DE | FR

Le projet de monnaie numérique de Facebook disparaît

Facebook a été renommée Meta récemment.
Facebook a été renommée Meta récemment.Image: sda
Diem qui gérait le projet de l'ex-Facebook et actuel Meta de monnaie numérique jette l'éponge.
01.02.2022, 06:3901.02.2022, 07:09

L'association Diem, qui pilote le projet de monnaie numérique lancé par Facebook (Meta), va se démanteler. Elle va vendre pour 182 millions de dollars ses droits de propriété intellectuelle et d'autres actifs à la société Silvergate Capital Corporation.

C'est quoi ce projet Diem voulu par Facebook?

Meta, qui s'appelait alors toujours Facebook, s'était lancée dans l'arène des monnaies numériques en créant «Libra» en 2019, qui devait offrir un nouveau mode de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels.

Conscient des préoccupations des régulateurs face à une devise gérée par une société privée, le groupe américain avait alors décidé d'en confier la gestion à une entité indépendante, basée à Genève.

Après la défection de plusieurs partenaires de poids comme PayPal, Visa et Mastercard, l'organisation avait revu ses ambitions à la baisse, avant de se renommer Diem fin 2020. Cette dernière avait quitté Genève.

L'association est parvenue à construire et tester un système de paiements basé sur la technologie faisant aussi fonctionner le bitcoin, qui inclut des garde-fous contre son utilisation par des criminels, a affirmé Stuart Levey.

Qu'est-ce qui a provoqué la fin du projet Diem?

Cette initiative avec laquelle le géant américain des réseaux sociaux voulait révolutionner les paiements était en bonne voie, mais selon le directeur général de l'association Diem, Stuart Levey:

«Il était devenu évident au cours de nos discussions avec les autorités américaines que le projet ne pouvait pas avancer davantage.»

«Dès le départ, le projet Diem a cherché à exploiter les bénéfices de la technologie de la blockchain pour concevoir un système de paiement meilleur et plus inclusif», a souligné Stuart Levey qui explique dans un communiqué:

«Nous avons activement recherché les commentaires des gouvernements et des régulateurs du monde entier, et le projet a considérablement évolué et s'est amélioré en conséquence»

Mais les discussions ont finalement achoppé et «la meilleure voie à suivre était de vendre les actifs du groupe Diem», a conclu le directeur général.

L'association et ses filiales vont commencer à se démanteler «dans les prochaines semaines», a annoncé Stuart Levey. (jah/ats)

En parlant des produits Facebook...

Et pour tout savoir de l'actu chaude en Suisse en ce moment...

Voici les sextoys préférés des Suisses (les Fribourgeois sont des coquins)

Link zum Artikel

Pas de Conseil fédéral aux JO: «C'est la solution de facilité»

Link zum Artikel

Bannir la pub pour le tabac: et pourquoi pas le sucre et la viande aussi?

Link zum Artikel

Votations du 13 février: le point sur l'initiative «enfants sans tabac»

Link zum Artikel

Votations sur les médias: d'où vient la méfiance envers les journalistes?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Dans cette start-up, la sieste au travail est obligatoire et payée
La sieste au travail accroîtrait la productivité du salarié, selon une étude. C'est en tout cas l'un des motifs qui a poussé une start-up indienne à imposer la sieste à ses employés.

La start-up indienne Wakefit a instauré un temps de sieste pour ses employés. C'est sur Twitter que l'entreprise a partagé la nouvelle le 5 mai dernier. Le co-fondateur de l'entreprise, Chaitanya Ramalingegowda, a écrit vouloir «passer à la vitesse supérieure» et améliorer sa politique «du droit à la sieste».

L’article