DE | FR
shutterstock/dr

Qui achète ces sculptures «moches» qu'on voit dans les stations de ski?

Les galeries d'art contemporain ont pignon sur rue dans les stations huppées de Suisse. Si la plupart des gens passent devant avec un air inquiet, d'autres osent y entrer et même acheter. Qui sont ces étranges créatures?
15.01.2022, 17:01

Je me suis toujours demandée qui étaient les personnes qui achetaient de l’art contemporain à la montagne. Je parle de ces galeries qu’on voit dans des stations de riches comme Crans-Montana, Zermatt ou Verbier. Vous savez, celles qui sont remplies de sculptures d’animaux à vous faire saigner des yeux. Elles sont souvent monumentales, en résine et dans des couleurs aussi criardes que les combinaisons de ski des années 80. L’une des plus fameuses: le gorille de Richard Orlinski. Il y en a un sur le balcon d'un chalet à Crans-Montana, c'est terriblement disruptif. Nabilla aussi en a un dans sa maison à Dubaï. Ça donne une idée de la clientèle…

Très joli👇:

Image: instagram thomasvergara

Je sais, l’art est subjectif comme me l'ont rappelé les galeristes que j'ai contacté. C'est pour ça que j'ai pris bien soin de mettre des guillemets au mot «moche» dans mon titre. Qu'est-ce que le beau? Vaste débat que je n’ai pas envie de traiter ici, d’abord parce que je n’ai pas trois mois devant moi mais aussi parce que je n’y connais rien. Tout ce que je sais, c’est que lorsque je passe devant l’une de ces galeries, je m’arrête, mon petit cœur de Genevoise protestante a des palpitations, je me rapproche à la recherche d’un prix parce que je sais que ça va me choquer et j’aime ça, être choquée.

Alors je m’interroge: qui achète un Mickey Mouse avec un cul à la place de la face pour mettre dans son chalet? Qui sont les gens qui acquièrent un poisson-lune incrusté de cristaux Swarovski pour égailler leur carnotzet? Qui se dit: «Tiens! Je vais mettre un casque de Dark Vador sur lequel on a graffé le logo Chanel, ça va faire ressortir le bois.»?

C'est le monde qui est à l'envers ou c'est Mickey qui est à l'envers?

Attention, les personnes sous l'emprise de LSD s'abstenir de regarder cette sculpture trop longtemps.
Attention, les personnes sous l'emprise de LSD s'abstenir de regarder cette sculpture trop longtemps.

J’ai posé la question à un expert de Verbier. Luca Ricchi est directeur de la galerie Bel-Air Fine Art qui a des succursales un peu partout dans le monde, dont une à Crans-Montana, à Gstaad ou encore à Courchevel.

Je pensais qu’il allait me dire que la clientèle principale était les hôtels ou les chalets de luxe à louer mais sa réponse a été toute autre:

«Ce sont principalement des particuliers, des touristes qui sont de passage à Verbier, des gens qui voyagent beaucoup. Ils sont anglophones, français, italiens, belges… Ils n’achètent pas forcément pour leur chalet mais pour leur maison dans le Sud de la France, par exemple.»

En gros, c’est un peu comme quand je suis en vacances au Mexique et que j’achète des attrape-rêves. C’est pas pour les mettre dans ma baraque à Tulum, c’est pour les ramener dans mon appartement à Genève (sauf que j’ai pas de maison à Tulum, parce que je suis journaliste et donc pauvre).

J’ai appelé une autre galerie d’une autre station huppée en Suisse et une collaboratrice qui n’a pas souhaité être citée a démontré que l’art est subjectif mais aussi touchy, car quand je lui ai demandé qui achetait ce type d’oeuvres, j’ai eu le droit à un glacial: «Cet art s’adresse aux gens qui y sont sensibles». Un court instant, j'ai eu l’impression d'enquêter sur les Panama Papers.

Combien ça coûte?

Ces œuvres ne coûtent pas le prix d’un attrape-rêves. Il faut péter dans la fourrure de chinchilla pour se les offrir. Les prix démarrent à 3000 francs et s’envolent jusqu’à 300 000 francs.

Et quand je provoque Luca Ricchi en lui demandant ce qu’il a envie de répondre aux gens qui passent devant sa galerie et disent que c’est moche, sa réponse est pleine de sagesse: «On ne peut pas plaire à tout le monde.» Mais très vite, il m’avoue que cet art est comme ma question, volontairement provocateur. «Certaines personnes tombent dans le piège. On a été critiqué pour avoir exposé certaines pièces comme l'œuvre d’un artiste qui jouait sur le photomontage des stars d’antan. Il avait photoshopé Audrey Hepburn avec des tatouages.»

Perso, je ne me suis toujours pas remise du Mickey qui a une paire de fesses à la place du visage mais je pense que c'est à cause de mon syndrome de Peter Pan. Disney, c'est sacré, on touche pas. Comme le dit très justement le galeriste:

«Pour moi, la pire des choses, c’est l'indifférence. Je suis content si les gens donnent leur avis même si c'est négatif. Ils ont absorbé. Ils ont jugé quelque chose, ils ont été attentifs.»

Le street-art à Brooklyn, ça se passe comme ça:

1 / 19
Un best of du street art à Brooklyn, en images
source: jah / watson / jah / watson
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les UGG, c'est comme l'art, c'est subjectif:

Vidéo: watson

Le meilleur du Divertissement cette semaine

Qui achète ces sculptures «moches» qu'on voit dans les stations de ski?

Link zum Artikel

Pourriez-vous survivre une journée dans la peau de Kylie Jenner?

Link zum Artikel

Trop busy pour lire l'actu? Voici un récap en mèmes

Link zum Artikel

Tout lâcher comme cette fille pour devenir une chienne

Link zum Artikel
Voici 34 mugshots complètement barrés

Internet regorge de mugshots complètement fous, ces clichés pris au commissariat après une arrestation. Aux Etats-Unis, ils sont souvent publiés dans les médias. Peu importe que ce soit des célébrités ou non.

L’article