Economie
Commentaire

Berne serait stupide de lâcher Credit Suisse

Berne serait stupide de lâcher Credit Suisse
Après l'injection de 50 milliards de francs par la Banque nationale, la question se pose de savoir si Credit Suisse peut assurer sa survie sans aide extérieure.
Commentaire

Berne serait stupide de lâcher Credit Suisse, mais il y a une autre solution

Après l'injection de 50 milliards de francs par la Banque nationale, la question se pose de savoir si Credit Suisse peut assurer sa survie sans aide extérieure. Le doute est légitime. La solution d'un rachat par UBS redevient cohérente.
17.03.2023, 18:5722.03.2023, 18:37
Patrik Müller / ch media
Plus de «Economie»

Certes, il y a eu des pressions de l'étranger. L'idée que Credit Suisse (CS) puisse faire faillite a mis en émoi les dirigeants politiques et les chefs des banques centrales d'importants pays, qui craignaient une déstabilisation du système financier international.

Le soulagement a été grand lorsque la Banque nationale a assuré au Credit Suisse une injection de liquidités. Le ministre des Finances du Royaume-Uni et même le chancelier allemand se sont exprimés à ce sujet. Ils ont expressément salué l'intervention de la BNS.

Trois raisons

Mais il serait illusoire de croire que sans la pression étrangère, la Suisse aurait simplement laissé agir les forces du marché. En y regardant à deux fois, c'est tout simplement impossible, et ce pour trois raisons:

  • Les banques nationales sont avant tout là pour fournir des liquidités aux banques commerciales — même dans un régime libéral
  • Il serait totalement stupide pour les autorités de laisser tomber une banque qui porte «Suisse» dans son nom: la réputation de la place financière en prendrait un coup et le préjudice toucherait le pays tout entier
  • UBS a été sauvée en 2008. Par la BNS, mais aussi directement par la Confédération, donc par les contribuables. Pourquoi alors laisser tomber l'autre grande banque nationale et avec elle près de 20 000 employés? Il ne s'agit plus de «too big to fail», il s'agit de realpolitik. Tous les autres pays feraient pareil.

Le rachat par UBS: la solution miracle

Il reste néanmoins regrettable que l'intervention de la BNS ait été nécessaire. Car il existait une autre solution, évidente et utile sur le plan national: UBS, en bonne santé, aurait pu racheter Credit Suisse. Oswald Grübel, qui a autrefois dirigé les deux établissements, estime qu'UBS étudie désormais une reprise.

Bien sûr, il y a des obstacles à ce projet. Une reprise coûterait des emplois — mais beaucoup moins qu'une faillite. Et comme les deux banques sont d'importance systémique, les risques seraient concentrés dans une seule banque, même si leurs bilans totaux additionnés sont bien moins importants que ceux de la seule UBS lors de la crise financière.

Au final, plusieurs arguments plaident en faveur d'un rachat. Car ce qui serait alors un «champion national» renforcerait toute la place financière suisse. Ce serait une meilleure solution pour la place économique locale que si Credit Suisse ou une de ses branches était repris par une banque étrangère. Notamment pour les collaborateurs suisses de CS.

Ce taureau court au milieu d'une banque et provoque le chaos
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le réseau social de Donald Trump enflamme la Bourse
La société médiatique de l'ancien président américain Donald Trump a connu un démarrage fulgurant mardi à la Bourse de New York.

La société de médias de l'ancien président américain Donald Trump a démarré sur les chapeaux de roues mardi à la Bourse de New York pour son premier jour de cotation sous les initiales DJT, celles du futur candidat républicain à l'élection présidentielle.

L’article