeune pour être un boomer, «congrats»). Puis, l'ère du LOL a pris fin après qu'il a été interdit par la brigade de l'«urban cool». L'emploi du LOL est aujourd'hui à nouveau autorisé mais uniquement de manière disruptive, genre «je sais que c'est mal d'écrire LOL, c'est pour ça que je le fais, I am so punk».

GIF animéJouer au GIF
Image: giphy

Soyons punk et disruptifs

Merci Vice, mais je vais continuer à envoyer des GIFs qui humanisent mes émotions avec des réf de beauf. C'est disruptif. Utiliser «disruptif» aussi, d'ailleurs: je l'ai piqué aux jeunes cadres dynamiques sur LinkedIn. Oui, ces mecs qui lancent des «start-up» depuis des espaces de «co-working» dans lesquels ils se rendent en trottinette électrique. Ces types qui nous font saigner des oreilles à parler en franglais. Mais qui, au moins, n'ont pas peur d'avoir l'air cons quand ils lancent un «crowdfunding» pour vendre d'innovantes pailles écoresponsables en jambon ou lorsqu'ils envoient des GIFs sur Slack à leur «team». Bravo et merci à eux de démontrer que le ridicule (ou le ringard) ne tue pas. Et que tout ceci est parfaitement subjectif.

Vice, merci, donc, pour ta leçon de coolitude. Voici la mienne. Elle est un peu «cringe», désordonnée mais aussi plus punk, comme un GIF de The Office. Continue d'écrire des articles comme celui-ci: «Ma vie normale de couple accro aux drogues dures» et fous-nous la paix avec nos fringues à carreaux et nos images animées. De toute façon, ringard «is the new cool». Salut.

GIF animéJouer au GIF
Image: giphy

De toute façon, les séances, que ça parle de GIFs ou non, c'est l'enfer:

Le «cringe», c'est super. Les «trends», c'est débile. La preuve:

Vidéo: watson

20 photos qui prouvent qu'humainement, c'est un fail.

1 / 23
20 photos qui prouvent qu'humainement, c'est un fail.
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Que se passe-t-il avec Kanye West?
Ben, ça va. Son nouvel album et ses fringues s'écoulent comme des sachets de coke, l'argent rentre et il love sa femme. Des sous-sols du Super Bowl à l'aéroport de Los Angeles, on vous raconte sa folle semaine.

Aéroport de Los Angeles, lundi matin. Kanye West et les premiers rayons du soleil fendent le lino des arrivées. Capuche sur le crâne, il chantonne son contentement: «Numéro un sur toute la planète, on a gagné, on a gagné, on a gagné.» Dans une atmosphère mêlant doucement gueule de bois, mâchoire en titane et couilles en or, le rappeur est alors interpellé par un journaliste de TMZ armé d'une caméra et d'une grosse grappe de questions franches du collier. Fâché, mais de bonne humeur (oui, c'est possible), l'artiste flinguera les plateformes de streaming qui se goinfrent et les marques qui l'ont abandonné, avant de s'excuser auprès des «kids» pour «toutes ces discussions d'adultes».

L’article