DE | FR
Des employés d'Apple se rassemblent au sein de l'amphithéâtre nommé le «Steve Jobs Theater», sur le campus de la marque à la pomme, situé à Cupertino, en Californie.
Des employés d'Apple se rassemblent au sein de l'amphithéâtre nommé le «Steve Jobs Theater», sur le campus de la marque à la pomme, situé à Cupertino, en Californie.Image: AP

Apple est prêt à payer cher pour empêcher ses ingénieurs d'aller chez Meta

La bataille pour les cerveaux fait rage dans la tech. La société fondée par Steve Jobs accorde des primes gigantesques à certains de ses ingénieurs pour les inciter à rester.
30.12.2021, 03:3930.12.2021, 11:45

Apple, la marque à la pomme la plus connue de la planète, a décidé d'accorder à certains de ses meilleurs ingénieurs des primes en actions d'une valeur comprise entre 50 000 et 180 000 dollars (entre 45 000 et 164 000 francs). La firme dirigée par Tim Cook n'a pas l'habitude de verser des bonus à ses employés, car ceux-ci reçoivent déjà un bon nombre d'avantages monétaires à la fin de l'année.

Ces «cadeaux-surprises» sont le dernier exemple en date de la concurrence que se livrent les entreprises de la Silicon Valley pour attirer les meilleurs talents du secteur des technologies. Il y a tout de même une condition à la possibilité de recevoir ses primes: elles sont distribuées sur une période de quatre ans, afin d'empêcher les employés en question de partir travailler chez des concurrents comme Meta (anciennement Facebook), comme l'explique Bloomberg.

Les géants de la technologie se disputent, depuis longtemps, les meilleurs talents au sein de la Silicon Valley. Des entreprises comme Meta, Google, Apple et d'autres se battent bec et ongles pour attirer les esprits les plus brillants du secteur.

Ces entreprises sont connues pour avoir mis en place des «goodies» pour le bien-être de leurs équipes, tels que des snack-bars ou des restaurants dirigés par des chefs, dans lesquels tous les plats sont gratuits ou encore des espaces où l'on peut se faire masser. Tout cela, afin de retenir les talents, même si certains de ces avantages ont bien évidemment disparu pendant la pandémie et les fermetures de bureaux.

Cela fait longtemps que Apple et Meta ont pour habitude de débaucher mutuellement des employés et pas seulement des ingénieurs, rapporte Business Insider. Meta a embauché une centaine d'ingénieurs d'Apple au cours des derniers mois, tandis qu'Apple a également recruté des employés de chez Meta.

Ce bras de fer s'est intensifié ces derniers temps, les deux entreprises cherchant à tirer parti du métavers, secteur actuellement en plein essor. Le développement et le rendement financier de ce paysage virtuel futuriste nécessiteront une ingénierie de pointe en matière de réalité augmentée et virtuelle.

Par ailleurs, suite à la parution des «Facebook Papers» et les prises de paroles de la lanceuse d'alerte Frances Haugen, l'image de marque de Meta en a pris un sacré coup. Cela a même contraint le réseau social à augmenter les salaires qu'elle offre à ses nouvelles recrues, ce que les experts appellent un «impôt sur la marque».

Petit rappel: C'est quoi le métavers?

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Elle apprend qu'elle a gagné le gros lot en vérifiant ses spams

Link zum Artikel

Bob Dylan assure ses arrières en vendant tout son catalogue musical

Link zum Artikel

Evan Rachel Wood accuse Marilyn Manson de viol en plein tournage

Link zum Artikel

Joe Biden, agacé, traite un journaliste de «fils de p***»

Link zum Artikel
Pour ou contre le maintien de l'énergie nucléaire en Suisse? Donnez votre avis
Sondage watson. Malgré le vote de 2017 programmant sa fin, des voix réclament à nouveau le maintien d'une production d'énergie nucléaire en Suisse. Quel est votre avis sur cette question stratégique?

En 2017, le peuple suisse, suivant la position du Conseil fédéral et du Parlement, approuvait à 58,2% la sortie programmée du nucléaire, entre autres contre l’avis de l’UDC, qui avait lancé le référendum. Un an plus tôt, une initiative populaire sur le même thème, mais plus radicale dans ses objectifs, avait été rejetée à 54,2%. Le vote de 2017 intervenait six ans après l'accident nucléaire de Fukushima, au Japon.

L’article