Economie
International

Ces marques qui veulent dorer leur image

Ces marques qui veulent se faire bien voir

Image
Le géant de la beauté Unilever a annoncé vouloir bannir le mot «normal» de ses produits. Un changement d'identité visuelle de plus en plus fréquent chez les entreprises.
12.03.2021, 19:5114.03.2021, 20:35
Plus de «Economie»

Les mauvaises langues diront que c'est un coup marketing. Les mieux intentionnées parleront de lutte pour une société plus inclusive.

Toujours est-il que de plus en plus de marques décident de modifier leur identité visuelle dans l'esprit de promouvoir un marketing moins «monocolore». Tour d'horizon de cette tendance.

Chez Unilever, Normal devient anormal

Le groupe Unilever, propriétaire de Dove, Vaseline ou encore Rexona, a annoncé mardi qu'il allait supprimer le mot «normal» de ses produits d'hygiène.

Image

Et pour cause, selon des recherches menées dans le monde entier, l’utilisation de ce terme pour décrire les cheveux ou la peau donne à la plupart des gens le sentiment d’être exclus.

Le groupe s'est également engagé à ne plus faire de retouches numériques qui modifient la forme, la taille, les proportions du corps ou la couleur de peau d’une personne.

Dans ce spot sorti à l'occasion de la journée internationale du droit des femmes, la firme s'interroge sur la pertinence du mot «normal».Vidéo: YouTube/Unilever

Chez L'Oréal, on bannit le mot «clair»

En juin 2020, dans le sillon des manifestations antiraciste, le groupe l'Oréal décide de retirer les mots tels que blanc, blanchissant ou clair qui font directement référence à l'uniformité de la peau.

Une décision qui, à l'époque, avait suscité beaucoup de remous. Sur les réseaux sociaux, les internautes avaient été jusqu'à appeler à boycotter les produits de la marque en créant le hashtag #JarreteLoreal.

L'industrie beauté n'est pas la seule

L'agroalimentaire a également franchi le pas. En septembre dernier, c'est la multinationale Mars, qui rebaptise sa célèbre marque de riz «Uncle Bens» en «Ben's original».

Et pour cause, l'image véhiculée sur le produit, celle d'un Afro-américain âgé, rappelait pour beaucoup les plantations de riz exploitées grâce aux esclaves.

Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce canton «nage dans l'argent» et ça énerve
Le canton de Zoug fait les gros titres avec l'utilisation de ses millions en trop. Les habitants bénéficient notamment d'allégements fiscaux et de réductions des primes maladie.

«Nous nageons dans l'argent», disait encore l'hiver dernier le directeur des finances de l'UDC du canton de Zoug. Aujourd'hui, au vu des discussions en cours, Heinz Tännler ne formulerait sans doute plus cette phrase aussi clairement - mais elle garde toute sa pertinence. Car entre-temps, on sait que le canton a réalisé un excédent de 461,3 millions de francs en 2023. Le budget prévoyait 248 millions.

L’article