DE | FR

Il y a 30 ans, Gainsbourg se barre dans ses volutes de sèches

Der franzoesische Chansonnier, Fotograf und Schauspieler Serge Gainsbourg (1928-1991) und seine Frau Jane Birkin waehrend der Aufnahme des Albums

Serge Gainsbourg et Jane Birkin. Image: KEYSTONE

Le 2 mars 1991, l'artiste provocateur et séducteur rendait son âme et ses derniers maux au fumeur de havanes.



Trois décennies que l'homme à tête de choux s'en est allé. Le 2 mars 1991, Gainsbarre se barre sans crier gare. La nouvelle tombe dans la nuit du samedi au dimanche, enfermé chez lui entrain de composer, il est retrouvé gisant vers l'éternel, parti – comme dit si bien Verlaine – «aux vents mauvais». Un choc, mais pas une surprise tant l'artiste a brûlé la vie par les deux bouts.

Les dernières années, Gainsbourg a cédé beaucoup de place à Gainsbarre, son alter égo, augmentant toujours plus les excès, entre alcool et volutes bleues de gitanes, succombant aux appels des sirènes des limbes du monde de la nuit. Il y a eu déjà des alertes, la Mort a frappé à sa porte pour l'avertir à plusieurs reprises. En 1973, une première crise cardiaque; 1989, lourde opération du foie; puis autre infarctus et nouvelle hospitalisation.

Der franzoesische Chansonnier, Fotograf und Schauspieler Serge Gainsbourg (1928-1991) und Thierry de Carbonniere auf der Harley Davidson waehrend den Aufnahmen am 19. Oktober 1984 in Paris zu Gainsbourgs Lied

Image: KEYSTONE

Entre appétit de vivre et mal être compulsif, Gainsbourg a jonglé avec ses états d’âme, comme il le fut avec sa carrière. C'est la raison pour laquelle certains artiste restent eternels, restant à jamais de pair avec l’incandescence de leur oeuvre.

«Né sous une bonne étoile jaune»

Gainsbourg, qui a vécu de longues années au 5, rue de Verneuil à Paris, en face du cabinet de psychanalyse de Jacques Lacan, ne fut jamais psychanalysé, ayant appris l'art de l'esquive. «Je suis né sous une bonne étoile. Jaune» en rapport à l’étoile porté par les juifs durant l'occupation allemande. Né à Paris en 1928, il est le témoin de la perversité humaine. Cette période le terrorise et modèlera l'artiste.

Ginsburg le peintre

Le jeune Lucien Ginsburg admire Cézanne, Courbet, Dali et surtout Francis Bacon et passe ses dimanches au Louvres. Durant ses études de peintures aux Beaux-Arts de Paris, ses profs lui prédisaient un avenir brillant. Mais comme son père l'averti «qu'on crevait souvent la dalle en essayant de vivre de sa peinture», il lui fait prendre des cours de guitare. C'est un gitan qui lui apprend, l'oreille tendue vers le génie de Django Reinhardt. La musique, comme une évidence, vient très vite s'inviter dans la vie de Lucien.

Die Luxemburgerin France Gall am 30. Maerz 1965 bei der Arbeit mit Serge Gainsbourg in Paris, nachdem sie mit dem Lied

Image: KEYSTONE

Lucien renonce à sa passion et à son rêve de devenir un artiste peintre en 1958. Pétrifié par l'influence des grands maîtres et sa peur paralysante de l'échec, il veut atteindre LE niveau de perfection impossible. Il brûle toutes ses toiles, il a 30 ans.

Ginsburg devient Gainsbourg

Il choisi le pseudonyme de Gainsbourg en référence au peintre Thomas Gainsborough, et ne veut plus être appelé Lucien car «ça fait trop coiffeur pour dames».

