DE | FR
Bild

Image: watson / shutterstock

Les restos ont rouvert dedans, mais c'est chiant

On a fait comme si c'était super d'être en terrasse en avril, alors qu'on sentait plus nos orteils. Aujourd'hui, nos orteils sont dans des Birkenstock et on peut aller dedans. Merci Alain Berset, mais on en reparle en octobre, ok?



On est en terrasse, point

Autant être claire tout de suite: je suis là pour rôtir au soleil moi. Merde. On frôle ENFIN les 25 degrés, après un hiver à -3º (quand on avait de la chance). On a bravé le froid et la pluie en terrasse depuis avril, alors rouvrir les salles des restos maintenant, c'est comme Jean Castex en France qui rouvre les remontées mécaniques le 19 mai. Bravo, quoi.

Même Jean Castex profite des terrasses.

La bouffe est moche

Les restos nous ont pondu des plats à l'emporter pendant des mois (temps ressenti: mille ans), ils ne savent plus que balancer des trucs en vrac dans des boîtes en carton recyclé. On se croirait dans une épicerie bio, c'est laid. Et à 36 balles le vol-au-vent, on aimerait bien ne pas avoir l'impression que quelqu'un l'a déjà mangé une première fois.

Genre comme ces plats...

1 / 27
Les restos, c'est pas toujours super...
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Pour fumer, on fait quoi?

Avouons-le, c'était chiant ce froid de connard de canard en terrasse en avril (ouais, j'insiste, je suis une forceuse). Mais au moins, on pouvait fumer. Cloper, torailler, se goudronner les bronches. Cette odeur de tabac 💛, ce goût de liberté 💚. Maintenant, Berset veut qu'on s'entasse dans les restos, sans le soleil qui tape, sans le bruit des voitures qui passent à 50 centimètres des terrasses, sans les coups de vent qui font voler les sets de table et les parasols, sans la table qui brûle les coudes. Et sans pouvoir cloper, en plus?

Nous en terrasse depuis avril.

Ça sent le renfermé

Limite le moisi après ces longs mois sans le moindre courant d'air. Et je vous parle pas des restos qui ont des rideaux aux fenêtres, l'odeur a imprégné les voilages. En même temps, ils allaient pas utiliser les prêts Covid pour payer des gens à nettoyer des salles vides. On n'adhère pas, mais on comprend: en home office, on s'est pas lavé les cheveux non plus.

Le shampooing sec, ça compte pas.

C'est la 2e place du podium

Boire l'apéro après le job, ça se fait sur une terrasse ou ça ne se fait pas du tout. Personne ne va se terrer dans la pénombre d'une salle par choix, alors qu'il fait tiède, que la lumière en fin de journée est sublime et qu'on a soif de liberté (mais pas que) après des mois enfermés. Boire en salle, c'est comme arriver deuxième à un concours: on nous fait croire que l'important, c'est de participer. C'est bien une phrase de deuxième ou de gens qui boivent leurs pintes en salle.

La 3e place: ceux qui picolent DEVANT la Jetée.

Bild

know your meme

Y a des bruits de chiottes

Comme tout le monde est en terrasse (sauf les gens sur la deuxième marche du podium), dans les salles, on entend les mouches voler. Pire: on entend le bruit de la chasse d'eau. Et seuls les gens qui acceptent d'être médaille d'argent trouvent que ça rappelle le bruissement d'une cascade. C'est les mêmes qui disent «y avait plus de maisons dispos dans le sud, mais trois semaines de vacances dans le Jura, c'est pas si mal». TU MENS.

Ok, le Jura, c'est joli. Mais trois semaines?! Non.

On n'est pas du bétail

Les restaurateurs perdent de la thune à jouer à Tetris avec leurs tables. Et dans ces labyrinthes de plexis et de parois en contreplaqué, je suis encore plus claustro que dans ma cuisine à télé-travailler dans quatre mètres carrés. Je suis pas une chèvre dans un enclos, merde.

Même si les chèvres, c'est crôôôô mignon!

On est des rebelles

C'était mieux quand c'était interdit. «Ouais, j'ai des adresses de restos clandestins, ouais, le patron est un ami, je connais du monde, ouais.» Aujourd'hui, ça résonne, ça pue, c'est sombre, c'est nul. Et j'aime pas faire tout comme Alain Berset il a dit, je suis pas un mouton (ni une chèvre, ni rien du tout).

C'est quoi le pire?

Je suis triste

En vrai, hier soir, j'ai voulu tenter une incursion dans mon resto préféré. Mon QG, celui où j'allais souvent, avant. Il est tout petit, dans une ruelle, il faut connaître. J'y suis allée en me disant «solidarité avec les restos, allons remplir leurs caisses». Et au lieu du traditionnel «salut gamine, je te mets la table du fond, près de la cour?», j'ai eu droit à «bonsoir, vous avez réservé?». C'était plus le patron. Il a fait faillite. Il est parti. 💔

Bild

Image: meme generator

C'était quand même sympa, on avait l’impression d'être des dingos. 🤘

Marie-Adèle, c'est fou, elle aime même pas les terrasses! 👇

Vidéo: watson

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La cigarette a moins la cote chez les jeunes

Si fumer est aujourd'hui considéré comme moins «cool», la législation sur le tabac ne dissuade pas les jeunes consommateurs, révèle une étude suisse.

Depuis 2006, tous les cantons suisses - à l'exception des Rhodes-Intérieures d'Appenzell et de Schwyz - rendent illégale la vente de cigarettes aux jeunes de moins de 16 ou 18 ans. Mais cette interdiction n'a que peu ou pas d'effet, selon une étude de chercheurs bâlois et lausannois. Et pour cause. Les jeunes parviennent à s'en procurer de manière détournée.

Entre 2001 et 2016, les chercheurs suisses ont interrogé plus de 80'000 jeunes de moins de 21 ans dans toute la Suisse sur leur …

Lire l’article
Link zum Artikel