Economie
Commentaire

Le président du PLR veut vendre Swisscom mais il y a un problème

Le président du PLR veut vendre Swisscom mais il y a un problème.
Thierry Burkart, président du PLR, propose d'examiner la revente de Swisscom.Image: watson
Commentaire

Le président du PLR veut vendre Swisscom, mais fait une erreur de calcul

Pour faire des économies, le président du PLR, Thierry Burkart, veut examiner le potentiel Swisscom à la revente. Mais cette proposition soulève des questions quant à son impact sur les finances de l'Etat, risquant d'aggraver davantage le déficit budgétaire.
19.05.2024, 18:53
Florence Vuichard / ch media
Plus de «Economie»

Les perspectives à venir ne sont guère réjouissantes. Conformément à la planification financière, les déficits structurels de la Confédération pourraient grimper à moyen terme jusqu'à quatre milliards de francs par an en l'absence de programmes d'économies significatifs. Cependant, les mesures d'économies suscitent rarement l'enthousiasme, tant chez les politiciens que dans l'administration.

C'est dans ce contexte que le Conseil fédéral a décidé, en mars dernier, de mandater un groupe d'experts externes pour procéder à un examen approfondi des tâches et des subventions. Leur objectif? Présenter d'ici à la fin de l'été un ensemble de mesures permettant de réduire le déficit budgétaire fédéral d'au moins trois milliards par an à partir de 2027, et d'au moins quatre milliards à partir de 2030.

Pendant ce temps, certains politiciens proposent de nouvelles idées qui, au contraire, aggravent encore plus la situation budgétaire – en favorisant leurs propres électeurs, l'armée ou l'Ukraine. En revanche, peu d'entre eux semblent envisager des mesures d'économies.

Récemment, Thierry Burkart, président du PLR, qui affirme fermement que la gestion prudente des finances est essentielle pour la prospérité du pays, peine à s'y résoudre. Dans une interview accordée à la NZZ, il critique la multitude de subventions, identifie un potentiel d'économies au niveau du personnel fédéral, et promet que son parti présentera bientôt des propositions concrètes en ce sens.

Thierry Burkart, Parteipraesident FDP, spricht waehrend der Elefantenrunde von Blick TV im Hotel Bellevue, am Sonntag, 3. Maerz 2024 in Bern. Die Schweizer Buergerinnen und Buerger stimmten ueber die  ...
Keystone

Vente d'actifs

Thierry Burkart avance dans cette interview la vente de Swisscom comme seule mesure d'économie concrète. Une proposition qui, de prime abord, pourrait sembler prometteuse, mais qui entraînerait des coûts conséquents pour la Confédération et aggraverait les problèmes de la ministre des Finances, Karin Keller-Sutter. En effet, une vente d'actifs ne génère en fin de compte que des recettes ponctuelles et non des économies récurrentes.

epa11270724 Swiss Federal Councillor Karin Keller-Sutter speaks during a media conference on the Federal Council's report on the Too-Big-To-Fail (TBTF) regulation, at the Federal Palace Media Cen ...
Karin Keller-SutterKeystone

Les partisans de la vente pourraient avancer que le produit de la cession permettrait de diminuer la dette de la Confédération et, par conséquent, les intérêts annuels qui pèsent sur les comptes chaque année. Cependant, cette argumentation ne résiste pas à l'analyse – voici pourquoi.

La Confédération détient actuellement près de 51% et donc la majorité de Swisscom. La vente à la valeur boursière actuelle rapporterait environ 13 milliards de francs dans les caisses. Si cette somme devait être intégralement investie dans la réduction de la dette, les dépenses d'intérêts de la Confédération diminueraient tout de même d'environ 160 millions de francs par an, selon les calculs de l'Administration fédérale des finances.

Mais en même temps, la Confédération perdrait des recettes de 581 millions de francs. En effet, le groupe de télécommunications a versé chaque année depuis 2011 des dividendes de ce montant dans les caisses de l'Etat, comme le note l'Administration fédérale des finances. En fin de compte, la proposition de Thierry Burkhart pèsera donc sur les comptes de l'Etat à hauteur d'environ 420 millions de francs supplémentaires.

A cela s'ajoutent les coûts des services de base

Les dépenses supplémentaires prévisibles liées à la fourniture du service universel, qui incomberaient à la Confédération, ne sont pas prises en compte dans ce calcul. En effet, une Swisscom entièrement privatisée et non soumise au contrôle politique pourrait cesser de fournir ses services «gratuits» jusqu'aux chalets d'alpage les plus éloignés. Interrogée à ce sujet, l'administration des finances indique qu'elle n'est pas en mesure de quantifier ces dépenses, car jusqu'à présent, Swisscom en tant que concessionnaire n'a pas demandé de compensation pour ses services publics.

De plus, jusqu'à présent, seul Swisscom a répondu à l'appel d'offres pour le service universel. En cas de privatisation, il est envisageable qu'aucun opérateur ne se porte candidat, entraînant ainsi la disparition du service universel.

La perspective que Swisscom promette de verser des dividendes encore plus élevés à l'avenir n'est pas non plus prise en compte dans le calcul du déficit de 420 millions. Avec l'acquisition de Vodafone Italia, le groupe de télécommunications suisse anticipe une expansion de ses activités à l'étranger. Ainsi, le dividende par action et par an devrait passer de 22 à 26 francs. Si les projections de croissance de Swisscom se réalisent à partir de 2026, la Confédération pourrait même percevoir près de 686 millions de francs par an.

La vente de Swisscom peut être justifiée par des considérations d'ordre politique. Mais «l'effet net pour le budget fédéral serait négatif d'un point de vue financier», explique l'administration des finances. Si Thierry Burkhart veut vraiment faire des propositions d'économie, il devra repasser par la case comptabilité.

Traduit et adapté par Tanja Maeder

La guillotine de Lucerne
1 / 11
La guillotine de Lucerne
Modèle réduit de la guillotine de Lucerne.
source: museum luzern/theres bütler
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Le prix du café est «hallucinant» dans les CFF
Les wagons-restaurants des CFF proposent tout un tas de mets et de boissons, dont le café. Surprise, ce dernier a augmenté du jour au lendemain, dépassant les cinq francs.

Des tasses de café fumantes sont disposées stratégiquement dans le peu d'espace qu'il reste entre les ordinateurs déployés devant des travailleurs déjà affairés. Bienvenue dans un wagon-restaurant CFF au petit matin. Coup de tonnerre, cependant, ce 13 juin, la quiétude de cette vie de pendulaire a été bouleversée. Pas par des touristes suisses alémaniques (pour une fois), mais par les CFF qui ont augmenté le prix de la boisson-star matinale. 👇

L’article