stratus fréquent-1°
DE | FR
Economie
Banques

Credit Suisse: Mohammed ben Salmane veut investir 500 millions

epa10312208 Saudi Arabia Crown Prince and Prime Minister Mohammed bin Salman Al Saud attends the APEC Leader's Informal Dialogue with Guests during the APEC 2022 in Bangkok, Thailand, 18 November 2022 ...
Mohammed ben Salmane, prince héritier d'Arabie saoudite, envisagerait d'investir à son tour dans le numéro deux bancaire helvétique.Image: EPA POOL

Le prince héritier d'Arabie saoudite veut investir un demi-milliard chez Credit Suisse

Après la Saudi National Bank, ce serait au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane d'apporter son soutien financier au numéro deux bancaire helvétique.
05.12.2022, 16:09

500 millions de dollars: la somme envisagée par Mohammed ben Salmane, prince héritier d'Arabie Saoudite, pour investir chez Credit Suisse, d'après des sources proches du dossier citées, lundi, par le Wall Street Journal – et plus particulièrement pour soutenir la nouvelle unité, CS First Boston.

Il ne s'agirait pas du premier financement saoudien dans la banque suisse. Pour rappel, la Banque nationale saoudienne vient tout juste d'augmenter ses participations, se hissant au rang de principal actionnaire de Credit Suisse.

Une participation massive de plus de quatre milliards, qui doit permettre à la banque de mettre en œuvre sa restructuration «radicale», annoncée le 27 octobre dernier.

La façon dont Mohammed ben Salmane, alias MBS, investirait dans la banque n’est pas claire. MBS est président du fonds souverain du pays, le Fonds d'investissement public, principal propriétaire de la Banque nationale saoudienne. Mais Credit Suisse n'aurait reçu de proposition formelle d'aucune «entité saoudienne», ont déclaré certaines personnes proches du dossier au Wall Street Journal.

L'identité de l'investisseur de 500 millions n'a, d'ailleurs, pas été confirmée par Credit Suisse: jeudi dernier, lors d'une conférence de presse à Londres, son président Alex Lehmann s'est contenté de mentionner un «investisseur anonyme».

CS First Boston, la ressuscitée

Si on ignore d'où vient cet investissement, on sait en revanche à quoi il se destine: la nouvelle entité de Credit Suisse, CS First Boston – du nom de la banque d’investissement que Credit Suisse avait rachetée aux Etats-Unis dans les années 1970.

L'objectif de cette co-entreprise était alors de faire une entrée remarquée dans la cour des grands: Wall Street. Et, par la même occasion, de rivaliser avec d'autres grandes banques d'investissement américaines telles que Goldman Sachs.

En 1996, la société suisse a finalement été intégrée au groupe sous le nom de Credit Suisse First Boston (CSFB).

Disparue pendant une courte période, CSFB s'apprête à être ressuscitée, forte d'un investissement de plus d'un milliard de dollars.

L'homme de confiance

PDG désigné de cette entité: Michael Klein, membre du conseil d'administration du Credit Suisse depuis 2018. Selon le Wall Street Journal, c'est l'implication de ce «conseiller de confiance dans le royaume saoudien» qui a permis l'investissement potentiel du prince Mohammed.

La déroute automnale de Credit Suisse semble derrière elle. Après les propos rassurants du président Alex Lehmann, l'action a rebondi de 9% vendredi.

A la suite des rumeurs de faillite début octobre, 10% des actifs de la gestion de fortune avaient quitté la banque et l’action avait chuté pendant plusieurs jours, à des plus bas historiques. (mbr)

Un employé de Disneyland Paris interrompt une demande en mariage

Video: instagram
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'inflation moyenne a atteint 2,8% en 2022 en Suisse
Le renchérissement annuel moyen s'est établi à +2,8% en 2022, après +0,6% en 2021, en raison principalement de la hausse des prix des produits pétroliers, du gaz, des voitures et des loyers.

L'inflation en Suisse a reculé à 2,8% en décembre, après 3,0% en novembre. Cette tendance s'explique par la baisse des prix des carburants et du mazout, explique l'Office fédéral de la statistique (OFS) mercredi dans un communiqué.

L’article