DE | FR
Bild

Image: Shutterstock

Les testicules et le cerveau ont des points communs étonnants

D’après une nouvelle étude, les neurones fonctionnent comme les parties génitales masculines mais ce n’est pas ce que vous pensez.



C’est le genre d’article qui pourrait commencer par: “La troisième va vous étonner!” Promis juré, je n’ai pas survendu mon article. Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Aveiro au Portugal et de l’Université de Birmingham au Royaume-Uni, les valseuses et le cerveau partagent de nombreuses similarités. Ils ont publié leurs résultats le 2 juin dans la revue Open Biology de la Royal Society.

Ils ont fait une découverte surprenante: «Le cerveau et les testicules possèdent le plus grand nombre de protéines en commun, comparés à d’autres organes», écrivent-ils dans leur travail cité par le site Science Alert.

Les chercheurs ont comparé les protéines des cellules issues de 33 types de tissus d’organes, comme le cœur, les intestins, les ovaires et le placenta. Ils ont relevé que les burettes et le cerveau partagent 13’442 protéines en commun. Ces protéines communes sont utilisées dans le développement des organes et pour la communication entre les cellules.

C’est impressionnant mais est-ce que ça fait avancer le schmilblick?

Eh bien oui, ce type de résultats permet de faire des liens entre dysfonctionnements sexuels et troubles cérébraux ou encore entre l’intelligence et la qualité du sperme.

Aussi, les scientifiques mettent en avant le fait que les neurones ont un mode de fonctionnement comparable à celui des cellules des ballustrines. Les deux utilisent l’exocytose, soit un mécanisme de sécrétion de biomolécules de la cellule vers son environnement extérieur. Dans le cerveau, c’est un mécanisme pour faire communiquer les cellules entre elles, et dans les roupettes, ce mécanisme est utilisé pour fusionner avec l’ovule et le fertiliser. Vous êtes encore là? Je vous ai dit que c’était pas de l'arnaque cet article. Par contre, je ne vous ai pas promis quelque chose de drôle.

Mais alors Jamy, comment expliquer toutes ces ressemblances?

Eh bien les enfants, c’est pas sorcier. Les chercheurs pensent que cela pourrait être dû au fait que les coucougnettes et le cerveau sont tous deux impliqués dans le processus de spéciation. De spécia-quoi? Spé-cia-tion. Tout comme des animaux séparés par des millions d'années d'évolution peuvent développer les mêmes caractéristiques, il en va de même pour différents groupes de tissus du corps humain.

Par exemple, 60 gènes sont considérés comme uniques aux humains et nous différencient des chimpanzés. «Ces gènes se retrouvent à un haut niveau d’expression dans le cortex cérébral et dans les testicules», indiquent les auteurs de l’étude. Vous avez capté?

Si Brit-Brit a compris, vous aussi!

Comme votre cerveau est chaud, je vous propose de regarder ce tour de magie qui fait sensation sur TikTok👇

Vidéo: watson

Enfin, si votre cerveau est éteint, voici des toilettes improbables👇

1 / 15
Toilettes improbables
source: reddit
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Divertissement»

«Je promène mes kids en vélo cargo et ils adorent ça!»

Link zum Artikel

Les restos ont rouvert dedans, mais c'est chiant

Link zum Artikel

Une éponge à sperme post-sexe fait jaser sur TikTok

Link zum Artikel

Top 5 des techniques pour dépasser tout le monde dans une queue

Link zum Artikel

Qui se cache derrière le «gifleur» d'Emmanuel Macron?

Décrit comme «sans histoires» par ses amis, le jeune homme qui a giflé le président français mardi gravite autour de la galaxie de l'extrême droite. Avant de passer à l'acte, il a prononcé un slogan royaliste. Mais qui est-il?

Mardi, le président français a reçu une baffe de la part d'un homme alors qu'il était en déplacement. Cet homme, c'est qui? Il s'appelle Damien Tarel et son geste a surpris tout le monde, ses amis avant tout: «Cela m'a laissé abasourdi parce que pour moi il était pas capable de faire ça», réagit une connaissance sur BFMTV.

Inconnu des services de police, le jeune drômois de 28 ans serait quelqu'un de discret, «non violent» et «sans histoires», soutiennent des proches.

L'Avenir le décrit comme un …

Lire l’article
Link zum Artikel