Economie
FIFA

La Fifa ne prêtera plus d'argent aux villes suisses

La Fifa a une mauvaise nouvelle pour les villes suisses

Le scandale autour des prêts de l'association internationale accordés à de nombreuses collectivités publiques a conduit jeudi son directeur financier a annoncé la fin de la pratique.
16.03.2023, 11:3616.03.2023, 12:47
Plus de «Economie»

Les collectivités publiques ne pourront plus emprunter d'argent à la Fifa à l'avenir. La Fédération internationale de football a interrompu jeudi 16 mars cette pratique qui avait été dénoncée au début de l'année.

Des enquêtes de médias, notamment de la RTS, avaient révélé en janvier dernier que de nombreuses villes suisses avaient contracté des prêts à court terme auprès de la Fifa. Moins que le procédé financier, c'est l'aspect moral qui était critiqué, en lien notamment avec la dernière Coupe du monde au Qatar.

La Ville de Lausanne avait par exemple reconnu avoir contracté 28 prêts à court terme pour un emprunt moyen de 40 millions de francs. Elle a depuis annoncé ne plus accepter d'argent de la Fifa. De toute façon l'association internationale, basée à Zurich et qui tient son 73e Congrès cette semaine à Kigali, au Rwanda, a décidé de surseoir à cette pratique en utilisant autrement ses réserves.

«Nous revoyons régulièrement notre approche et, en ce moment, nous mettons en pause les prêts et nous revoyons notre position»
Thomas Peyer, le directeur financier de la Fifa.agefi

Thomas Peyer, directeur financier de la Fifa, a précisé jeudi dans une interview accordée à l'Agefi que la situation était constamment évaluée. «Pour l'instant, nous avons suspendu les nouveaux investissements dans ce domaine, mais il est possible que nous continuions».

Depuis cinq ans

La Fifa investissait sous cette forme depuis cinq ans. Elle s'est engagée dans cette activité – qui n'est pas la composante la plus importante de ses investissements, précise le directeur financier dans l'Agefi – parce que ce type d'investissements est devenu disponible par le biais d'une plateforme fintech appelée Loanboox.

Cette dernière met en relation des débiteurs et des prêteurs dans le cadre d'un processus transparent et compétitif. La demande est exprimée et des groupes comme la Fifa peuvent soumettre une offre avec leurs conditions. «Cela correspondait bien à certains de nos investissements et, après un contrôle approfondi, nous avons décidé d'utiliser la plateforme» en 2018.

La Fifa, qui cherche à fructifier ses réserves afin de soutenir ses 211 associations membres dans le monde, examine avant tout le risque de contrepartie. Or:

«Les autorités suisses sont de bons partenaires dans ce contexte, car la plupart d'entre elles ont de très bonnes notations de crédit»
Thomas Peyer, le directeur financier de la Fifa.agefi

Outre Lausanne, le quotidien économique cite la Ville de Genève et le canton de Neuchâtel parmi les autres emprunteurs pour des montants de 150 millions respectivement 100 millions. (ats/mndl)

Les commentateurs de la Coupe du monde 2022
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici comment les Suisses investissent leur argent
En matière d'épargne, la majorité de la population suisse privilégie la prudence. Une nouvelle étude le montre: le compte privé et le compte d'épargne sont clairement les formes de placement les plus appréciées.

«Il ne faut pas parler d'argent», nous apprend-on dès le plus jeune âge. En Suisse, le sujet reste tabou, même avec nos proches. Les Helvètes ignorent donc à peu près tout de la manière dont leurs concitoyens gèrent leur fortune. Une nouvelle étude de moneyland.ch vient éclairer leur lanterne: la plateforme de comparaison pour les banques, les assurances et la téléphonie a interrogé 1500 personnes pour savoir si elles avaient de l'argent investi dans différentes formes de placement et, si oui, combien.

L’article