DE | FR

Un franc vaut un euro, est-ce un problème? 5 questions et réponses

De nombreux éléments indiquent que la Banque nationale suisse est intervenue pour que la parité d'un franc pour un euro ne soit pas dépassée. Qu'est-ce que cela signifie pour les consommateurs, les débiteurs hypothécaires et les touristes qui font leurs achats?
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
07.03.2022, 17:39
Patrik Müller / ch media

Que se passe-t-il avec le franc suisse depuis le début de la guerre?

Au début, peu de changements ont eu lieu. Le 24 février 2022, Poutine a déclenché la plus grande guerre d'agression sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale. L’euro valait alors 1,038 francs. Durant les trois premiers jours de la guerre, le cours franc-euro a peu bougé. Mais il a ensuite commencé à chanceler. Vendredi, il a frôlé la parité: un euro valait à peine plus d'un franc.

Andréa Maechler, membre de la direction de la Banque nationale, a justifié cette appréciation dans la Schweiz am Wochenende par les incertitudes croissantes:

«Il reste tant de questions ouvertes: sur le déroulement de la guerre, sur la mise en œuvre et les conséquences des sanctions...»

En temps de crise, le franc est traditionnellement soumis à une pression à la hausse en tant que valeur refuge, car la demande augmente.

👉 Les dernières infos sur l'Ukraine dans notre direct 👈

Andréa Maechler, membre de la Direction générale de la BNS, laisse entendre que la Banque nationale suisse s'oppose à une appréciation du franc.
Andréa Maechler, membre de la Direction générale de la BNS, laisse entendre que la Banque nationale suisse s'oppose à une appréciation du franc.image: keystone

L'euro coûtera-t-il bientôt moins d'un franc?

Le déroulement de la guerre et ses conséquences sur l'économie mondiale sont incertains. Le risque pour que le franc prenne de la valeur augmente.

Pour l'heure, la parité n’a pas encore été franchie. Cela indique qu'un niveau d'un franc pour un euro sera défendu par la Banque nationale suisse. Andréa Maechler, membre de la Direction générale de la BNS, a déclaré vendredi soir:

«Nous suivons de très près la situation sur le marché des devises et sommes prêts à intervenir à tout moment si nécessaire.»

Concrètement, cela signifie que la Banque nationale achète, par exemple, des obligations en euros et augmente ainsi la quantité de francs en circulation. Mais, de l'autre côté, si la demande mondiale de francs suisses augmente massivement, la BNS ne pourra pas durablement contrecarrer cette tendance.

Quel impact le franc fort pourrait-il avoir sur les exportations et le tourisme?

L’impact serait moins grave qu'en 2015, lorsque la parité franc/euro avait été atteinte pour la dernière fois. La Banque nationale avait alors supprimé le cours plancher par rapport à l'euro. Depuis, le renchérissement en Suisse a été beaucoup moins élevé que dans la zone euro.

Rien que depuis le début de la pandémie, la différence d'inflation s'élevait à près de 5%. Cela signifie qu'il y a deux ans, un taux de change de 1,05 était à peu près aussi douloureux qu'un taux de 1,00 aujourd'hui.

Il n'empêche, pour les exportations et le tourisme, ce taux de change est un fardeau. De plus, la pandémie n'est pas encore vaincue dans le monde entier. Les voyages sont toujours au point mort et de nombreuses entreprises exportatrices sont confrontées à des chaînes d'approvisionnement brisées. Elles ont eu besoin d'un franc très fort dernièrement. Le revers de la médaille, c'est bien sûr que pour les consommateurs suisses, les achats à l'étranger deviennent moins chers.

Une combinaison de franc fort et d'inflation menace-t-elle?

Actuellement, la Suisse vit une combinaison désastreuse. Les prix de consommation ont augmenté de 2,2% en un an. La dernière fois qu'une valeur supérieure à 2% a été enregistrée, c'était il y a quatorze ans. Ce sont surtout les prix du mazout, du gaz et de l'essence qui ont augmenté massivement.

Et cette inflation ne comprend pas encore la récente flambée des prix due à la guerre. En comparaison internationale, le renchérissement suisse reste toutefois faible. La pression à la hausse sur le franc suisse protège d'une poussée massive des prix. La BNS s'attend à moyen terme à un recul de l'inflation, dans le monde entier et en Suisse également.

Les taux d'intérêt ont augmenté jusqu'au début de la guerre, baissent-ils?

Les hypothèques à long terme sont devenues jusqu'à 0,5 point de pourcentage plus chères depuis début 2022. Cette hausse a été stoppée avec la guerre. Les taux ont même parfois légèrement baissé. Les taux d'intérêt à long terme reflètent les attentes. Celles-ci n'ont pas fondamentalement changé, mais tout de même un peu. On pensait que les banques centrales allaient augmenter les taux d'intérêt. Certaines l'ont déjà fait, parce que la conjoncture se redresse dans le monde entier avec la fin imminente de la pandémie.

Pour rappel, une économie florissante signifie une hausse de l'inflation, et donc des taux d'intérêt. La guerre remet désormais en question les prévisions optimistes. Pour tous ceux qui souhaitent prochainement contracter ou racheter une hypothèque, une chose est claire: les taux actuels sont historiquement très bas et les fluctuations de quelques dixièmes de pour cent ne sont pas une raison de s'inquiéter.

(Traduit de l'allemand par Julie Rotzetter)

Guerre en Ukraine: un couple se marie en pleine guerre

Plus d'articles sur le thème «Economie»

Le montant investi par les banques suisses dans le charbon donne le tournis

Link zum Artikel

Amazon double ses profits à 14 milliards de dollars (merci le Covid)

Link zum Artikel

Fraude fiscale: nouvelle galère en vue pour Donald Trump

Link zum Artikel

Bientôt 2 francs le litre d'essence en Suisse? Etat des lieux en 4 points

Link zum Artikel

Année calamiteuse: Credit Suisse perd 1,6 milliard de francs en 2021

Link zum Artikel

Le nombre d'utilisateurs de Facebook baisse pour la première fois

Link zum Artikel

La crise ukrainienne représente une menace pour la croissance mondiale

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment Poutine essaie d'envoyer l'or russe en Suisse malgré les sanctions
Poutine et ses oligarques contrôlent les mines d'or russes. Ils cherchent désormais de nouveaux circuits par lesquels l'or pourrait à nouveau parvenir en Suisse malgré les sanctions.

La Suisse et la Russie sont liées par un marché de plusieurs milliards de dollars: le commerce de l'or. La Russie, troisième producteur mondial, fournit la matière première. La Suisse, qui abrite quatre raffineries de pointe, fait fondre le métal précieux et le transforme en lingots, en pièces de monnaie ou en bracelets de montre. L'or arrive parfois en Suisse déjà sous forme de métal précieux et est négocié entre les banques.

L’article