Au tout début de son nouveau métier, voulant sans doute oublier les années d'errance et de déception, tout s'est passé très vite entre le moment où il a vu Boris Vian sur scène, le fameux déclic, et celui où il a écrit et composé Le poinçonneur des Lilas.

abspielen

A l'intérieur du cabaret de jazz "Le Tabou", les frères Vian, Boris à la trompette, Alain à la batterie et Lélio à la guitare, interprètent "Sheikh of Araby". Vidéo: YouTube/Ina Best Of Jazz

Vian et Gainsbourg ont une chose en commun. Ils inventent quelque chose qui n'existait pas avant eux: une nouvelle manière d'être artiste. D'ailleurs, ils ne le cachent pas, les deux hommes n'aiment pas la chanson. Vian en fait parce que ses livres ne marchent pas, et pour Gainsbourg la peinture est une impasse.

En 1958, Gainsbourg est découvert au cabaret Millord L'Arsouille, et fera par la suite sa première apparition télévisée où il interprétera son légendaire Poinconneur des Lilas.

Lucien Gainsbourg interprète pour la première fois en live le Poinçonneur des Lilas en 1959

abspielen

Vidéo: YouTube/Chanson Française

Le génie qu'il n'a pas eu dans la peinture, il l'a finalement dans la musique et la chanson. Le succès qu'il n'a pas eu dans «son» art majeur, il l'aura dans un art qu'il pense mineur: la chanson.

Un artiste caméléon

Cynique, opportuniste aussi, il aura surfé sur la vague yéyé des 60's, offrant des chansons à Françoise Hardy, France Gall, Bardot et compagnie. Son personnage provocateur façonna sa gloire. Son grand tube érotique, Je t’aime… moi non plus, composé pour BB, fut interprété en duo avec Jane Birkin. Leur couple aura été mythique de 1968 à 1980.

Je t'aime... moi non plus

abspielen

Vidéo: YouTube/mtorringa

Ses mélodies puisaient leurs accords du classique, au jazz, au rock, au funk, au rap, mettant la chanson française à l’apothéose de sa modernité. Il osait tout, allant jusqu’à transformer La Marseillaise en hymne reggae sous les hauts cris de vétérans des deux guerres qui ne voulait pas voir le monde changer via la verve d'un homme aux allures négligées.

Serge Gainsbourg interprète Aux Armes et Caetera au Zénith, en 1988

abspielen

Vidéo: YouTube/MrFedecast

Gainsbarre le provocateur

Ivre avec la cigarette au bec, grossier, invité sur les plateaux télé pour choquer les bourgeois. La postérité se souviendra du Gainsbarre des derniers temps, brisé et plein de rage – sans pour autant oublier l'artiste que fut Gainsbourg.

Bild

Un pochoir à l'effigie de Gainsbourg devant son ancienne demeure parisienne, 5bis rue de Verneuil. flickr

Car une chose est sûre, c'est que Serge, façonné par un XXe siècle de violence et d’excès, est entré au Panthéon des artistes qui restent éternels. Trop bizarres pour vivre, et trop rares pour mourir.

Plus d'articles sur le thème «Divertissement»

«Y a toujours un Valaisan qui dit: c'est pas du valaisan ça»

Link zum Artikel

Une salade de Brad, de carottes et de farfalle

Link zum Artikel

Ces films avec des chiens vont vous faire pleurer

Link zum Artikel

Les enfants sont formidables

Link zum Artikel

Un Van Gogh adjugé à plus de 14 millions de francs

La toile «Scène de la rue à Montmartre», peinte en 1887, a été vendue à 14,3 millions de francs. Elle n'avait jamais été exposée.

Un tableau de Van Gogh rare de sa période parisienne a été adjugé à 13 millions d'euros, soit 14,3 millions de francs jeudi lors d'une vente aux enchères. Un record pour le peintre néerlandais.

Daté de 1887, peint pendant les deux courtes années que Vincent van Gogh passa à Paris, «Scène de rue à Montmartre» était répertorié dans les catalogues, mais n'avait jamais été exposé.

Le tableau était estimé entre 5 et 8 millions de francs. Il était conservé depuis un siècle au sein de la même …

Lire l’article
Link zum Artikel